Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 1 : une jauge limitée à 1.000 spectateurs, un demi-million de pertes en plus pour les Girondins ?

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Le club bordelais devra sûrement appliquer cette jauge contre Nice et Dijon dans les prochaines semaines. L'abaissement de 5.000 à 1.000 spectateurs maximum a été annoncé ce lundi par la préfète de Gironde, aux côtés d'autres mesures pour répondre à l'accélération de la propagation du Covid-19.

Le Stade Matmut Atlantique de Bordeaux
Le Stade Matmut Atlantique de Bordeaux © Radio France - C.Carpentier / Radio France

Ce sera donc une jauge limitée à 1.000 personnes lors des prochaines semaines au Matmut Atlantique. Les conséquences de cette décision, annoncée par la préfète de Gironde ce lundi sont multiples. Sportive déjà puisque très peu de personnes pourront se rendre au stade. On pourrait même plutôt parler d'une jauge de 500 à 700 personnes. Un bien triste spectacle. 

Mais comme pour l'UBB, la plus grosse conséquence sera financière pour le club. Selon un dirigeant des Girondins, si les 4.000 spectateurs en moins (grand public, partenaire ou VIP) demandent le remboursement de leur place, c'est une perte de 200 à 250.000 euros par match.  Sachant que cette mesure devrait au moins être en vigueur sur les trois prochaines semaines, le club devra l'appliquer sur deux matchs, contre Nice le 27 septembre et Dijon le 4 octobre. Ça fait donc un demi-million de perte sèche pour les Girondins. 

Pour le club, cela n'a aucun sens d'ouvrir le stade à 1.000 personnes car évidemment les recettes ne couvriraient en aucun cas les charges fixes. Les Girondins pointent l'absence de cohérence de la part des autorités. C'est vrai qu'on a du mal à comprendre pourquoi passer d'une jauge de 5.000 à 1.000 spectateurs dans un stade de 42.000 places où la distanciation physique est très facilement applicable alors que pendant ce temps là depuis des semaines, certains bars peuvent être bondés avec des jeunes les uns sur les autres. La préfète, elle, se défend et d'ailleurs, elle ne vise pas ce qu'il se passe à l'intérieur du stade mais elle pointe les dangers des regroupements autour des stades. Pas sûr que les dirigeants des Girondins ou de l'UBB soient très convaincus par cette argumentaire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess