Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 1 - La relégation de l'Amiens SC est "profondément injuste" pour son président Bernard Joannin

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Après la décision de la Ligue de Football Professionnel d'arrêter la saison de Ligue 1 à cause du coronavirus, le président de l'Amiens SC conteste vivement la relégation de son club en Ligue 2. Bernard Joannin se dit "guerrier" et va contester cette rétrogradation.

Bernard Joannin lors d'un Facebook Live de l'Amiens SC
Bernard Joannin lors d'un Facebook Live de l'Amiens SC - Amiens SC

Les uns qui rient, les autres qui pleurent. Les saisons de Ligue 1 et de Ligue 2 de football sont définitivement arrêtées à cause du coronavirus, décision de la Ligue de Football Professionnel ce jeudi. Conséquence : deux meilleurs ennemis se croisent. L’Amiens SC est rétrogradé en Ligue 2 et le RC Lens accède à l’élite. Un sentiment très amer pour le président picard Bernard Joannin qui s’est exprimé sur la page Facebook du club.

Bernard Joannin, président de l'Amiens SC

"Cette décision n'est pas juste. Si on analyse toutes nos fins de saisons, on a vu que l'ensemble de nos résultats, depuis le National s'est construit sur la dernière partie de la saison", a argumenté Bernard Joannin pour qui "le fond du problème est là. Dans un championnat, il y a dix-neuf matches allers et il doit y avoir dix-neuf matches retours."

"Il restait trente points à distribuer et nous étions à quatre points de Nîmes", poursuit le président du club picard. " Je ne peux pas contester la décision du Président de la République qui a d'abord à penser à la santé de ses concitoyens. Là où je ne suis pas d'accord, c'est dans le manque d'humanité de la décision de la Ligue de Football."

Une décision inhumaine

"Je pense que la montée des deux équipes qui étaient en tête de Ligue 2 et l'absence de descente en Ligue 1 et une année suivante avec quatre descentes aurait été la décision la plus juste et la plus humaine." 

Mon rôle, c'est de défendre les intérêts de l'Amiens SC. Donc nous allons attendre le procès verbal du conseil d'administration, il y aura aussi le passage à l'assemblée générale et nous nous réservons le droit d'aller plus loin pour que la justice passe. 

"Cette épreuve va nous souder, nous rapprocher de nos supporters, de nos partenaires. Nietzsche disait : tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Physiquement, je suis peut-être un peu frêle, mais d'esprit, je suis très guerrier."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu