Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 1 - Le recrutement du SM Caen passe par l'étranger

Caen, France

Depuis son retour en Ligue 1, le SM Caen travaille pour étendre son recrutement hors de France. Le mouvement s'est accéléré cette saison avec l'arrivée de 4 joueurs qui évoluaient dans un championnat étranger. La signature du Finlandais Timo Stavitski, officialisée mardi, en est le dernier exemple.

Ivan Santini (à gauche) et Jan Repas (à droite), deux exemples du recrutement du SM Caen à l'étranger
Ivan Santini (à gauche) et Jan Repas (à droite), deux exemples du recrutement du SM Caen à l'étranger © Maxppp - Stéphane Geufroi

Timo Stavitski va rejoindre trois autres joueurs caennais recrutés cet été à l'étranger : Stef Peeters qui jouait en Belgique à St Trond, Jan Repas recruté en Slovénie à Domzale et Adama Mbengue qui jouait à Diambars au Sénégal après un passage aux Etats-Unis.

Depuis le début de la saison, c'est quasiment la moitié des recrues du SM Caen qui ont été dénichées dans un championnat étranger (4 sur 9).

Quatre des neufs recrues caennaises dénichées à l'étranger

La saison précédente, la cellule de recrutement caennaise avait déniché son meilleur buteur, Ivan Santini, à Liège, en Belgique. Un recrutement à succès puisque le croate a inscrit depuis 21 buts en une saison et demi en Ligue 1.

Le Stade Malherbe de Caen a principalement ciblé ses coups à l'étrangers sur des joueurs offensifs (Repas, Santini, Peeters et donc Stavitski) et pour cause. Un buteur qui tourne à 15 réalisations par saison ou un passeur sont sans doute les profils les plus difficiles et les plus coûteux à trouver. 

La piste étrangère ne gagne pas à tous les coups

Le SM Caen avec son budget restreint dans un milieu fortement concurrentiel a donc choisi d'étendre son réseau sur des pistes étrangères. Cela ne fonctionne pas toujours. Le burundais Saidi Ntibazonkiza n'a joué qu'une saison (2015-2016) avant de retourner en Turquie. 

Autre bémol, cette saison, Stef Peeters n'a été titularisé qu'une seule fois avant la trêve en Ligue 1 et Jan Repas malgré un temps de jeu conséquent (10 titularisations) doit encore s'adapter aux exigences de la Ligue 1.

Il n'empêche. Deux des trois internationaux caennais qui peuvent espérer participer à la prochaine Coupe du Monde en Russie cet été (Ivan Santini et Adama Mbengue) ont été recrutés à l'étranger.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess