Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 1 : Le TFC poussé vers la Ligue 2 par le Bordeaux de Braithwaite (4-2)

dimanche 13 mai 2018 à 2:27 Par Damien Gozioso, France Bleu Occitanie

Les footballeurs toulousains sont plus que jamais barragistes au soir de l'avant-dernière journée de Ligue 1. Ils ont sombré au Matmut Atlantique de Bordeaux, notamment plombés par les deux buts de leur ancien capitaine Martin Braithwaite. Tout se jouera lors de la dernière journée.

Martin Braithwaite a joué un bien mauvais tour à ses anciens partenaires.
Martin Braithwaite a joué un bien mauvais tour à ses anciens partenaires. © Maxppp - Mehdi Fedaouch

Bordeaux, France

Quand le TFC a ouvert le score, certes contre le cours du jeu, par une superbe frappe de Sylla (30e), les Toulousains se sont pris à y croire. Malheureusement, cela a duré moins de dix minutes, le temps pour Braithwaite de se rappeler au bon souvenir de ses anciens coéquipiers (39e).

En deuxième mi-temps et comme trop souvent ses dernières semaines, le Téf a reculé, abandonnant la possession et le contrôle du match à son adversaire. C'est logiquement que les Violets ont encore été puni par Braithwaite (50e) — encore lui — puis Lerager (74e) et Malcom (78e).  La réaction, pour l'honneur et presque anecdotique de Sanogo (90e+1) a eu du mal a redonner le sourire au président Sadran et à la centaine de supporters ayant tout de même fait le déplacement.

Au classement le TFC reste 18e et barragiste, sauf que sa marge sur le premier relégable, Troyes, s'est réduite à l'écart minimal. Caen qui devance Toulouse a trois points d'avance mais une différence de buts moins bonne. Autant dire que l'issue de la réception de Guingamp pourra ressembler à une délivrance, le maintien direct, au purgatoire, un barrage, ou à un enterrement, la descente.

Corentin Jean : "La Ligue 2 n'est pas loin"

L'ailier Corentin Jean avait vraiment du mal à cacher son abattement à l'issue de cette défaite dans le derby : "Comme souvent ces derniers temps on est trop fébrile, à chaque occasion on a l'impression qu'on peut prendre un but, et cela a été le cas. Il y a un gros manque de confiance, on ne se lâche pas assez, il n'y a pas de jeu il y a rien... Aujourd'hui on est barragiste (et pas pire, NDLR) grâce à Dieu... _Il faut se dire qu'on va faire les barrages_, et puis il reste un match donc on va tout donner car il reste un espoir. On veut être positif mais oui il y a de l'abattement, on est pas bien, pas en confiance, la tête ça va pas donc on ne gagne pas énormément de matchs. On est dans une situation délicate, la Ligue 2 n'est pas loin, elle nous chauffe les fesses, on a encore de l'espoir et de la chance d'être barragiste et il faudra tout donner samedi".

Corentin Jean : "Il n'y a pas de jeu, il y a rien..."

Corentin Jean, comme souvent le plus lucide après une énième contre-performance du Téf. - Radio France
Corentin Jean, comme souvent le plus lucide après une énième contre-performance du Téf. © Radio France - DG

Michaël Debève : "Personne ne lâche"

L'entraîneur Michaël Debève ne change pas son discours d'un iota après ce 12e match sans victoire sur les 13 derniers disputés, il croit toujours dur comme fer au maintien : "C'est une défaite qui est lourde même si on revient un peu, on partait vraiment de loin. Strasbourg et Lille se sont envolés et sont maintenus donc cela nous rend la tâche bien plus difficile mais on va le faire. Cela peut paraître difficile mais moi j'y crois, les joueurs y croient et tout le monde y croit... Quand on voit l'investissement à l'entraînement, personne ne lâche et même si ce match contre Bordeaux a été dur personne n'a lâché. On a vu jusqu'à la fin des joueurs pas résignés, et cette petite révolte, même si elle ne s'est pas beaucoup vue me fait penser que les joueurs sont concernés et ont envie de s'en sortir. Cela donne des motifs d'espoir pour le dernier match".