Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 1 : Les ambitions de Bertrand Desplat, le président d'En Avant de Guingamp, avant la reprise du championnat

samedi 11 août 2018 à 7:05 Par Thomas Lavaud, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Bertrand Desplat, le président de l'En Avant de Guingamp, se livre avant le début de la saison 2018/2019 de Ligue 1. Il veut des ambitions sportives à la hauteur des investissements dans les structures, et demande plus de régularité à son équipe.

Bertrand Desplat, à son bureau, au siège d'En Avant de Guingamp
Bertrand Desplat, à son bureau, au siège d'En Avant de Guingamp © Radio France - Thomas Lavaud

Guingamp, France

- France Bleu : Roudourou est en travaux, et l'inauguration du centre d'entraînement des pros, le "Pro Park", est attendue prochainement. Cette saison doit-être celle où Guingamp grandit ? 

- Bertrand Desplat : "C'est une saison importante. Historique car on n'avait jamais fait six saisons de suite en Ligue 1. Avec treize saisons au total, on égalise le bilan de deux clubs voisins, Lorient et Brest. Ce sont des clins d’œil prouvant que le club grandit. Et qu'il doit continuer à grandir, et ça passe par les infrastructures.

Si un cador dévisse ou n'est pas à la hauteur, j'aimerais que ce soit nous derrière

- France Bleu : Les ambitions sportives doivent être à l'unisson de ces infrastructures. Est-ce que vous attendez une saison plus sereine après les hauts et les bas de la saison dernière ?

- Bertrand Desplat : "Notre passage en Ligue 1 s'est appuyé sur deux cycles. Trois saisons où on a lutté pour le maintien, avec un effectif juste, mais des valeurs de combat indéniables. Le second cycle, depuis l'arrivée d'Antoine Kombouaré, a permis de nous stabiliser dans le cœur du championnat. On n'a plus mis un pied dans la zone de relégation. On s'est maintenu vers la 30e journée l'an dernier. On doit progresser en étant plus réguliers. On a eu des matchs épiques contre Marseille, Monaco ou au Parc, tout en perdant des points contre des équipes reléguées en fin de saison. L'axe de travail avec Antoine Kombouaré est là. On veut plus de constance et de régularité sur ce type de rencontres. Ce qu'on veut, c'est que si un cador venait à dévisser ou à ne pas être à la hauteur, j'aimerais que ce soit nous derrière."

- France Bleu : Donc, Top 10 minimum ?

- Bertrand Desplat : "On l'a fait deux fois en quatre ans. L'an passé, on le rate à peu de choses près. Etre 12e ne nous a pas satisfait. En gagnant ces points contre nos concurrents directs, et en continuant à avoir, dans notre ADN, la volonté de faire des exploits, j'espère qu'on atteindra des objectifs supérieurs".

On doit prendre chaque match comme une finale de coupe de France. Y compris contre des adversaires moins prestigieux

- France Bleu : C'est donc davantage une question de concentration que de jeu ?

- Bertrand Desplat : "On a construit un effectif de qualité. Il est compact, homogène. On a deux équipes-types interchangeables. Un groupe resserré, mais concerné. _La dimension à travailler est la dimension mentale_. On doit prendre chaque match comme une finale de coupe de France. Y compris contre des adversaires moins prestigieux. On est le poil à gratter des cadors, on doit être plus réguliers"

- France Bleu : Voir Roudourou remodelé, c'est un symbole ? 

- Bertrand Desplat : "Les infrastructures sont indispensables si on veut rester en Ligue 1 dans la durée. On a dépensé vingt millions d'euros en cinq ans. Notre stade sera fermé, à l'anglaise. On devrait battre le record d'affluence contre le PSG. Il y a deux ans, on a lancé l'Akademi, notre centre de formation. Et le "Pro Park" va permettre d'avoir un niveau de préparation qui va s'élever d'un cran, pour être raccord avec nos objectifs. Quand on donne plus de moyens à un groupe, il est normal d'avoir plus d'attentes." 

Ce n'est pas parce qu'on a de l'humilité qu'on n'a pas d'ambitions

- France Bleu : Avec tous ces projets, peut-on encore parle de petit Guingamp ?

- Bertrand Desplat : "Qu'on le veuille ou non, il y aura toujours 7.000 habitants à Guingamp et des millions à Paris, Lyon ou Marseille. On restera un club rural pour toujours, avec une assise populaire phénoménale. Des gens simples, qui se retrouvent dans notre club. Mais ce public est aussi ambitieux et exigeant que nous. Ce n'est pas parce qu'on a de l'humilité qu'on n'a pas d'ambitions".