Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 1 : Lille 2019 - Rennes 2020, vrais ou faux jumeaux ?

-
Par , France Bleu Armorique

"Je pense que Rennes, c'est nous l'an dernier", a dit lundi en conférence de presse l'entraîneur lillois Christophe Galtier. Alors que les deux équipes s'affrontent ce mardi (19h), est-il juste de comparer le Lille de la saison dernière, qui avait terminé 2e de Ligue 1, au Stade Rennais, actuel 3e ?

Le Rennais Raphinha (à gauche), et l'ex-Lillois Nicolas Pépé (à droite) font partie des moteurs de leurs équipes respectives.
Le Rennais Raphinha (à gauche), et l'ex-Lillois Nicolas Pépé (à droite) font partie des moteurs de leurs équipes respectives. © AFP - Marc Ollivier (Maxpp) / Pascal Guyot (AFP)

Le parallèle a été lâché en conférence de presse, ce lundi, par Christophe Galtier. "_Je pense que Rennes, c'est nous l'an dernie_r a comparé  l'entraîneur lillois. Son jeu est identifié, très clairement. Vous savez tout sur cette équipe, mais elle gagne et parfois avec des scénarios incroyables. Il me semble à l'heure actuelle qu'ils ont ce brin de chance, cette part de réussite qui me fait penser que c'est un peu nous l'année dernière."

Interrogé un peu plus tôt, à Rennes, Julien Stéphan n'avait pas été dans le sens de son homologue. "C'est difficile de juger ce qu'il se passe quand on n'est pas dans le club. Lille avait fait une année exceptionnelle l'an dernier, mais méritée". Alors, Rennes est-il le Lille de l'an dernier ? Radiographie. 

Lille avait trois points de plus l'an dernier et était déjà deuxième

Après la 22e journée de l'exercice 2018/2019, le LOSC comptait 43 points, soit trois de plus que le Stade Rennais cette saison. Les Dogues étaient alors déjà deuxièmes, derrière l'inamovible PSG, et comptaient déjà trois points d'avance sur le troisième Lyon. 

L'an dernier, la force offensive des Lillois, qui célèbrent ici un but de Pépé, était impressionante.
L'an dernier, la force offensive des Lillois, qui célèbrent ici un but de Pépé, était impressionante. © Maxppp - GUILLAUME HORCAJUELO

Si cette saison, les hommes de Julien Stéphan n'ont pas toujours été réguliers, et se classaient 12e après la défaite à Monaco, les Lillois de l'an dernier avaient traversé la saison dans le haut de tableau. Au pire cinquièmes, à l'issue de la 2e journée, ils avaient récupéré la place de dauphin début décembre, pour ne plus la quitter jusqu'à la fin de la saison. 

Lille avait un Nicolas Pépé en feu

Il y a un an, Nicolas Pépé, le n°19 lillois, était tout simplement injouable. Après 22 journées de Ligue 1, il avait inscrit 15 buts et réalisé sept passes décisives, ce qui en faisait le joueur le plus décisif des cinq grands championnats. Lille pouvait aussi compter sur Jonathan Bamba (huit buts à ce moment de la saison), et sur le Portugais Rafael Leão (cinq buts). Globalement dans l'efficacité offensive, les Lillois semblaient alors au dessus. En 22 journées, ils avaient inscrit 36 buts, soit sept de plus que Rennes cette saison. 

En effet malgré, les trois buts marqués contre Nantes vendredi, le Stade Rennais présente aujourd'hui la 9e attaque de la Ligue 1. Si ses attaquants sont performants, avec huit buts pour M'Baye Niang, six pour Adrien Hunou, et cinq pour Raphinha, aucun n'est dominateur comme pouvait l'être Nicolas Pépé l'an dernier. 

Lille n'avait pas de Coupe d'Europe

Sauvés de justesse lors de la saison 2017/2018, les Lillois avaient attaqué l'exercice suivant sans la Coupe d'Europe, et la fatigue qu'elle engendre. Éliminés dès leur entrée en lice en Coupe de la Ligue, c'est Rennes qui leur avait barré la route de la Coupe de France, en huitièmes de finale. Conséquence, les Lillois, en plus globalement épargnés par les blessures, n'avaient que très peu tourné, utilisant toujours le même noyau de joueurs, notamment autour de leur paire Xeka - Thiago Mendes au milieu de terrain. 

En revanche, cette saison, en plus des 22 journées de Ligue 1, les Rennais ont joué six rencontres de Ligue Europa, une de Coupe de la Ligue,  et trois en Coupe de France, où ils sont toujours en course. Et en plus, la saison rennaise avait démarré dès le 3 août, à Shenzen, pour le Trophée des Champions. Conséquence, Julien Stéphan a déjà utilisé 27 joueurs de son effectif, une rotation imposée par l'enchaînement des rencontres. 

Lille avait terminé très fort

Si les Lillois, on l'a dit, n'avaient "que" trois points d'avance sur le troisième à l'issue de la 22e journée, ils ont terminé très fort. Entre la 23e et la 38 journée, leur bilan était de neuf victoires, cinq nuls et deux défaites. Et encore, leur dernier revers a eu lieu lors de la 38e et dernière journée, alors qu'ils étaient certains de terminer deuxièmes. Et c'était au Roazhon Park contre le Stade Rennais. 

Rennes avait battu Paris, Lille avait perdu

Entre la première et la 22e journée, Lille avait perdu (2-1) au Parc des Princes, lors de la 12e journée. Un match qui s'était décanté dans les 20 dernières minutes, où Paris avait pris le dessus sur des buts de Kylian Mbappé (70e) et  Neymar (84e), avant une réduction du score de Nicolas Pépé sur penalty dans le temps additionnel.  

Cette saison, les Rennais d'Eduardo Camavinga ont dominé le PSG de Marco Verratti.
Cette saison, les Rennais d'Eduardo Camavinga ont dominé le PSG de Marco Verratti. © Maxppp - Joël Le Gall

Cette saison, les Rennais, eux, ont battu le PSG (2-1), dès la 2e journée, dans un match qui avait révélé au monde entier Eduardo Camavinga, passeur décisif ce soir là pour Romain Del Castillo, qui avait donné la victoire au Stade Rennais. L'an dernier, les Lillois avaient surtout impressionné au match retour contre le PSG, qu'ils avaient écrasé (5-1) au stade Pierre-Mauroy, dans une rencontre où ils avaient montré toutes leurs qualités offensives. 

Aujourd'hui, un choc de haut de tableau

Depuis, les Lillois ont perdu leur star, Nicolas Pépé, transféré à Arsenal pour un montant de 80 millions d'euros, Rafael Leão, au Milan AC pour 35 millions, et Thiago Mendes à Lyon pour 26 millions. S'ils ont bien recruté, notamment le capitaine rennais Benjamin André, le champion d'Europe portugais Renato Sanches, ou encore leur meilleur buteur actuel, le Nigérian Victor Osimhen, le groupe semble avoir moins de repères que l'an dernier. 

Les Lillois Xeka et Gabriel n'ont que peu existé en Ligue des Chammpions, contre le Chelsea de Kanté.
Les Lillois Xeka et Gabriel n'ont que peu existé en Ligue des Chammpions, contre le Chelsea de Kanté. © Maxppp - Adam Davy

Ils ont joué la Ligue des Champions pour apprendre (dernier de leur poule avec un point), et remontent au classement, à la faveur d'une série de quatre victoires consécutives, entre le 30 novembre et le 13 décembre. Si les Lillois ont traversé des turbulences récentes, éliminés en Coupe de France par Épinal, leur victoire à Strasbourg (1-2), samedi, les a replacés à la 3e place du championnat. 

C'est donc un véritable match à quitte ou double que vont disputer les Rennais ce mardi. En cas de victoire, ils repousseraient les Lillois à neuf points, mais verraient revenir les Dogues à trois unités en cas de défaite. La tâche s'annonce en tout cas ardue à Pierre-Mauroy. A domicile, les Lillois sont la deuxième équipe de Ligue 1 (huit victoires, deux nuls, une défaite), derrière le PSG. 

Le groupe rennais

Julien Stéphan a fait simple, ce lundi, en conférence de presse : "pas de retour, ni de nouvelle blessure". Souleyman Doumbia est parti en prêt à Angers, Steven Nzonzi est arrivé, mais il est trop juste pour débuter. Ce sont donc les 19 joueurs dans le groupe pour le derby qui feront le voyage dans le Nord. 

Absents : Morel, Nyamsi, Grenier, Martin, Johansson (blessés), Nzonzi, Guitane, Bonet, Güçlü (choix)

Le groupe lillois

Absents: Yazici, Agozoul (blessés), Gaitan, Weah (reprise), Xeka, Zeka (choix)

Le match aller

Le 22 septembre, les Rennais, comme souvent cette saison, avaient trouvé les ressources pour revenir au score contre Lille. Alors que les deux équipes avaient joué en Coupe d'Europe dans la semaine, Rennes avait du s'appuyer sur un très bon Édouard Mendy pour rentrer à 0-0 à la pause. Menés ensuite 1-0 après une boulette de Gélin devant Osimhen, et un but de Jonathan Ikoné, les Rennais avaient su réagir. Et c'est Adrien Hunou, à peine entré qui avait égalisé de la tête sur un centre d'Hamari Traoré. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess