Football

Ligue 1 : Monaco s'impose sans forcer contre Bastia 3 / 0

Par Patrick Rossi, France Bleu RCFM samedi 14 mars 2015 à 4:28 Mis à jour le samedi 14 mars 2015 à 5:29

Soirée difficile pour le SCB à Monaco
Soirée difficile pour le SCB à Monaco © maxppp.com

Pas de nouvel exploit pour le Sporting Club de Bastia sur la pelouse du stade Louis II de Monaco. Les bastiais s'y sont cette fois-ci inclinés 3 / 0 et ont perdu deux joueurs en route, Sio et Diakhité, expulsés.

Et pourquoi ne pas rééditer la même performance qu’en Coupe de la Ligue?

Cette idée a trotté un temps dans les têtes bastiaises. Un temps seulement car, en face, les monégasques avaient bien leur esprit à cette rencontre de championnat et non encore, comme nombreux l’espéraient, au match retour de la ligue des champions contre Arsenal. Un rendez-vous européen que les joueurs de la Principauté ont ainsi préparé de fort belle manière en prenant le dessus et en étouffant leur adversaire du jour. 

L’équipe de Ghislain Printant a souffert, et lourdement chuté 3 / 0. Martial (22’ et 51’) et Carvalho (42’) ont eu raison d’un Sporting qui, au delà du résultat, a perdu deux joueurs en routes, Diakhité et Sio expulsés.

Ghislain Printant , l’entraineur du SCB, est revenu au coup de sifflet final sur cette soirée difficile : “Monaco, supérieur, nous a privé de ballon. Nous avons été je pense trop gentil ... de bon partenaires et pas des adversaires. La défaite est logique face à une équipe monégasque efficace. Nous avons manqué d’agressivité et nous terminons la rencontre à neuf. Nous n’avons pas fait le match d’une équipe qui joue le maintien . Nous concédons le premier but sur un passage à vide. C’était déjà compliqué comme ça et nous nous sommes mis plus encore en difficulté. Monaco nous a été supérieur dans bien des domaines.

Le plus dur commence donc pour le Sporting Club de Bastia. Un Sporting qui devra affronter les prochaines échéances avec un effectif réduit en raison des blessures et suspension, mais plus encore loin de ses bases, après la suspension de Furiani à titre conservatoire.