Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 1 : Puel - Favre décryptage de l'An II à l'OGC Nice

mardi 7 novembre 2017 à 6:01 Par Jean-Baptiste Marie, France Bleu Azur

Comme Claude Puel à son époque, Lucien Favre vient de traverser sa pire période à la tête de l'OGC Nice. L'équipe du technicien suisse a enchaîné six revers de suite, quand celle de l'actuel entraîneur de Leicester avait concédé sept défaites consécutives en 2013/2014. Décryptage.

Claude Puel entraîneur de l'OGC Nice (2012-2016) et Lucien Favre actuel coach (depuis 2016)
Claude Puel entraîneur de l'OGC Nice (2012-2016) et Lucien Favre actuel coach (depuis 2016) © Maxppp - .

La deuxième saison de Lucien Favre à la tête de l'OGC Nice présente des similitudes avec le second exercice de son prédécesseur. Comme sous l'ère Claude Puel, le technicien suisse traverse un début de saison délicat, même si son équipe vient de mettre un terme à sa série de six défaites consécutives en battant Dijon (1-0), dimanche dernier.

Saison historique, qualification en coupe d'Europe, spirale négative, interrogation autour de leur avenir à la tête de l'effectif professionnel... décryptage de l'An II de Claude Puel et de Lucien Favre à l'OGC Nice.

Saison 2013/2014 : Claude Puel

Pour sa première saison à Nice, Claude Puel emmène son équipe au pied du podium. Nice termine 4e de Ligue 1 lors de la saison 2012/2013, une première dans le top 5 depuis 37 ans (le Gym a été vice-champion de France en 74/75). Le club azuréen retrouve la coupe d'Europe et dispute les barrages de l'Europa League. Mais l'Apollon Limassol élimine Nice (défaite 2-0 à Chypre, succès 1-0 au stade du Ray).

L'équipe du capitaine Digard n'accuse pas le coup tout de suite. Après 12 journées de championnat, Nice pointe à la 12e place (5 victoires, 2 nuls, 5 défaites. 17 points). C'est en Novembre que le Gym traverse une période de turbulence, la première sous l'ère Claude Puel. Du 26 octobre (11e journée) au 7 décembre 2013 (17e journée), les aiglons enchaînent sept défaites consécutives en championnat. Dario Cvitanich and co mettent fin à leur spirale négative en battant Sochaux consécutivement en Ligue 1 et en coupe de la Ligue.

Claude Puel (à droite) sur le banc de l'OGC Nice au stade du Ray à l'été 2012 - Maxppp
Claude Puel (à droite) sur le banc de l'OGC Nice au stade du Ray à l'été 2012 © Maxppp - .

Nice terminera 17e, premier non relégable

A la trêve hivernale, l'OGC Nice conclura l'année 2013 à la 14e place (7V, 2N, 10D en 19 matches. 23 points). Mais les aiglons lutteront toute la seconde partie de saison pour se maintenir dans l'élite. C'est à deux journées de la fin que le Gym arrachera son maintien. Les joueurs de Claude Puel termineront même la saison par trois défaites consécutives. Classement final : 17e et donc premier non relégable (12V, 6N, 20D. 42 points).

  • Analyse de Patrice Alberganti, ancien joueur de l'OGC Nice et consultant France Bleu Azur :

"Lors de cette série noire, Claude Puel avait dû faire face à une hécatombe de blessés. L'équipe paye alors une accumulation des matches suite à la préparation physique estivale et la double confrontation contre Limassol. Les contre-performances s'enchaînaient. La saison avait été galère jusqu'au bout. Le Gym n'avait pas été programmé pour terminer quatrième lors de l'arrivée de Puel. L'effectif de la saison 2013/2014 n'était pas suffisamment étoffé. Le club n'avait pas le budget pour être compétitif sur tous les tableaux et n'avait pas vraiment prévu d'être européen à ce moment là."

Saison 2017/2018 : Lucien Favre

Pour sa première saison à Nice, Lucien Favre succède à Claude Puel et fait grimper son équipe sur le podium. Nice termine 3e de Ligue 1 lors de la saison 2016/2017, une première dans le top 3 depuis 41 ans. Le club azuréen va jouer la coupe d'Europe pour la deuxième année consécutive et dispute le troisième tour de qualification (nul 1-1 contre l'Ajax, nul 2-2 à Amsterdam et qualification) puis les barrages de la Ligue des Champions. Mais le Napoli élimine Nice (défaite 2-0 à Naples, défaite 2-0 à l'Allianz Riviera) qui s'assure tout de même une participation à l'Europa League.

L'équipe du capitaine Dante, perturbée par un mercato mouvementé (vrai-faux départ de Seri au Barça) et de nombreux départs de joueurs cadres (Baysse, Belhanda, Ricardo, puis Eysseric et Dalbert), débute sa saison en Ligue 1 par deux défaites (1-0 à Saint-Etienne et 1-2 contre Troyes). C'est au début de l'automne que Lucien Favre et ses joueurs affrontent des vents contraires. En un mois (du 1er octobre au 2 novembre), le Gym encaisse six revers de suite, toutes compétitions confondues (dont deux défaites en Europa League contre la Lazio Rome).

Dès sa première saison à Nice, Lucien Favre a eu à gérer la star italienne Mario Balotelli - AFP
Dès sa première saison à Nice, Lucien Favre a eu à gérer la star italienne Mario Balotelli © AFP - VALERY HACHE

7 défaites en 12 matches, contre 4 en 38 journées

Après 12 journées de championnat, Nice pointe à la 15e place (4V, 1N, 7D. 13 points). Les aiglons comptent déjà sept revers en championnat alors qu'ils avaient encaissé seulement quatre défaites la saison passée. Il faut espérer que Balotelli and co ont mangé leur pain noir pour toute la saison. Elle est encore longue, et le Gym a largement les moyens et le temps de se rattraper en Ligue 1, mais aussi dans les coupes nationales. Les Azuréens ont aussi leur épingle du jeu à tirer en Europa League où ils sont plus que jamais en course pour une qualification en seizièmes de finale.

  • Analyse de Patrice Alberganti, ancien joueur de l'OGC Nice et consultant France Bleu Azur :

"Nice a démarré sa saison dès la fin juillet. Forcément sa pèse dans les jambes. Après, il n'y a pas que ça. On a perdu des joueurs essentiels au mercato. L'absence de Wylan Cyprien est préjudiciable. La blessure de Mika Seri aujourd'hui se fait sentir. On a sans doute un effectif un peu plus armé pour jouer sur plusieurs tableaux, si ce n'est que les joueurs majeurs qui ont permis d'être performant la saison dernière sont soit blessés, soit ils ne sont plus là. Surtout au milieu de terrain qui était la pépite de Nice.

Mais une fois que tu as dis ça, tu dois essayer de changer, de trouver des alternatives avec les joueurs que tu as. Mais attention, le Gym a un collectif de qualité. Beaucoup de club de Ligue 1 aimerait l'avoir. Après, les erreurs individuelles ont aussi beaucoup coûté au Gym pendant cette série de revers consécutifs, plus qu'une faillite collective. Mais Nice peut se reprendre. On a un entraîneur qui a fait ses preuves dans l'un des plus grands championnats du monde (en Allemagne). L'effectif est de qualité et expérimenté. On est armé pour au moins finir entre la 5e et la 10e place."

Comme Puel, Favre garde la confiance des dirigeants

Quand les vents sont contraires l'OGC Nice change rarement de cap. Depuis son arrivée à la tête de l'OGC Nice, en 2011, Jean-Pierre Rivère n'a tranché qu'une seule fois dans le vif. Pour maintenir le Gym dans l'élite, il décide d'écarter du banc de touche Eric Roy pour confier avec succès la mission maintien à René Marsiglia.

Claude Puel prend la suite en 2012, traverse une période délicate avec sept défaites consécutives en 2013. Jean-Pierre Rivère décide alors de prolonger son entraîneur. L'ancien joueur de Monaco ira jusqu'au bout de son contrat même si des tensions et des divergences surgissent avec ses dirigeants notamment autour de la gestion de ses fils (Grégoire et Paulin).

"Quand les périodes sont difficiles, on ne bouge pas. On ne change pas de cap." - Jean-Pierre Rivère

Jean-Pierre Rivère et Lucien Favre en discussion à l'entraînement. - Maxppp
Jean-Pierre Rivère et Lucien Favre en discussion à l'entraînement. © Maxppp - .

À l'été 2016, Lucien Favre prend les commandes de l'équipe professionnel. Le technicien suisse même en difficulté, voir en panne d'inspiration ces dernières semaines, est toujours en poste. Sous contrat, les dirigeants n'ont pas songé à la remplacer si l'on en croit le président Rivère (écouter ci-dessous).

Jean-Pierre Rivère évoque la situation de Lucien Favre.