Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football
Dossier : La saison 2019-2020 du Racing Club de Strasbourg

Foot - L1 - RCSA : Pour Strasbourg, duel de bêtes blessées face à l’OM

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Strasbourg, 19e après les premiers matches de la 10e journée de Ligue 1, se déplace au Vélodrome pour y affronter le 9e, Marseille, ce dimanche 20 octobre à 21h. Deux équipes en méforme et en besoin de points. Et si c'était le RCSA, face à un OM diminué et dans le doute, qui en profitait ?

Tous en défense face à l'OM ? Pas forcément... Les Marseillais, diminués, peuvent être prenables. Strasbourg peut en profiter. Mais il faudra se réveiller en attaque, point faible du début de saison.
Tous en défense face à l'OM ? Pas forcément... Les Marseillais, diminués, peuvent être prenables. Strasbourg peut en profiter. Mais il faudra se réveiller en attaque, point faible du début de saison. © Maxppp - Nicolas Goisque

Strasbourg, France

Quand on regarde le classement, la rencontre semble déséquilibrée. Mais pas tant que ça, en réalité. L’OM, 9e de L1, compte 13 unités, à peine 4 de plus que Strasbourg, 19e après les premiers matches de la 10e journée. C’est la vérité de notre championnat, plus que jamais homogène, où Nantes et Reims complètent le podium derrière le PSG. Où tout le monde peut battre tout le monde. Et si le RCSA en profitait pour frapper un grand coup, et enfin lancer sa saison ?

Car Strasbourg stagne en ce début d’exercice 2019/2020. Flirtant avec la zone de relégation au soir de la 9e journée, les Alsaciens auront attendu la 6e levée pour engranger leur premier succès, face aux Nantais (1-0). Avant de rééditer ça, deux journées plus tard, contre Montpellier, sur le même score et grâce à un Matz Sels étincelant. Et de perdre chez le dernier, Dijon, au terme d’une prestation compliquée (1-0), avant la trêve internationale. Seulement deux victoires donc pour Strasbourg. Qui on le rappelle, a débuté sa saison plus de deux semaines avant tout le monde, avec la Coupe d'Europe (6 matches de Ligue Europa disputés en comptant deux tours de qualification et un barrage) commencée le 25 juillet dernier. D'où une certaine fatigue forcément accumulée.

La crise couve à l'OM, diminué

Mais en face ? L’OM est à fleur de peau. Après une superbe série de trois victoires de suite entre fin août et mi-septembre (à Nice, contre l’ASSE au Vélodrome et à Monaco), les Olympiens ont vrillé. Un premier nul à domicile contre Montpellier (1-1) ponctué de deux expulsions - celles de Dimitri Payet et Boubacar Camara - suivi de deux autres scores de parité, à Dijon (0-0) et au Vél’ contre Rennes (1-1). Avant une piteuse défaite à Amiens (3-1).

Et pour la réception des Strasbourgeois, Marseille ne s’avancera pas avec toutes ses forces vives. Florian Thauvin et Alvaro Gonzalez sont blessés, Payet et Morgan Sanson suspendus. Sans oublier que l’OM, au Vélodrome, n’est plus vraiment maître chez soi : une seule victoire, deux nuls et une défaite. Les supporters grondent, la crise n’est jamais bien loin.

Je me méfie surtout des bêtes blessées (Thierry Laurey, entraîneur du RCSA)

Mais quand on demande à l’entraîneur du RCSA Thierry Laurey si c’est le meilleur moment pour prendre cet OM moribond, la réponse fuse. "Vous êtes psy, vous, non ? Si ça ne faisait pas vendre, vous ne parleriez pas de Marseille en ce moment. Il y a des équipes davantage en perte de confiance que l’OM, replace le coach strasbourgeois. S’ils reviennent dans le Top 5 dans sept ou huit journées, ou nous en mettent trois ou quatre dimanche soir, plus personne ne parlera du manque de confiance de Marseille."

"Il y a suffisamment de qualité dans l’effectif marseillais pour que l’OM soit capable de surmonter les éventuelles difficultés momentanées que vous leur trouvez, souffle Thierry Laurey. Leur équipe peut terminer dans les cinq premiers, sans problème, même si leur entraîneur a évoqué la troisième place. Dans une saison, même pour les grands clubs comme Lyon, Monaco ou Paris, il y a toujours une période de moins bien. Ça dure quelques matches, et après tu reprends le fil. Et quand la machine va se remettre en route, il n’y aura aucun souci pour remonter facilement."

De là à minimiser les absences marseillaises ? Non, reconnaît le technicien alsacien. "Quand tu n’as pas Payet, Thauvin ou Sanson, ceux qui peuvent te faire mal offensivement, c’est beaucoup mieux. L’an dernier, quand on joue chez eux en Coupe de la Ligue (qualification en quarts de finale 1-1, 4 tab à 2), on arrive à maîtriser la première heure de jeu, sans être trop en difficulté. Payet rentre sur la fin, dans la dernière demi-heure. On a vu la différence. C’est quand même un joueur majeur de cette équipe, si ce n’est le joueur majeur. Thauvin, même chose. C’est un garçon qui a quand même marqué pas mal de buts pour l’OM. Quand tu ne l’as pas pendant plusieurs mois, il est évident que ça t’embête un peu en termes d’efficacité offensives."

Pour Thierry Laurey, le coach du RCSA, Marseille a suffisamment de qualités pour ne pas s'inquiéter des absents olympiens pour la rencontre de ce dimanche. - Radio France
Pour Thierry Laurey, le coach du RCSA, Marseille a suffisamment de qualités pour ne pas s'inquiéter des absents olympiens pour la rencontre de ce dimanche. © Radio France - Nicolas Fillon

Mais le réservoir marseillais est suffisamment fourni pour que le danger soit ailleurs, juge Thierry Laurey : "T’as quand même Germain, Benedetto, Radonjic, Sarr qui est multicartes, Rongier… Ça va, tu n’as pas de quoi trembler non plus, tu as du matériel ! Je ne me fais pas une montagne de Marseille, mais je sais que c’est une très bonne équipe. Moi, je me méfie surtout des bêtes blessées, il faut que l’on fasse attention à ne pas donner le bâton pour prendre des coups."

Une attaque strasbourgeoise en berne

Strasbourg en est une, aussi, de bête blessée. Avant-dernière attaque de Ligue 1, devant Dijon, avec six réalisations. Pire équipe à l’extérieur (un nul, trois défaites) et aucun but marqué hors de ses bases. C’est vraiment le secteur offensif qui pêche. Marseille a semble-t-il trouvé son "grantattakan" avec l’Argentin Dario Benedetto (5 buts qui ont rapporté 7 points à l’OM, personne ne fait mieux en championnat) malgré une attaque globale un peu en berne (10 pions inscrits après 9 journées, plus faible total marseillais depuis la saison 2011/2012). Mais du côté de Strasbourg, on peine à endosser le rôle du goleador

Statistique parlante pour pointer l’inefficacité alsacienne actuelle : la saison dernière, après 9 matches, le RCSA comptait deux joueurs dans le Top 10 des meilleurs buteurs. Un duo composé de Lebo Mothiba (5 buts, 1 passe décisive) et Nuno Da Costa (4 buts, 2 passes décisives). Aujourd’hui, les deux avants-centres n’ont toujours pas planté ni distribué du caviar pour les coéquipiers, eux qui ont joué chacun à 8 reprises en L1 depuis le début du championnat. Le meilleur buteur strasbourgeois ? Adrien Thomasson accompagné de Ludovic Ajorque (2 buts). Suivis de Dimitri Liénard et Kenny Lala (qui pourrait jouer sa 100e en L1 ce dimanche), un pion chacun. Et c'est tout.

Il y a un an jour pour jour, le 20 octobre 2018, Lebo Mothiba donnait la victoire au RCSA face à Monaco (2-1) à la Meinau sur une passe dé' de Nuno Da Costa. Cette saison, les deux buteurs sont muets. - Maxppp
Il y a un an jour pour jour, le 20 octobre 2018, Lebo Mothiba donnait la victoire au RCSA face à Monaco (2-1) à la Meinau sur une passe dé' de Nuno Da Costa. Cette saison, les deux buteurs sont muets. © Maxppp - Jean-Marc Loos

Alors, manque de qualité technique ou de confiance en attaque ? Pour Thierry Laurey, ce n’est clairement pas la seconde option. "Pourquoi voulez-vous que ce soit toujours une histoire de confiance ? Nos attaquants marquaient des buts en Coupe d’Europe, et ça ne date pas de Neandertal. Après le match retour contre Francfort (défaite 3-0), vous ne me demandiez pas s’ils manquaient de confiance. On est dans une période où nos garçons n’ont pas toute l’efficacité qu’on aimerait qu’ils aient. Encore une fois, ça concerne tout le monde. Il y a une efficacité offensive, mais aussi défensive à avoir."

La défense, pourtant l’un sinon le secteur qui donne le plus de satisfaction dans la grisaille strasbourgeoise, n’est pas encore parfaite. Malgré un portier belge en feu depuis le début de saison, et la révélation Mohamed Simakan. "Mieux tu défends, mieux tu attaqueras. Et bien défendre, ce n’est pas seulement ne pas encaisser de but, insiste Thierry Laurey. C’est récupérer des ballons un peu plus haut pour se projeter plus rapidement, en gagner dans des zones qui vont mettre l’adversaire en difficulté… Bref, toute la panoplie de la bonne défense. Par moments, même si on n’encaisse pas des tonnes de buts, on ne défend peut-être pas suffisamment bien pour pouvoir se créer beaucoup d’occasions. On en a, mais pas énormément, il faut être juste. Tout ça n’est qu’une histoire d’efficacité avant tout."

Pour s'en persuader durant le match, s'ils en avaient encore besoin, il suffira aux Strasbourgeois de jeter un coup d’œil au maillot de leurs adversaire. Sur le logo du club, la devise de l'OM. Il y est écrit "Droit au but". CQFD. 

OM-RCSA est à vivre en direct et en intégralité sur France Bleu Pays Alsace dès 20h30 ce dimanche 20 octobre.

Le groupe du RCSA

Le groupe de l'OM

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu