Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Anthony Deroin, une carrière bercée par les maintiens et les montées du SM Caen

La Causerie de la mi-temps de la rencontre entre le SM Caen et Bordeaux a été consacrée à Anthony Deroin. Le deuxième joueur le plus capé de l'Histoire du Stade Malherbe est revenu sur les matchs de maintien qu'il a joué avec le club normand.

Anthony Deroin, ancien joueur du SM Caen
Anthony Deroin, ancien joueur du SM Caen © Radio France - Francis Gaugain

Caen, France

Anthony Deroin a joué plus de 400 matchs sous les couleurs du SM Caen. Seul Nicolas Seube l'a dépassé dans l'Histoire du club, après sa retraite sportive prise en 2012.

"Nico mérite largement le record. Il m'a manqué quelques années. Je me suis arrêté un peu avant lui. Maintenant je ne cherche pas des records, Nico non plus et cela ne nous empêche pas d'avoir de super rapports tous les deux."

J'ai mis plus de temps à remettre les pieds à d'Ornano.

Normand, Caennais pur sucre, "Titi" Deroin a mis du temps avant de revenir voir son club.

"Cela a été très dur au départ. Je me suis complètement détaché. Je ne suis pas allé voir un match je crois la première année. C'était assez particulier de se retrouver dans les Tribunes. Cela ne m'empêchait pas de suivre les résultats et de les suivre à la télé mais j'ai mis plus de temps à remettre les pieds à d'Ornano.

Aujourd'hui, je les suis plus. Et j'ai des enfants qui sont fans de foot. C'est plutôt sympa de partager ces moments avec eux." 

On a souvent zigzagué Ligue 1-Ligue 2. On jouait forcément des matchs couperets de fin de saison

Quatre fois dans sa carrière, Anthony Deroin s'est retrouvé à jouer des matchs-couperet sur la dernière saison pour le maintien en 2005, en 2009, en 2011 et en 2012. "J'ai l'impression d'avoir été bercé que de ça durant ma carrière à part mes premières années de Ligue 2. On a souvent zigzagué Ligue 1-Ligue 2. On jouait forcément des matchs couperets de fin de saison. Mais c'est toujours plus sympa d'être vivant à la dernière journée plutôt que d'être mort."

Le souvenir le plus difficile reste sans nul doute la relégation en 2005 après un match mal négocié par les Malherbistes à Istres (2-3). Ce match reste l'une des plus grosses déceptions de sa carrière.

On n'a pas été préparé non plus pour jouer ce match comme il fallait (Istres). Et on a complètement sombré là-bas.

"Un match qu'on n'a pas préparé comme il fallait. Psychologiquement, on avait vraiment laissé beaucoup de forces dans les matchs d'avant. On a cru que celui-ci allait être beaucoup plus simple par le classement de Istres qui n'avait plus rien à jouer, peut-être par notre dynamique.

Je pense qu'on n'a pas été préparé non plus pour jouer ce match comme il fallait. Et on a complètement sombré là-bas.

Après avoir fait autant d'effort après une très belle saison. On avait fait quand même une finale de Coupe de la Ligue cette année-là. Cela aurait pu être une très belle année si on avait pu se maintenir."

La Causerie de la mi-temps avec Anthony Deroin