Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 1 - SM Caen - Nîmes, 55 mois après

mardi 4 décembre 2018 à 9:08 Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin

Le SM Caen reçoit Nîmes ce mercredi soir lors de la 16eme journée de Ligue 1. C'est la première fois que les deux formations se rencontrent en Ligue 1. C'est surtout la première fois qu'elle se retrouve depuis le malheureux Caen-Nîmes soupçonné d'avoir été arrangé en mai 2014.

La joie de Duhamel et des Caennais lors de leur dernière opposition face à Nîmes
La joie de Duhamel et des Caennais lors de leur dernière opposition face à Nîmes © Maxppp - FABRICE FOURES

Caen, France

Cinquante-cinq mois après leur dernière confrontation en Ligue 2, le SM Caen affronte Nîmes pour la première fois en Ligue 1 ce mercredi soir.

Des 22 joueurs qui s'aligneront sur la pelouse de d'Ornano, seul Fayçal Fajr aura participé à ce tristement célèbre SM Caen-Nîmes du 13 mai 2014..

A l'époque, un nul suffisait pour assurer la montée du SM Caen et le maintien de Nîmes avant de jouer la dernière journée. A 1-1, les deux équipes cesseront de prendre des risques lors du dernier quart d'heure et assureront le résultat.

L'euphorie de la remontée passée, cette rencontre va lourdement peser sur la vie du club de football normand.

Une écoute téléphonique des dirigeants nîmois pour une enquête autour des cercles de jeu parisiens va jeter le club Normand dans la tourmente. 

Une simple phrase de Jean François Fortin ("si on n'est pas trop con") sur l'idée qu'un nul arrangeait tout le monde va valoir au président caennais de l'époque une interpellation à l'aurore à son domicile, une garde à vue et déboucher quatre ans plus tard sur un procès à Paris en compagnie de Pilou Mokkedel, chargé de la sécurité du club à l'époque.

Si la Ligue de football a estimé qu'il n'y avait rien à redire sur cette rencontre, la justice en a jugé autrement.

En juin dernier, les deux hommes ont été lourdement condamnés : 15 mois avec sursis pour Jean François Fortin, huit mois avec sursis pour Mokkedel.

Entraîneurs, dirigeants, joueurs... tout a (quasiment) changé dans les deux clubs depuis leur dernière rencontre le 13 mai 2014 en match en retard de la 28eme journée de Ligue 2. Ne reste que Jean Marc Branger sur le banc caennais.

Mais cette affaire autour de ce match soupçonné d'avoir été arrangé n'est pas finie puisqu'un procès en appel devrait se tenir en 2019.

Reportage sur les retrouvailles entre le SM Caen et Nîmes