Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

SM Caen - Nîmes : "Je n'ai jamais utilisé le mot d'arrangement" (Mokeddel)

mercredi 6 juin 2018 à 15:46 Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu

Au troisième jour du procès dit des matchs supposés arrangés de Ligue 2, le Tribunal correctionnel de Paris a abordé ce mercredi le fameux SM Caen - Nïmes du 13 mai 2014. L'ancien responsable sécurité du SM Caen Kaddour Mokeddel, dit Pilou, a été le premier entendu à la barre du tribunal.

La salle d'audience de la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris
La salle d'audience de la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris © Radio France - Olivier Duc

Caen, France

Quatre ans et un mois après le partage des points qui faisaient l'affaire des deux formations, le Tribunal correctionnel est revenu sur ce match du 13 mai 2014 entre le SM Caen et Nîmes (1-1).

Si le nul arrangeait les deux formations, le club normand n'avait pas caché qu'il n'avait pas digérer de devoir jouer ce match remis parce que l'avion des nîmois n'avait pu se poser. Ils s'estimaient lésés par le choix de placer la rencontre entre les deux dernières journées.

Le président du tribunal a rappelé les principales communication téléphoniques enregistrées lors d'écoutes des dirigeants nîmois.

Il y a d'abord celles concernant Pilou Mokeddel, ancien responsable de la sécurité du SM Caen et Jean Marc Conrad, l'ex-président de Nîmes. Ce dernier l'a approché pour savoir dans quel état d'esprit les caennais allaient jouer le match.

A la barre, Pilou Mokeddel explique comment il était allé voir le coach caennais Patrice Garande et ses adjoints pour parler de cet appel.

Le président cite la déposition de Jean-Marie Huriez, un des adjoints de Patrice Garande. " _Pilou a dit qu'il avait reçu un coup de fil de Conrad qui voulait arranger le match. Ce ne sont pas les mots de Pilou mais c'est ce que  j'ai compris_. Garande a répondu hors de question, qu'on allait les plier et d'en parler au président (Fortin)"

Avant de rencontrer Patrice Garande, Pilou Mokeddel avait évoqué avec Jean François Fortin l'appel qu'il avait reçu de Jean-Marc Conrad_. "_A aucun moment il (Fortin) ne vous a semblé sensible à un arrangement ? " lui demande le juge. "A aucun moment. Il a été clair. Il m'a dit vouloir gagner 3 ou 4-0." répond Pilou Mokeddel.

La question qui se pose à nous est de savoir si vous avez relayé auprès de M. Fortin et de M. Garande une proposition d'arrangement, résume le président du Tribunal.

_"La seule chose que j'ai voulu relayer, c'est que le nul était bien pour les deux équipes_", répond Pilou Mokeddel.