Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Ligue 1 : résultats, classement, direct et calendrier

Ligue 1 - Stade Brestois : patron du milieu, Belkebla est devenu le capitaine du navire

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Opposé à Lyon ce vendredi en ouverture de la 26e journée de Ligue 1, le Stade Brestois pourra compter sur Haris Belkebla. Indiscutable au milieu de terrain, l'international algérien a hérité du brassard depuis la récente mise sur le banc de Jean-Kévin Duverne.

Haris Belkebla, au duel avec le Lillois Bamba, est devenu capitaine du Stade Brestois en cours de saison
Haris Belkebla, au duel avec le Lillois Bamba, est devenu capitaine du Stade Brestois en cours de saison © AFP - François Lo Presti

L'influence d'Haris Belkebla au Stade Brestois s'étend encore en 2021. Alors que les Ty Zefs se frottent ce vendredi à 21h à Lyon, 3e de Ligue 1, en ouverture de la 26e journée, le milieu de terrain sera une nouvelle fois l'un des éléments clés du dispositif d'Olivier Dall'Oglio. En quête d'un quatrième match consécutif sans défaite pour rester au chaud au milieu de tableau, l'entraîneur brestois s'appuiera notamment sur l'international algérien qui vient de fêter ses 27 ans.

Indiscutable sur le terrain et régulier dans ses performances

Déjà indispensable au coeur du jeu, il est tout simplement indéboulonnable et désormais guide de son équipe. "C'est quelque chose qui fait plaisir, c'est assez significatif" nous confiait-il mi-janvier, à la veille du derby face à Rennes. "Ca veut dire que le coach me fait confiance" depuis que le défenseur Jean-Kévin Duverne, qui l'était jusque là, est désormais placé sur le banc des remplaçants. Préféré aussi à Gautier Larsonneur et Paul Lasne qui l'ont porté lors de la préparation de la saison. "C'est aussi une forme de récompense" apprécie Haris Belkebla, "j'essaye de le porter avec honneur et du mieux que je peux".

Il est écouté et n'est plus un gamin, je trouvais légitime de lui donner le brassard

"Il joue régulièrement et il est impliqué dans le collectif" appuie Olivier Dall'Oglio, "c'est un ancien qui était en Ligue 2 ici. Il est écouté, il n'est plus un gamin. Il a 27 ans, il est international. Je trouvais légitime de lui donner le brassard" prolonge l'entraîneur des Ty Zefs, "mais avoir le brassard ne donne pas l'immunité. Je m'adresse à d'autres joueurs qui ne jouent pas, mais dont j'ai besoin d'avoir l'avis".

Il ne faut pas changer de rôle

Pour sa troisième saison à Brest, l'international Algérien est devenu l'un des patrons de l'effectif. Titulaire 24 fois sur 25 matchs possible, cette saison, la faute à une suspension d'une rencontre pour accumulation de cartons jaunes. Sept fois capitaine depuis décembre, une fonction nouvelle. "Il ne faut pas changer de rôle. A la base, je suis quelqu'un qui encourage beaucoup les coéquipiers. J'essaye de continuer comme ça, c'est tout. Avant le match, il y a un petit discours pour essayer de motiver les troupes selon les matchs et les échauffements. C'est souvent au feeling !". Interlocuteur avec les arbitres aussi désormais, Haris Belkebla est récompensé pour la régularité dans ses performances.  "Il est généreux et il donne l'exemple. Ca me plait bien également" reprend Olivier Dall'Oglio.

Un pénible pour ses adversaires

Loin d'être le plus spectaculaire sur le terrain, pas le plus exubérant non plus dans le jeu, il n'est spontanément pas celui dont le nom ressort à l'issue d'une rencontre au moment de décortiquer les performances. Le milieu défensif est en revanche irrémédiablement un pénible. Qui chasse, presse et harcèle ses adversaires quand il faut récupérer le ballon. Qu'importe le nombre de kilomètres à avaler. Appliqué, aussi, à bien le distribuer aux siens quand il l'a. "J'ai toujours été un joueur comme ça, un travailleur de l'ombre" reprend celui qui compte le quatrième plus gros temps de jeu de l'effectif après Gautier Larsonneur, Romain Faivre et Romain Perraud. "Dans le foot d'aujourd'hui, on a souvent l'habitude de mettre en lumière les exploits offensifs, les buts, etc. C'est normal, je n'ai pas de problème avec ça. Tant que l'équipe marche, je suis content !" Élément important dans le vestiaire, enfin, avec une bonne humeur et des blagues communicatives.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess