Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La saison 2020 -2021 du Racing Club de Strasbourg

Ligue 1 : Strasbourg au bord du gouffre après son revers contre Montpellier (2-3), les supporters en colère

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Nouvelle désillusion pour le Racing battu à domicile ce dimanche par Montpellier (2-3). Les Strasbourgeois ne comptent plus qu'un point d'avance sur le 18ème Nantes et trois points sur le 19ème Nîmes, à deux journées de la fin de la Ligue 1. Les supporters sont venus exprimer leur colère.

Les supporters du Racing sont venus exprimer leur inquiétude et leur colère (ici devant Dimitri Liénard et Ludovic Ajorque) à l'issue de la nouvelle défaite des Strasbourgeois face à Montpellier
Les supporters du Racing sont venus exprimer leur inquiétude et leur colère (ici devant Dimitri Liénard et Ludovic Ajorque) à l'issue de la nouvelle défaite des Strasbourgeois face à Montpellier © Radio France - Luc Dreosto

Plusieurs centaines de supporters strasbourgeois ont encouragé les joueurs du Racing Club de Strasbourg, à l'arrivée de leur bus à l'entrée du stade de la Meinau, avant le match ce dimanche contre Montpellier. Les joueurs étaient venus à l'encontre d'un représentant des ultras. "L'extra-sportif, on s'en fout. Le coach, on s'en fout. Trois matchs, trois finales, trois victoires et on veut le maintien", leur avait-il-lancé.

90 minutes plus tard, après une nouvelle déconvenue à domicile (défaite 3 à 2, déjà la dixième de la saison au stade de la Meinau, le Racing a une seule fois fait pire dans toute son histoire lors de la saison 1951-1952), la situation des Strasbourgeois s'est encore aggravée. Il reste deux journées de Ligue 1 à disputer et ils ne comptent qu'un maigre point d'avance sur le 18ème Nantes et trois points sur le 19ème Nîmes.

Les supporters ont exprimé leur inquiétude et leur colère

Inquiets pour l'avenir du club en Ligue 1, une cinquantaine d'ultras ont à nouveau attendu les joueurs à l'issue du match, les encouragements se transformant davantage en récriminations.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'ancien de la maison Dimitri Liénard est resté courageusement, près d'une dizaine de minutes, discuter avec ces fans, tentant de les rassurer comme il a pu. Ludovic Ajorque et Alexander Djiku se sont aussi arrêtés plus brièvement.

Un début de deuxième période cauchemardesque

Face à Montpellier, les Strasbourgeois ont encaissé un but en fin de première mi-temps sur corner. Gaëtan Laborde a trompé Matz Sels de près de la tête (c'est déjà le douzième but encaissé de la tête cette saison par le Racing, ce qui en fait la pire équipe de Ligue 1, à égalité avec la lanterne rouge dijonnaise).

Alors qu'on pouvait s'attendre à une forte réaction en début de deuxième période, le Racing s'est, au contraire, effondré. Andy Delort et Gaëtan Laborde (d'un magnifique retourné acrobatique) ont profité des largesses défensives strasbourgeoises pour assommer l'équipe de Thierry Laurey (0-3, 59ème).

Quatrième défaite de suite à la Meinau

Malgré un rapproché en fin de match grâce au 14ème but de la saison de Ludovic Ajorque (69ème) et une réalisation en toute fin de rencontre de Kevin Zohi (95ème), les Strasbourgeois se sont inclinés pour la quatrième fois de suite à la Meinau et leur maintien en Ligue 1 ne tient plus à grand chose désormais.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Avant le match, Thierry Laurey avançait que "son équipe n'était pas dos au mur", cette fois-ci, elle est au bord du précipice, même s'il lui reste deux matchs pour inverser cette spirale négative et se sauver. Et comme depuis plusieurs rencontres, l'entraîneur strasbourgeois invoque les errements et l'inconstance de ses joueurs, mais il réfute l'idée qu'il ne se battent pas comme des morts de faim.

"On sait que les supporters sont derrière nous et on aimerait leur rendre, raconte Thierry Laurey, désappointé. Mais je ne pense pas qu'on ait vu un effectif qui a balancé un match ou qui ne s'est pas battu. Il y a quatre minutes qui sont abominables et on prend deux buts qui nous mettent un coup derrière la tête. Au classement, des équipes ont comblé le delta qui nous séparait d'elles, mais on reste devant. Il ne faut pas se satisfaire de ça, mais il ne faut pas qu'on l'oublie quand même. On a encore la main, mais il faudra prendre des points, c'est clair".

Deux matchs pour éviter le pire

Même si certaines attitudes posent question, comme celles des joueurs remplacés qui ne viennent plus saluer leur coach quand ils sortent, l'attaquant Ludovic Ajorque estime que son équipe a l'étoffe pour se sortir de ce pétrin et éviter la catastrophe d'une descente en Ligue 2. "Il y a deux gros matchs qui arrivent, il va falloir tout donner sur le terrain, il faudra mourir sur le terrain, avance l'avant-centre réunionnais, pas le dernier à se battre sur la pelouse. C'était une situation compliquée, mais on ne va rien lâcher, on a notre destin entre nos mains. La place du Racing est en Ligue 1 et nous, on veut rester en Ligue 1".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le Racing Club de Strasbourg jouera son avenir dans l'élite à Nice dimanche prochain le 16 mai, puis sans doute lors d'une finale pour le maintien face à Lorient, un autre mal-classé le dimanche 23 mai à la Meinau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess