Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 1 - Toulouse : Denis Zanko restera jusqu'à la fin de la saison

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie

Denis Zanko aura la lourde tâche de sauver le TFC d'une relégation en Ligue 2. Il prend la tête de l'équipe première jusqu'à la fin de la saison, a confirmé le président Olivier Sadran ce lundi. L'ancien entraîneur du Stade Lavallois et du Mans a déjà connu ce genre de situation d'urgence.

Denis Zanko
Denis Zanko © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Denis Zanko, 55 ans, va s'asseoir pour la première fois sur un banc de Ligue 1 dans la peau d'entraîneur principal ce samedi face à Brest (20e journée de Ligue 1). Comme coach, il a travaillé à Valence, Laval et Le Mans. Il a tous les diplômes pour exercer dans l'élite du foot français.

Le président Olivier Sadran a précisé que Zanko serait l'entraîneur jusqu'à la fin de la saison et qu'il est "préposé à aller au-delà".

Habitué des missions "sauvetage"

A Laval, son club de cœur où il a joué et a été directeur de la formation entre 2002 et 2008, Denis Zanko sauve les Tango d'une relégation en National en 2014 après avoir pris l'équipe première au mois de février. 

Un peu plus tôt, en 2012, il avait également joué les pompiers de service au Mans en sauvant là aussi le club sarthois d'une relégation en National. 

Denis Zanko est arrivé en 2017 au Toulouse Football Club pour travailler au centre de formation. En octobre dernier, après le départ d'Alain Casanova il avait dirigé le match amical face à Eibar avant l'arrivée d'Antoine Kombouaré. Un homme qui connait très bien les Pitchouns du TFC que l'on voit en Ligue 1 cette saison. Côtoyés au centre de formation. 

Les temps forts de la conférence du président du TFC 

Olivier Sadran a démarré un peu avant 18h30 sa conférence de presse « Je vais essayer de répondre avec honnêteté pendant 30 à 40 minutes ».

« Il n’y a que les faibles qui pleurent. Si on a des blessures c’est qu’on ne s’entraîne pas bien. La chance n’existe pas. On a tous une responsabilité. » Le président du TFC

A propos de la situation du club : « Il n’y a que les faibles qui pleurent. Si on a des blessures c’est qu’on ne s’entraîne pas bien. La chance n’existe pas. On a tous une responsabilité. »

Ce qu'il a dit aux joueurs après l'élimination en Coupe de France samedi contre Saint-Pryvé-Saint-Hilaire. 

"Je leur ai dit que nous étions en Ligue 2, puisqu'on est 20e, mais qu'on peut peut-être monter en Ligue 1 puisque nous n'avons que cinq points de retard". Olivier Sadran ne compte pas "démissionner" si la mission n'est pas remplie mais il n'est pas contre l'idée de trouver un repreneur ou quelqu'un pour "en partager la stratégie".

Le président du TFC a eu aussi quelques mots pour Antoine Kombouaré, débarqué du club dimanche matin. « J’aime bien l’homme. Je ne peux pas refaire l’histoire. Je pensais vraiment qu’il avait la capacité de redonner de la force à cette équipe. »

Concernant le comportement des supporters, Olivier Sadran s'est montré ferme : « C’est intolérable. On portera plainte dès qu’il y aura des incidents au stade. »

Le mercato : « On attend d’autres arrivées mais on ne veut pas faire les erreurs du passé. On cherche. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess