Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

SM Caen - Vincent Bessat : "On est formaté depuis tout jeune à ne pas écouter son corps"

vendredi 30 mars 2018 à 7:43 Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin

En onze ans de carrière, Vincent Bessat n'avait pas connu une telle poisse en terme de pépins physiques. Pour sa dernière année de contrat au SM Caen, le milieu de terrain polyvalent souhaite vivre une fin de saison pleine aussi bien en championnat qu'en Coupe de France.

C'est un plaisir de jouer à ce poste. Et puis je ne suis pas bridé par le coach pour monter
C'est un plaisir de jouer à ce poste. Et puis je ne suis pas bridé par le coach pour monter © Maxppp - Marc Ollivier

Caen, France

Comment allez vous?

Ca va même si les résultats sont un peu compliqués en ce moment mais on travaille bien. On a profité de la trêve justement pour se ressourcer et travailler dur pour pouvoir pour bien terminer la saison.

J'ai l'impression qu'en onze ans de carrière je me suis moins blessé que sur cette saison.

Cette année a été compliquée pour vous avec vos pépins physiques. Vous avez même dit que c'était votre pire saison.

Oui parce que j'ai l'impression qu'en onze ans de carrière je me suis moins blessé que sur cette saison. Ce sont des choses qui arrivent. J'ai enchaîné beaucoup de saisons avec à chaque fois beaucoup de matchs titulaires. C'est peut-être une conséquence de cela. Maintenant je vais bien donc pourvu que ça dure.

Vous n'êtes pas le seul à avoir été touché par des pépins physiques cette saison au SM Caen

Oui, il y a eu pas mal de pépins physiques, pas mal de rechutes aussi . C'est à nous de nous poser les bonnes questions pour que cela n'arrive plus et qu'on puisse enchaîner tous et qu'on soit au meilleur niveau possible pour bien terminer la saison.

Il y a eu pas mal de pépins physiques, pas mal de rechutes aussi . C'est à nous de nous poser les bonnes questions pour que cela n'arrive plus.

Vous n'avez plus aussi peu joué depuis votre saison 2008-2009 avec le FC Metz

J'avais une fracture de fatigue au dos entre les deux saisons. Au départ on ne pensait pas que c'était ça et il y a eu la trêve estivale entre les deux saisons. J'avais eu un petit peu plus d'un mois de repos. Cela s'était atténué sauf que cela ne s'était pas traité du tout. Dès que j'ai repris l'entraînement, c'est revenu de la même manière qu'avant la fin de saison.  Il a fallu prendre quasiment trois mois pour revenir. 

Le problème c'est que quand tu es sportif de haut niveau tu te lèves tous les matins avec une douleur quelque part donc si tu t'arrêtes pour la moindre douleur tu ne t'entraînes jamais.

Quand on est joueur, on est vraiment à l'écoute de son corps où on ne l'écoute pas tant qu'il n'y a pas cette succession de petits pépins?

On ne s'écoute pas. On ne s'écoute pas du tout. On est formaté depuis tout jeune à ne pas s'écouter ou du moins à essayer de ne pas s'écouter. Le problème c'est que quand tu es sportif de haut niveau tu te lèves tous les matins avec une douleur quelque part donc si tu t'arrêtes pour la moindre douleur tu ne t'entraînes jamais. Il faut passer par dessus. Il y a des douleurs qui une fois que tu es chaud à l'entraînement s'estompent. Il faut apprendre à vivre et à jouer avec. 

On a le corps formaté comme cela et la tête aussi. Surtout la tête, on apprend à vivre avec cela.

La douleur fait partie de votre métier?

Obligatoirement puisqu'il y a des coups, des douleurs de courbatures... Il peut y avoir tout style de douleurs. Après il faut savoir les analyser. Plus on prend de l'âge on va dire, plus on connaît son corps et plus on sait où on peut aller ou pas pour ne pas se péter trop gravement. On a le corps formaté comme cela et la tête aussi. Surtout la tête, on apprend à vivre avec cela.

C'est la dernière ligne droite de la saison. La réception de Montpellier (30e journée) va lancer un très gros mois d'avril. Qu'en attendez-vous?

Se maintenir le plus rapidement possible et aller en finale de Coupe de France. On a un objectif sur les matchs avant la Coupe. A nous de faire le boulot pour que cela se passe bien. après peu importe ce qu'il se passe il restera des matchs et il faut aller jusqu'au bout de la saison et terminer le plus favorablement possible pour le club, pour les joueurs évidemment et pour le public.

Se maintenir le plus rapidement possible et aller en finale de Coupe de France. On a un objectif sur les matchs avant la Coupe. A nous de faire le boulot pour que cela se passe bien.

L'objectif est de se libérer l'esprit avant la Coupe de France?

Après il y a aucun match facile. Beaucoup d'équipes jouent le bas de tableau, d'autres jouent pour l'Europe. Pour le moment, le championnat concerne toutes les équipes donc tous les matchs sont très compliqués. On a des équipes que l'on va affronter qui jouent leur survie. A nous de faire ce qu'il faut et d'être dans un tempérament et dans un esprit de match de coupe où il faut tout jouer sur ce match-là. 

Ça sera un très gros rendez-vous de la saison. C'est une demi-finale de Coupe de France, ce n'est jamais arrivé à ce club. Maintenant il y a une priorité avant ce match qu'est le championnat.

Cette demi-finale de Coupe de France face au PSG, tout le monde en parle, il est difficile de ne pas y penser même s'il y a d'autres échéances d'ici là? Ce sera un des gros rendez-vous de la saison?

Ça sera un très gros rendez-vous de la saison. C'est une demi-finale de Coupe de France, ce n'est jamais arrivé à ce club. Maintenant il y a une priorité avant ce match qu'est le championnat. On a 35 pts. On est loin d'être maintenu. On n'est pas loin mais on est loin quand même. Si on ne fait pas ce qu'il faut et qu'on laisse les choses arriver, elles n'arriveront pas justement et on restera à 35 pts jusqu'à la fin de la saison. 

Par contre si on se donne comme on l'a fait quand on a eu nos victoires, les points viendront et on se mettra à l'abri rapidement.

Il y a ce premier rendez-vous contre Montpellier, une équipe qui se prend très peu de buts. A part le PSG, personne ne fait mieux en Ligue 1 défensivement.

Cela va être une équipe compliquée. Elle fait partie des équipes qui jouent encore quelque chose. Elle joue pour l'Europe. Ils vont être sur-motivés mais nous aussi nous avons nos enjeux personnels. Il faudra faire le match qu'il faut. Quand on a joué Nantes ici (3-2), c'était aussi un match compliqué face à une équipe qui marque peu, qui prenait pas de buts et qui jouait les places européennes aussi. J'espère que ce sera le même match où du moins la même issue. Je pense surtout que les cartes sont entre nos mains et que c'est à nous de faire ce qu'il faut pour prendre des points.

Montpellier fait partie des équipes qui jouent encore quelque chose. Elle joue pour l'Europe. Ils vont être sur-motivés mais nous aussi nous avons nos enjeux personnels.

Vous avez 32 ans. Vous arrivez en fin de contrat. Forcément, vous pensez déjà à la suite. Comment l'envisagez-vous?

Qu'on se maintienne déjà.  Ce serait déjà important. Ensuite, j'ai des conseillers qui s'occupent de moi. Je les laisse faire. Cela ne sert à rien de les appeler toutes les deux minutes. Après on verra ce que le club veut faire de moi aussi. Peut-être qu'ils voudront me prolonger, peut-être pas. Pour le moment, il n'y a pas eu de retours. Il faut quand même prendre les devants mais comme je l'ai dit il y a des gens qui travaillent pour moi. J'ai la tête dans mon club, dans ma fin de championnat et puis on fera les comptes à la fin du championnat.

J'ai des conseillers qui s'occupent de moi. Je les laisse faire. Cela ne sert à rien de les appeler toutes les deux minutes.

Vous avez envie de continuer ici ou avez-vous des envies d'ailleurs?

Je suis bien ici. Ma famille se sent bien ici. On commence à avoir nos habitudes donc pourquoi pas continuer ici. On verra le projet qui se dessine aussi. On verra si le coach reste ou pas. C'est savoir comment va évoluer le club si jamais prolongation il doit y avoir. Après je ne serai pas contre une expérience à l'étranger aussi. On verra ce qui va se présenter. On verra ce qui sera le mieux aussi pour ma famille. Je me fixe encore 3-4 ans encore. Je veux prendre du plaisir et profiter des dernières années pour pouvoir tourner la page tranquille.

Je suis bien ici. Ma famille se sent bien ici. On commence à avoir nos habitudes donc pourquoi pas continuer ici.

C'est facile à gérer? On peut être parfois dans l'attente.

Le truc déjà c'est que je ne suis pas quelqu'un de patient donc oui c'est compliqué mais dans le cas de figure où je suis - le fait d'avoir peu joué et d'avoir eu ces petits soucis physiques - je suis plus focalisé on va dire à être opérationnel sur le terrain et à bien faire attention à tout au lieu de me poser la question que je suis en fin de contrat. Je n'y pense pas du tout ou très peu. Là je suis focalisé sur être bien dans mon corps pour être bien sur le terrain et apporter un maximum à mon équipe.

Ce premier rendez-vous contre Montpellier peut entraîner cette fameuse dynamique et conditionner le reste du mois d'avril?

D'autant qu'il est à domicile. Il peut nous lancer sur une belle série. A nous de faire ce qu'il faut et de retrouver les valeurs qui étaient les nôtres pour avoir ce petit surplus de détails qui feront qu'on arrivera à gagner les matchs, d'aller chercher les choses et ne pas les attendre.

Moi je joue, il n'y a pas de soucis. Là où le coach me met je répondrais présent. Après, je ne sais pas si les matchs seront de qualités (rires) mais en tout cas c'est certain que je vais tout donner au poste où il me mettra sans aucun problème. Il le sait

Cette saison vous êtes à nouveau latéral gauche. 

Au départ je suis venu pour jouer milieu gauche ou dans les trois du milieu. Après, le coach a fait le choix de me redescendre latéral par rapport aux blessures de Manu (Imorou) et peut-être des non-performances qu'il y avait des gens qui le remplaçaient. Il a jugé que j'apportais à ce poste-là. L'année dernière, ça a été la même chose pour pallier au départ des blessures de Manu. Là, il y avait Adama (Mbengue) donc je pouvais rejouer un peu plus milieu comme à Lille (2-0). Cela s'était bien déroulé sur un plan personnel après Adama s'est blessé donc le coach a été obligé de me remettre latéral. Moi je joue, il n'y a pas de soucis. Là où il me met je répondrais présent. Après, je ne sais pas si les matchs seront de qualités (rires) mais en tout cas c'est certain que je vais tout donner au poste où il me mettra sans aucun problème. Il le sait.

Le travail défensif amène autant de plaisir que de distiller une passe décisive (il a effectué sept passes décisives la saison passée) ?

Pour un mec formé offensivement non (rires). Faire des passes décisives, c'est jouissif tout simplement. On sait que cela apporte énormément. Après, des retours défensifs peuvent apporter aussi énormément mais je ne suis pas formé défenseur. Pour moi, une passe décisive, c'est hyper-important.

Faire des passes décisives, c'est jouissif tout simplement. On sait que cela apporte énormément.

C'est ce qui vous a joué un mauvais tour dans la surface de réparation contre Marseille (0-2) où vous aviez provoqué un penalty?

Un vrai défenseur aurait taclé. Je me suis aperçu que j'étais dans la surface. J'ai eu ce moment de doute à tacler et c'est ce qui fait que j'ai mon temps de retard. Si j'y vais à fond direct, je peux prendre le ballon. Si je tacle, je pense que je peux la prendre sauf qu'il y a eu un moment d'hésitation et c'est ça qui a fait que.... Un spécialiste du poste aurait taclé. Même à 32 ans, il faut que je peaufine. J'apprends encore des choses sur le plan défensif et sur ma façon de bien défendre et de me placer défensivement.

Même à 32 ans, il faut que je peaufine. J'apprends encore des choses sur le plan défensif et sur ma façon de bien défendre et de me placer défensivement.

C'est toujours agréable de pouvoir encore apprendre à 32 ans

C'est pour cela que c'est un plaisir de jouer à ce poste. Et puis je ne suis pas bridé par le coach pour monter donc je peux apporter offensivement avec parcimonie bien sûr pour ne pas déséquilibrer l'équipe mais il ne me bride pas à rester en place. C'est pour cela que ça ne me pose aucun problème de jouer derrière.