Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 2 : Brest tombe sur un Metz trop costaud et rate sa première

lundi 30 juillet 2018 à 23:49 Par Thomas Lavaud, France Bleu Breizh Izel

Comme l'an passé, le Stade Brestois commence sa saison par une défaite à domicile. Metz est venu logiquement l'emporter 1-0 à Francis Le Blé.

L'une des rares occasions brestoises du match : iune frappe non cadrée de Charbonnier en début de match
L'une des rares occasions brestoises du match : iune frappe non cadrée de Charbonnier en début de match © Maxppp - Nicolas Créach / Le Télégramme

Brest, France

Le match

On annonçait un adversaire costaud avant le match. On ne croyait pas si bien dire. Metz a dominé physiquement la rencontre, et a limité le Stade Brestois à de très rares occasions. Une frappe non cadrée de Charbonnier en début de match (9e), et deux tentatives lointaines de Bélaud aux 42e et 76e, elles aussi non cadrées. Les Ti Zefs n'ont pas cadré un seul tir du match.

Metz a laissé le ballon aux Brestois qui n'ont pas su le faire vivre. Et la défaite aurait pu être plus lourde sans plusieurs arrêts décisifs de Larsonneur devant Habib Diallo ou Ibrahima Niane. 

Finalement, Brest ne s'incline que sur la plus petite des marques. Le Stade a craqué sur coup de pied arrêté, à la 13e minute. Quand Gakpa a trouvé la tête de Niane, seul à la retombé d'un corner frappé de la droite. 

L'homme du match

Deux Brestois ont surnagé. Gautier Larsonneur, auteur d'arrêts décisifs ayant retardé l'ouverture du score, ou ayant empêché l'écart de se creuser. 

Dans le jeu, Le milieu brestois en souffrance, le joueur le plus dangereux fut son latéral gauche. Gaëtan Bélaud, le nouveau capitaine, a tenté sa chance de loin à deux reprises et à touché le haut de la barre transversale en deuxième période. Il a terminé avec le poignet bandé, conséquence d'un choc rugueux avec le Messin N'Guette.

Les réactions

Gautier Larsonneur : "On n'a pas réussi à reproduire la performance de Guingamp. C'était en amical, c'était plus facile. Physiquement, Metz, c'était costaud. Nous, ce n'est pas ce à quoi on aspire, mais c'est à ça qu'il faut s'attendre pratiquement tous les vendredi soir. On doit se mettre au niveau de la compétition. L'an dernier, on avait commencé comme ça et on avait terminé en haut. On a trouvé les clés l'an dernier pour remporter des matchs plus compliqué que ça. A nous de retrouver les mêmes clés. "

Jessy Pi : "Nous nous sommes laissé endormir par Metz. On n'a pas mis ce supplément d'âme, cette intensité pour revenir. Il faut pouvoir emballer le match. Ce n'est pas une question d'automatismes, on les a. L'équipe a peu changé, le coach a recruté des joueurs qu'il connait. Il faut plus d'identité. Mais ne pleurons pas, il reste 37 matchs."

Jean-Marc Furlan : "On a zéro occasion. Depuis deux ans, ça ne m'était jamais arrivé. Ça prouve le côté athlétique et hermétique de l'adversaire. Ça peut-être lié aussi au nombre de semaines de préparation. Parfois, tu as besoin de 5 ou 6 semaines, ou que 4.  Mais tu es toujours dans l'expectative, et il y'a des coups de dépression. A la semaine 4 contre Guingamp, on était bien. Semaine 5, on est moins bien. C'est lié à Metz. Mais peut-être aussi parce que tes jambes viennent au bout de 7 - 8 semaines. C'est pour ça qu'il vaut mieux commencer à l'extérieur, laisser l'adversaire prendre l'initiative, et ça te laisse 15 jours de plus pour préparer ton premier match à domicile. C'est ainsi, on fait avec. Mais ce début de saison très lourd m'inquiète un peu."