Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% AJA

Ligue 2 (J19) - Grenoble-AJA : Auxerre veut boucler la phase aller en beauté

-
Par , France Bleu Auxerre

Une AJA en quête de podium mais encore perfectible, Begraoui non retenu et qui s'éloigne, des Grenoblois blessés mais solides : voici ce qu'il faut savoir sur Grenoble-AJA (19e j. L2) ce samedi à 15h, à suivre en direct et en intégralité sur France Bleu Auxerre.

Axel Ngando, François Bellugou et l'AJA sprintent en direction du podium. Mais pour l'atteindre, il faudra s'imposer à Grenoble ce samedi (19e j. L2) au stade des Alpes (coup d'envoi 15h).
Axel Ngando, François Bellugou et l'AJA sprintent en direction du podium. Mais pour l'atteindre, il faudra s'imposer à Grenoble ce samedi (19e j. L2) au stade des Alpes (coup d'envoi 15h). - Crédit photo : AJA

C'est un gros morceau auquel s'attaque l'AJA ce samedi (coup d'envoi 15h). Un sommet, alpin, infranchissable pour bon nombre d'équipes : Grenoble, 3e, avant cette 19e journée de Ligue 2, la dernière de la phase aller, meilleure défense à domicile, où le GF38 est invaincu depuis le début de la saison. Mais les Icaunais, 5e du championnat, ont des arguments à faire valoir.

La marge de progression de l'AJA est grande

Après le nul frustrant de mardi à l'Abbé-Deschamps face à Caen (1-1), pas de temps à perdre pour l'AJA. Les résultats des matches de cette 19e journée débutés hier ont souri aux Icaunais, qui n'ont plus qu'à convertir l'essai : en cas de succès en Isère, les hommes de Jean-Marc Furlan s'installeraient à la 2e place de L2 pour la première fois de la saison. Des Auxerrois toujours installés dans le wagon de tête, invaincus depuis 11 matches (6 victoires, 5 nuls, leur record en L2 depuis la descente en 2012), mais qui semblent un peu piocher dernièrement. 

Si l'on voulait faire la fine bouche, on dirait que l'AJA est moins en réussite qu'auparavant : 6 buts inscrits sur 67 tirs entre la 15e et la 18e journée (moyenne d'1 but tous les 11 tirs) contre 11 pions marqués sur 54 tentatives entre la 11e et la 14e journée (moyenne d'1 but tous les 5 tirs). Symbole de ce manque de réussite : le meilleur buteur de l'AJA, Mickaël Le Bihan, 13 buts en 17 matches, est muet depuis 4 rencontres, sa plus longue disette depuis le début de la saison (même si, sur ces 4 matches, il a distillé 3 passes décisives). 

Moins d'efficacité, mais aussi moins de solutions de rechange sur le banc. Les changements sont parfois toujours les mêmes et n'apportent pas forcément de second souffle à l'équipe : Gauthier Hein, Axel Ngando et Kévin Fortuné qui tournent pour du poste pour poste ; Mathias Autret, Hamza Sakhi ou un autre offensif remplacés par Aly Ndom pour solidifier le milieu de terrain... Ce manque de profondeur, alors que l'AJA pourrait jouer 12 matches en 8 semaines si qualification en 32e de finale de Coupe de France il y a, c'est ce qu'a voulu pointer du doigt le coach auxerrois en conférence de presse d'avant-match, lui qui évoque souvent un effectif qui n'est "pas large". Une résonnance particulière en plein mercato d'hiver.

"En règle générale, statistiquement, tu fais jouer entre 14 et 16 joueurs tout au long de la saison", explique Jean-Marc Furlan. "L'interrogation de tout coach, c'est de savoir comment tu es capable, au-delà de ces 14-16 garçons, d'avoir des systèmes de jeu et des groupes très efficaces alors que tu changes de joueurs et de dispositif, pour faire en sorte qu'ils restent efficaces. Mais à l'AJA, on n'en est pas encore là."

Le technicien poursuit : "Souvent, nous les entraîneurs, on veut survivre. Alors on fait jouer toujours les 14 mêmes joueurs pour faire une très belle saison. Tu te rends comptes qu'il y en a plusieurs qui parviennent à en faire une, mais qu'après, tout s'effrite parce que tu n'as pas mis en place des fondations importantes : combien tu fais jouer de joueurs, comment tu les fais participer, combien de systèmes tactiques sont efficaces... Comme j'ai voulu faire des résultats rapidement, on a gardé à peu près les mêmes garçons. Mais on a encore une marge de progression importante. Et c'est ce qui me soucie toute la journée." 

En espérant que les soucis seront balancés bien au fond de la cuvette grenobloise pour continuer à avancer.

Begraoui non retenu, Hein suspendu

Pour le déplacement à Grenoble, Yanis Begraoui n'a pas été retenu par Jean-Marc Furlan. Entré en jeu à une seule reprise sur les 7 derniers matches de l'AJA (il n'avait pas non plus été convoqué à Nancy pour la 15e journée), le jeune attaquant de 19 ans, en fin de contrat cet été avec l'AJA et libre de s'engager avec qui il le souhaite, n'a pas prolongé avec le club icaunais. 

Pas soluble dans le plan de jeu du coach auxerrois, peu en vue lors de ses sorties de banc parfois en pointe ou bien sur un côté lui le pur axial, pas mis en confiance par sa situation et soumis à rude concurrence devant, le numéro 19 de l'AJA (1 but en 9 matches disputés, 11 minutes jouées par rencontre en moyenne) doit trouver du temps de jeu ailleurs pour grandir, soit en prêt, soit en étant transféré définitivement dans un autre club. La question n'est pas encore tranchée.

Comme attendu, l'AJA devra également faire sans Gauthier Hein à Grenoble. Le milieu offensif, expulsé sévèrement contre Caen mardi en fin de rencontre (1-1) après un tacle plus impressionnant que dangereux et une explication de texte un peu véhémente avec le Caennais Hugo Vandermersch, a vu la sanction tomber jeudi soir. La commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel lui a infligé 2 matches de suspension, dont 1 avec sursis. 

En revanche, Kévin Fortuné et Alexandre Coeff, suspendus face aux Normands, font leur retour. Le premier pourrait prendre place sur le banc (il sera la seule alternative offensive en cas de remplacement) tandis que le second postule à une place de titulaire à la place de Gautier Lloris, apparu un peu en difficulté face au SMC.

Le GF38, bête blessée sonnée mais solide

Le premier match de l'année a sonné comme un coup d'arrêt pour les Grenoblois. Eux qui restaient invaincus depuis 10 matches ont finalement vu leur série s'achever à Clermont (défaite 3-0), un autre concurrent à la montée. Une bête blessée qui reste plus que jamais dangereuse. 

"Il vaut mieux affronter une équipe qui reste sur une série de victoires que jouer une formation qui vient de perdre et d'en prendre 3, car celle-ci aura un esprit de révolte", prévient Jean-Marc Furlan. "Par contre, je ne sais pas pourquoi on se déplace à Grenoble... Ce n'est pas la peine d'y aller. Ils n'ont jamais perdu chez eux ! Ce sera un défi à relever, de se confronter à un tel adversaire. Il faudra savoir si on est capables d'être à la hauteur, de s'adapter à la qualité de Grenoble. Après, à l'extérieur, ça a été un peu compliqué ces 6 derniers mois."

Deuxième meilleure défense du championnat (13 buts encaissés), le GF38 affiche en effet un bilan assez impressionnant à domicile. Les Isérois n'ont perdu aucun de leurs 8 derniers matches au stade des Alpes en Ligue 2 (7 victoires, 1 nul), leur dernière défaite remontant au 6 mars 2020 contre Valenciennes (1-3), juste avant l'arrêt du championnat à cause de la crise sanitaire. Dans leur antre, c'est 18 buts marqués, 4 encaissés, meilleure défense à domicile. "4 buts seulement concédés chez eux... Vous vous rendez compte ? Je pense que ça va être compliqué de leur claquer des buts à ces types !", dixit Furlan. Autant dire un sacré challenge pour l'AJA, co-meilleure attaque de L2 (35 pions inscrits).

Côté GF38, Jessy Benet est LE joueur à surveiller. Impliqué sur 8 buts en Ligue 2 cette saison (4 buts, 4 passes décisives), soit quasiment le tiers des réalisations de son équipe, le meneur de jeu de 25 ans reste sur 1 but et 2 passes décisives sur les 4 derniers matches de Grenoble. Le Bourguignon (né au Creusot, formé à Montceau et passé professionnel à Dijon) est très influent dans la construction des offensives iséroises, où son pied gauche fait merveille.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess