Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% AJA

Ligue 2 (J28) - Amiens-AJA : rebondir et en même temps se rassurer

-
Par , France Bleu Auxerre

Le coup de gueule de Jean-Marc Furlan, une profondeur offensive en question, 500 minutes sans marquer pour les Amiénois : voici ce qu'il faut savoir sur Amiens-AJA (28e j. L2) ce mardi à 20h, à suivre en direct et en intégralité sur France Bleu Auxerre dès 19h45.

Après un début d'année mitigé, Hamza Sakhi, Quentin Bernard et Gautier Lloris veulent relever la tête pour leur déplacement à Amiens ce mardi (28e j. L2) au stade de la Licorne. Coup d'envoi 20h et avant-match sur France Bleu Auxerre dès 19h45.
Après un début d'année mitigé, Hamza Sakhi, Quentin Bernard et Gautier Lloris veulent relever la tête pour leur déplacement à Amiens ce mardi (28e j. L2) au stade de la Licorne. Coup d'envoi 20h et avant-match sur France Bleu Auxerre dès 19h45. - Crédit photo : AJA

Dans le dur dernièrement notamment après sa défaite contre Rodez, l’AJA, toujours 5e du classement (44 points) mais sous la menace du Paris FC qui compte le même nombre de points, se rend ce mardi à Amiens (coup d’envoi à 20h), le 12e (33 points), afin de relever la tête pour la 28e journée de Ligue 2. Se rassurer par rapport aux récentes prestations compliquées dans le jeu, et surtout réenclencher la machine d’un point de vue comptable alors qu’il reste encore 11 matches encore à disputer, 33 points à glaner.

Tu es 5e, et ça fait six ans que vous ne vivez que le maintien. Donc, quelque part, fermez vos gueules (sic) ! - Jean-Marc Furlan, entraîneur de l'AJA

Le revers de la dernière journée à domicile face aux Ruthénois (0-1) a laissé des traces. Il venait de conclure une série de 10 matches de championnat en 2021 durant laquelle les résultats de l’AJA tournent au ralenti (trois victoires, quatre nuls, trois défaites), mettant fin à une invincibilité de 11 rencontres de suite à l’Abbé-Deschamps. À l’image de cette contre-performance, les Auxerrois bafouillent leur football, moins inspirés, moins créatifs, moins spontanés, surtout moins efficaces que par le passé. Les adversaires, aussi, même beaucoup moins bien classés, sont mieux préparés pour affronter le jeu de possession icaunais. Les méformes de certains joueurs décisifs, Mickaël Le Bihan et Mathias Autret, pour ne citer qu’eux, ainsi que celles de ceux en sortie de banc dont on attend plus, n’aident pas.

Un constat froid, et analytique, qui semble agacer le coach Jean-Marc Furlan, dont la vision, il ne le cesse de le répéter, est davantage "multifactorielle". S’il reconnaît que son équipe n’est pas au mieux, l’entraîneur préfère insister sur une certaine prise de recul, en réponse aux récentes critiques formulées à l’encontre de son équipe. Une simple question lui demandant comment ses joueurs analysaient leur méforme actuelle et si eux-mêmes avaient pu identifier un souci en particulier a suffi pour faire monter au créneau le technicien : "Je vais prendre une route parallèle pour te répondre. Tu es 5e, mon grand, et ça fait six ans que vous ne vivez que le maintien. Donc, quelque part, fermez vos gueules (sic) !"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Et Jean-Marc Furlan de poursuivre : "Au début de saison, si on m’avait dit qu’au 1er mars, on serait 5e, j’aurais dit : ‘Quoi, ici ? Par rapport à tout ce qu’il faut bâtir, par rapport à tout ce que vous avez vécu depuis six-sept ans et par rapport à l’année dernière où en plus on ne finit pas les 10 derniers matches qui me paraissaient les plus importants ?’ Alors, sois heureux d’être 5e, déjà." Voilà qui a le mérite d’être clair. Mais cette 5e place pour les playoffs, l’objectif affiché par le président Francis Graille, n’est surtout pas une fin en soi pour le coach Furlan, qui a défini un cap à atteindre pour ses joueurs pour ce dernier tiers du championnat. Le trio de tête est à huit points de l’AJA. Mais pourquoi pas "chercher une place de plus" que ce 5e rang. Tout est encore possible.

Begraoui rejoint l’infirmerie, Bernard de retour

Pour ce déplacement à Amiens, le latéral gauche Quentin Bernard, suspendu contre Rodez, effectue son retour dans le groupe. Mais l’entraîneur ajaïste va devoir se passer en attaque de Yanis Begraoui, touché lors d’un tacle à l’entraînement. Si l’on ajoute le forfait du meneur de jeu Mathias Autret, qui va manquer son troisième match de suite en raison de sa blessure à l’adducteur, l’AJA va être un peu dépourvue devant dans la Somme, avec six joueurs à vocation offensive disponibles pour cinq places dans le 4-1-4-1 furlanesque. Sauf si le coach décide de repasser en 4-2-3-1, avec Alexandre Coeff aux côtés de Birama Touré au milieu de terrain, histoire d’avoir deux cartouches plutôt qu'une seule en attaque sur le banc.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un manque de profondeur concernant les joueurs décisifs qui contrarie fortement Jean-Marc Furlan. "On dépend, sur le plan offensif, de deux joueurs, dont un troisième qui n’est pas là. Quand tu es une institution, tu dois suffisamment bien travailler pour ne pas dépendre de deux joueurs. C’est ça, le problème." L’entraîneur n’aurait pas été contre obtenir un attaquant au mercato d’hiver, ça ne s’est pas fait. Car la méforme de Mickaël Le Bihan (14 réalisations et cinq passes décisives mais un seul but en 12 rencontres) et l’absence de Mathias Autret (six buts, sept passes décisives) qui a été par ailleurs un peu moins décisif en début d’année qu’à la fin 2020, transforment le visage de cette équipe. Même si Rémy Dugimont (11 buts, une passe décisive) et Hamza Sakhi (cinq buts, neuf passes décisives) parviennent à maintenir la cadence pour se montrer déterminants. C’est aussi dans les moments difficiles que d’autres peuvent se révéler. Il n’y a plus qu’à.

Amiens, panne d’attaque et verrou moins solide

Être décisif devant, c’est aussi le gros problème de l’Amiens SC. En pire. Les Picards, 12e au classement, restent sur une série assez noire en championnat : cinq matches de suite sans gagner (deux nuls, trois défaites). Mais surtout sans marquer ! Le dernier but amiénois remonte à la 22e journée, le 30 janvier, face à la lanterne rouge, Châteauroux (1-0). Il avait été inscrit par Stephen Odey à la 38e minute de jeu. Ça fait donc plus de 500 minutes sans scorer. Une éternité pour une équipe descendue de Ligue 1 l’été dernier, qui affiche la plus mauvaise attaque de L2 avec Dunkerque (21 buts marqués). Et dont le meilleur buteur, Stiven Mendoza (quatre buts), vient de signer au club brésilien de Ceara.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Du côté de la défense, les chiffres sont un peu plus rassurants, malgré le dernier match et la défaite cuisante (3-0) sur la pelouse du TFC. L’arrière-garde picarde est l’une des meilleures du championnat : 24 buts encaissés, comme Sochaux, seuls Clermont et Grenoble font mieux. Mais cette défense sera privée de son taulier. Molla Wagué, sorti à la pause contre Toulouse, ne fait pas partie du groupe amiénois. Un sacré coup dur pour les hommes d’Oswald Tanchot. Il serait dommage de ne pas en profiter…

Choix de la station

À venir dansDanssecondess