Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 2 (J28) - Mathieu Chabert : "Je suis persuadé qu'on va s'en sortir"

-
Par , France Bleu Hérault

L'AS Béziers Foot poursuit son opération maintien ce vendredi soir à domicile contre Le Havre lors de la 28e journée de Ligue 2. Avant-dernier au classement, le promu et son entraîneur Mathieu Chabert gardent confiance.

Béziers n'a jamais gagné cette saison à domicile au stade de la Méditerranée
Béziers n'a jamais gagné cette saison à domicile au stade de la Méditerranée © Radio France -

Béziers, France

Il ne baisse pas les bras et de toute façon le tempérament de Mathieu Chabert semble plutôt tourné vers l'optimisme. Malgré la situation de son équipe, 19e et avant-dernière de Ligue 2, l'entraîneur de l'AS Béziers Foot estime que le bout du tunnel est proche dans cette grande opération pour le maintien du club dans le monde professionnel. Le promu reçoit Le Havre ce vendredi soir à 20h au stade de la Méditerranée.

Mathieu Chabert, vous restez sur deux nuls de suite en championnat. Dans la position qui est la vôtre, est-ce que vous arrivez à trouver du positif dans les matchs de Béziers ?

"Bien sûr, tous les points sont bons à prendre. Nous restons sur deux nuls de suite donc c'est le début d'une petite série qui peut nous remettre en confiance."

Vous êtes à trois points du barragiste, il est là le principal motif d'espoir pour Béziers à onze journées de la fin du championnat ?

"Ce n'est pas mort sinon on aurait rien à faire là. Nous devons finir premier de ce mini championnat. L’objectif toutes les semaines est de grappiller des points aux équipes qui sont devant nous en étant costaud, solidaire et en serrant les dents. On est persuadé que le jour où ça va tourner, on va réussir à faire repartir la machine. Ce sont des moments difficiles mais si on s'en sort on en retirera que du bénéfice."

C'est votre discours aux joueurs ?

"Je n'ai pas besoin de leur dire. Je ne fais que l'entretenir. C'est nous qui insufflons cette dynamique, mais ce sont les joueurs qui doivent y croire surtout. Ce sont des petites choses au quotidien que nous mettons en place avec le nouveau staff et ça marche. Sur les quatre derniers matchs, nous avons fait deux "clean sheets", c'est-à-dire deux rencontres sans encaisser de but. Franchement, on sent que le bout du tunnel n'est vraiment pas loin."

Vous affronter Le Havre ce vendredi à domicile. Béziers va recevoir sur les trois prochaines rencontes, est-ce qu'ils sont décisifs pour l'avenir du club en Ligue 2 ?

"À nous de continuer à mettre en place nous points positifs avec un peu plus de folie devant et puis ça va tourner."

Comment avoir le déclic à domicile où Béziers n'a jamais gagné cette saison ?

"On manque un petit peu d'efficacité et le dernier match à la Méditerranée on se fait rejoindre en toute fin de match. Mais ça c'est le syndrome d'une équipe dans le dur. Je peux vous garantir que tout le monde travaille. C'est une situation pas simple, nous faisons de la peine à nos proches et ceux qui s'investissent pour nous, donc ça nous donne encore plus de force."

Vous pensiez que la bascule du Nationale vers la Ligue 2, du monde amateur au monde professionnel serait si dur ?

"Peut être que notre début de saison nous a un petit peu voilé la face. Il ne faut pas avoir peur de dire que nous avons fait des erreurs. Mais ce sont les erreurs d'une équipe qui découvre le monde professionnel. Moi je suis persuadé qu'on va s'en sortir. Je n'ai pas le droit de ne pas y penser. Il n'y a aucune raison de ne pas être optimiste. Nous sommes à 10.000 lieux d'abandonner." 

Réécoutez l'interview de Mathieu Chabert

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu