Sports

Ligue 2 | J4 : Le Havre a tout tenté, mais s'incline pour la première fois de la saison face à Troyes

Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) samedi 20 août 2016 à 13:56 Mis à jour le samedi 20 août 2016 à 18:43

Ferland Mendy, auteur de l'égalisation havraise en première période
Ferland Mendy, auteur de l'égalisation havraise en première période © Maxppp - Emmanuel Lelaidier

Auteur d'un bon match à domicile, les havrais se sont pourtant inclinés lourdement et cruellement, ce vendredi, face à Troyes (1-3). Ils pointent provisoirement à la sixième place, en attendant la fin de la quatrième journée de Ligue 2.

Une défaite cruelle, voire un hold-up. Voilà ce qu'ont vécu les havrais, ce vendredi soir, au Stade Océane, face à Troyes (1-3). Des Ciel et Marine qui ne s'étaient plus inclinés à domicile contre l'Estac, depuis le 6 mai 2011, autrement dit depuis trois matchs. Et qui ne s'étaient plus inclinés en compétition officielle depuis le 16 avril 2016, là aussi à domicile, et sur le même score contre Nancy.

D'où la frustration de Cédric Cambon, défenseur central du HAC :

Cédric Cambon, au micro de Bertrand Queneutte

Cédric Cambon : "On prend trois buts évitables, sur des erreurs de concentration, de rigueur. Après, que faire de plus ? On a poussé, on est allé de l'avant, on a récupéré les ballons hauts. Du coup, forcément, on s'est exposé, mais on a fait le siège du but de Troyes, on a eu des situations. Il faut retenir cet état d'esprit et gommer ces erreurs défensives, et ce manque d'efficacité offensif."

L'égalisation de Ferland Mendy (9'), sur l'un de ses nombreux coups d'éclair et après l'ouverture du score ultra précoce de Giraudon (3'), semblait pourtant avoir remis des normands conquérants sur de bons rails. Seulement, face à des troyens rapides en contre, réalistes et malins, le laxisme défensif aurait du être banni par des havrais qui, au contraire, ont montré des errances et fait preuve de trop de naïveté durant la partie.

Cédric Cambon ici face à Tristan Dingomé - Maxppp
Cédric Cambon ici face à Tristan Dingomé © Maxppp - Emmanuel Lelaidier

Comment expliquer, par exemple, ces quelques secondes de flottement, avant l'arrivée du troisième but (61') ? Comment expliquer qu'un homme se retrouve seul au premier poteau, sur le premier (3') ? Autant de questions auxquelles Bob Bradley devra rapidement trouver des réponse, mais surtout des solutions.

Fabien Farnolle, gardien de but du HAC : "Je n'ai pas fait une sortie, pas touché un ballon, et j'en prends trois. C'est cela qui est dur. C'est une soirée qui ne tournait pas rond, donc on va jeter tout ça. Et on va se remettre au boulot dès demain, parce que, mardi, on aura une qualification à aller chercher."

Un but d'entrée de la tête sur une première occasion, un penalty en première période (27'), deux joueurs défensifs avertis dans le premier quart d'heure et un arbitrage très sévère, un manque terrible d'efficacité dans la zone de vérité... sans compter la blessure de Ferhat en fin de match : le gardien havrais Fabien Farnolle, qui paradoxalement n'a pas eu grand chose à faire, estime que rien n'a tourné rond hier soir :

Fabien Farnolle, avec Bertrand Queneutte

Benjamin Nivet, capitaine emblématique de l'Estac : On savait que le HAC délaissait beaucoup le repli défensif, et que si on arrivait à planter deux ou trois contres, on pourrait leur faire mal."

Les hommes de JL Garcia ont été opportunistes et ont appliqué leur plan, selon Benjamin Nivet, capitaine de l'Estac :

Benjamin Nivet, avec Bertrand Queneutte

Zinédine Ferhat, auteur d'une belle prestation et de quelques coups de génie, est sorti sur blessure contre Troyes - Maxppp
Zinédine Ferhat, auteur d'une belle prestation et de quelques coups de génie, est sorti sur blessure contre Troyes © Maxppp - Emmanuel Lelaidier

Une infirmerie bien remplie

A la lourde défaite, sont venues s'ajouter deux autres tuiles pour les havrais. Les blessure de Zinédine Ferhat et Alimami Gory. Sortis sur civière en deuxième période, l'algérien a été victime d'une élongation aux adducteurs.Son partenaire, lui, souffre d'une entorse du genou. Ils devraient être tous les deux indisponibles durant près de trois semaines.

Sébastien Salles-Lamonge... ça promet !

Entré en jeu à la place de Thomas Ayasse (63'), Sébastien Salles-Lamonge a offert pour la première fois aux 9.277 spectateurs du Stade Océane un aperçu de son talent. Le jeune meneur de jeu s'est tout de suite positionné comme chef d'orchestre, a mis du rythme et fait preuve d'une technique redoutable face à des troyens qui ont eu toutes les difficultés à lui subtiliser la balle. Malgré la défaite, le jeune homme est d'ailleurs, à juste titre, satisfait de ses premières minutes : 

Sébastien Salles-Lamonge : "Déjà, des sensations énormes au niveau du public. Ensuite, personnellement, je me suis senti à l'aise. Je suis content au niveau physique. Je me suis senti en jambe. J'aurais aimé apporter un peu plus dans les 25 derniers mètres."

Sébastien Salles-Lamonge, avec Bertrand Queneutte

Prochain match : Le Havre - Châteauroux, mardi 23 août, à 18h30 (second tour de la Coupe de la Ligue). En direct et en intégralité, sur France Bleu Normandie, avec Bertrand Queneutte et Alexis Bertin.

Partager sur :