Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les infos mercato en Ligue 1 et en Ligue 2

Ligue 2 : Karim Fradin quitte la présidence des Chamois Niortais

- Mis à jour le -
Par France Bleu Poitou

Après trois ans à la tête des Chamois Niortais et onze ans au club, Karim Fradin a annoncé officiellement ce jeudi qu'il démissionnait de la présidence du club de Ligue 2. Il est remplacé par Guy Cotret, ancien patron de l'AJ Auxerre.

Figure emblématique des Chamois Niortais, Karim Fradin démissionne de son poste de président.
Figure emblématique des Chamois Niortais, Karim Fradin démissionne de son poste de président. © Radio France - Noémie Guillotin

Deux jours avant le début de la nouvelle saison de Ligue 2 sur la pelouse de Guingamp, la démission de Karim Fradin de la présidence des Chamois Niortais est confirmée ce jeudi 20 août 2020, Son envie de passer la main s'était déjà ébruitée il y a quelques jours. Un départ officialisé lors de l'assemblée générale du club de Ligue 2 dont Karim Fradin est une figure emblématique. Il est remplacé par Guy Cotret, ancien patron de l'AJ Auxerre. "Les raisons de mon départ ? La lassitude" a confié Karim Fradin ce jeudi soir.

"Je commençais à ronronner un peu trop (...) Je ne voulais pas faire la saison de trop."

"Les Chamois, c'est un club que je connais bien", explique le président démissionnaire. Après "huit ans en tant que joueur professionnel, puis comme manager général et trois ans en tant que dirigeant", Karim Fradin confie qu'il n'avait plus le feu sacré. "Je n'aime pas ronronner et je sentais depuis quelques années que j'avais du mal à chaque intersaison à relancer la machine". Le confinement imposé par l'épidémie de coronavirus a également joué dans la prise de décision. "Vous le savez, ça n'a pas été simple dans le milieu du football".

"Il y a eu des bons moments et des moins bons, beaucoup d'émotions et puis aussi un peu de lassitude et de fatigue (...)"

Président depuis trois ans, il s'était investi comme manager général et avait notamment contribué à la montée en Ligue 2 du club et à son maintien dans ce championnat pendant neuf saisons d'affilée. "Quand le club s'était retrouvé en CFA, on s'était tous retroussés les manches et on avait réussi à lui redonner des couleurs", se souvient Karim Fradin. "Je n'ai jamais été relégué donc je ne voulais pas non plus connaître la relégation", glisse-t-il en souriant. 

Les frères Hanouna, nouveaux hommes forts du club 

Lors d'une conférence de presse organisée à l'issue de l'assemblée générale du club, Karim Fradin a annoncé qu'il vendait ses parts d'actionnaire majoritaire des Chamois Niortais aux frères Mikaël et Eytan Hanouna (respectivement actuel directeur sportif du club deux-sévrien et homme d'affaires parisien). 

"Ils ont d'autres visions pour le club, notamment Eytan a une vision d'entrepreneur très intéressante et je pense que ça fera un bien fou à ce club"

"Eytan était déjà mon associé depuis le début de saison 2019-2020, rappelle Karim Fradin. On s'était rencontrés lors des moments difficiles quand monsieur Lair (Patrice Lair, ancien entraîneur, Ndrl) avait abandonné son poste et pendant toute la période de dénigrement que l'on a subi alors qu'on était cinquième du championnat, c'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup et il m'a dit qu'il était prêt à reprendre le flambeau."

Ancien défenseur et capitaine de Niort, Karim Fradin défend au passage Mikaël Hanouna, dont les méthodes ne font pas l'unanimité au sein du club. "Il a une personnalité particulière, c'est quelqu'un du Sud, ça détonne un peu dans le Centre-Ouest... mais Mikaël a aussi beaucoup contribué à la réussite de ces dernières années au niveau du recrutement notamment. Il a été beaucoup jugé sur sa personnalité et pas sur son travail."

Les projets inachevés et les tacles appuyés à d'anciens entraîneurs

Fier de transmettre un club aux finances "saines", "maintenu en Ligue 2", Karim Fradin reconnaît qu'il quitte cependant le navire alors que d'importants projetssont toujours en cours. "Le centre de performance et le nouveau stade. Je ne vous cache pas que si le stade avait abouti il y a trois ou quatre ans, j'aurais retrouvé un peu plus d'énergie. Je ne supporte plus de voir mon stade René Gaillard dans cet état. Je suis persuadé que Jérôme Baloge est le maire qui va donner ce stade aux Chamois".

Autre bémol, "ce palier" que les Chamois peinent à franchir ces dernières années. "Ou que j'ai du mal à faire passer. Et je suis persuadé que la nouvelle équipe dirigeante parviendra à dépasser ce pallier notamment dans la professionnalisation du club, moi je ne suis pas un entrepreneur, j'étais un sportif de haut-niveau".

Et maintenant ? "Je n'ai pas de plan B, assure Karim Fradin, ce sera peut-être dans le foot parce que c'est ma vie et ma passion depuis plus de 30 ans, ou ça peut être autre chose". Dans l'immédiat l'ancien président compte retrouver sa famille et profiter de la fin des vacances mais les fans des Chamois le reverront bientôt dans les tribunes

"Je prendrai mon abonnement et moi, je le paierai. Je ne ferai pas comme Patrick Parizon (international français et coach de Niort dans les années 1980, Ndrl), je ne vais pas demander des invitations pendant quinze ans, je le paierai mon abonnement, parce que quand on aime, on paye", conclut Karim Fradin, dans un dernier tacle appuyé. 

Karim Fradin et les Chamois, une longue histoire

Choix de la station

À venir dansDanssecondess