Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 2 : Fin du suspens attendue ce mercredi sur le possible maintien de l'US Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

Après le vote favorable du monde du foot professionnel pour le passage de la Ligue 2 à 22 clubs, la fédération doit entériner ou non cette décision ce mercredi. Son président Noël Le Graet n'est pas favorable à cette proposition. L'avenir des clubs d'Orléans et du Mans est suspendu à la décision.

Le siège de la Fédération française de football, avenue de Grenelle, dans le XVe arrondissement à Paris
Le siège de la Fédération française de football, avenue de Grenelle, dans le XVe arrondissement à Paris © Radio France - Denis Souilla

Un contexte déjà animé

Depuis l'annonce des premières mesures liées à l'épidémie de COVID-19, on peut dire que plusieurs failles ont été révélées au grand jour dans le foot français. Des recours ont déjà été lancés par Amiens ou Toulouse, rétrogradés de Ligue 1 pour faire la place à Lorient et Lens qui montent de Ligue 2. Il y a aussi eu des discussions animées entre dirigeants de Ligue 1 et Ligue 2 sur une modification de la répartition des droits télé entre les championnats en signe de solidarité face à cette crise. La Ligue 2 a eu un peu plus, mais pas réellement la hausse qu'elle espérait.

Les tiraillements se poursuivent

Suite des hostilités, la semaine dernière, lors de l'Assemblée Générale de la Ligue (qui représente le foot professionnel), 57% des votants se déclarent favorables au passage d'une Ligue 2 à 22 clubs. Là aussi pour certains le signe d'une solidarité avec Le Mans et Orléans, les 2 clubs menacés sportivement de relégation (ils étaient 19è et 20è à l'issue de la dernière journée disputée) et qui avaient demandé la clémence de la Ligue face à cette situation et au risque supplémentaire qu'une descente ferait porter sur les finances des 2 clubs. Appel entendu, mais désormais c'est la fédération française de football qui a le dernier mot par l'intermédiaire de son comité exécutif.

Or son président Noël Le Graet a toujours affirmé son opposition à ce traitement de faveur de la Ligue 2. Il prône l'équité et tous les championnats, à tous les niveaux, malgré le contexte ont été soumis à la règle des montées et descentes.

Noël Le Graët, président de la Fédération française de football.
Noël Le Graët, président de la Fédération française de football. © Radio France -

C'est d'ailleurs une des craintes de la fédération : que ce passage éventuel d'une Ligue 2 à 22 clubs, n'incite les clubs dans les niveaux inférieurs à porter réclamation devant la justice au nom de l'équité sportive. C'est l'un des arguments des clubs relégués de Ligue 1 en Ligue 2, "pourquoi n'avons-nous pas droit à la même faveur?". Mais le règlement de la Ligue 2 autorise que le championnat se joue jusqu'à 22 clubs, ce qui n'est pas le cas en Ligue 1.

Des arguments à avancer pour la FFF

Il y a 2 motifs qui peuvent justifier que la fédération invalide la décision prise par la Ligue.

  1. Que la décision soit contraire aux règlements. Or, comme mentionné plus haut, la convention entre la FFF et le LFP prévoit que le championnat de Ligue 2 peut se jouer jusqu'à 22, donc pas de souci de ce côté.
  2. Que la décision soit contraire aux intérêts supérieurs du football. Là, vous l'aurez bien noté, la notion est plus floue. Mais comme l'expliquait un avocat spécialiste du sport, ça ne laisse pas la porte ouverte à toutes les interprétations. Le motif de la surcharge du calendrier qui pourrait entrer dans cette catégorie aurait du mal à être invoqué puisque la coupe de la Ligue disparaît la saison prochaine et libère donc des dates. Si cet intérêt supérieur du foot n'est pas solidement justifié, il risque de se voir attaqué, à son tour, devant la justice.

Des soutiens pour un scénario à 22

Dans sa majorité, le football professionnel s'est prononcé en faveur de cette option élargie et pourtant, cela devrait réduire la part des droits télé versés à chaque club. Même s'il peut aller contre, le comité exécutif de la fédération nierait quand même en s'opposant à ce vote la légitimité de l'Assemblée Générale de la LFP

Les présidents des Ligue de football du Centre et des Pays de la Loire ont écrit un courrier commun pour rappeler à Noël Le Graet, l'importance de ces 2 locomotives professionnelles dans leur Ligue respective. Mais la FFF reste souveraine dans son choix, le président orléanais Philippe Boutron veut rester humble et prudent après le feu vert de la LFP mais il compte également sur la compréhension du président de la fédération.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess