Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 2 | Le Stade Brestois doit rallumer le feu

vendredi 28 juillet 2017 à 15:29 Par Thomas Lavaud, France Bleu Breizh Izel

Le Stade Brestois est encore à l'état de chantier au moment de débuter la saison 2017/2018. Exactement comme l'année dernière, ce qui ne l'avait pas empêché de faire plus que rivaliser.

L'an deux de Jean-Marc Furlan à la tête du Stade Brestois
L'an deux de Jean-Marc Furlan à la tête du Stade Brestois © Maxppp - Ouest France

Brest, France

Grâce à sa, malgré tout, belle saison 2016/2017, le Stade Brestois espérait s'offrir une intersaison calme, et surfer sur sa récente cinquième place. Bilan de l'été : huit arrivées et onze départs. Et ce n'est pas fini !

L'équipe a perdu ses quatre meilleurs buteurs (Maupay, H. Diallo, Joseph-Monrose et Battocchio), ses deux meilleurs passeurs (Battocchio et Pelé), sa charnière centrale et ses deux gardiens de but. Et le club recherche encore deux joueurs, au moins.

A l’heure de la reprise, le Stade Brestois est quasiment de retour là où il était il y a un an. Ce qui ne l'avait pas empêché de prendre très tôt la tête de la Ligue 2, et de se maintenir sur le podium pendant presque toute la saison.

Waber, Faussurier, Henry, Gastien, Coeff et Autret - Maxppp
Waber, Faussurier, Henry, Gastien, Coeff et Autret © Maxppp - Marc Ollivier / Ouest France

D'abord, les 40 points,

Comme il y a un an, Jean-Marc Furlan entame la saison, en espérant que le recrutement prometteur permette de constituer une équipe soudée, poussée par un état d'esprit capable de combler ses lacunes dans le jeu. Le Stade Brestois veut atteindre la barre des quarante points, et fera le point sur d'éventuelles ambitions à ce moment-là.

Le recrutement brestois, réalisé de concert par Jean-Marc Furlan et Grégory Lorenzi, révèle deux tendances. Le Stade Brestois s'est tourné vers des joueurs ayant un solide vécu de la Ligue 2. Et d'autre qui tâcheront de confirmer leurs promesses.

Les recrues

  • Mathias Autret (Milieu. Ex-Lens. Deux saisons plus une en option. 60 matchs en Ligue 1 et 100 matches en L2 depuis son départ en 2010. A vécu une montée avec Caen en 2014)
  • Jason Berthomier (Milieu ou ailier. Ex-Bourg-en-Bresse Péronas. Deux saisons. 15 buts et 10 passes décisives lors de ses deux premières saisons chez les pro.)
  • Edouard Butin (Attaquant. Ex-Valenciennes. Une saison plus une en option)
  • Jean-Charles Castelletto (Défenseur central. Ex-FC Bruges. Trois saisons. Ex-international U20)
  • Gaëtan Charbonnier (Attaquant. Ex-Reims. Deux saisons. 108 matchs joués, 26 buts marqués en Ligue 2.)
  • Julien Fabri (Gardien de but. Ex-OM. Deux saisons)
  • Jessy Pi (Milieu axial. Prété une saison par Toulouse sans option d'achat)
  • Anthony Weber (Défenseur central. Deux saisons plus une en option. Entraîné par J.M. Furlan à Strasbourg, son club formateur. A vécu une montée en Ligue 1 avec Reims en 2012.)
Edouard Butin débutera la saison à la pointe de l'attaque brestoise - Radio France
Edouard Butin débutera la saison à la pointe de l'attaque brestoise © Radio France - Thomas Lavaud

A première vue, et en gardant à l'esprit que d'autres joueurs viendront l'étoffer, ce groupe semble avoir de quoi jouer le haut de classement d'une Ligue 2 toujours aussi ouverte. Impossible de dire s'il pourra faire comme son prédécesseur, mais si la sauce prend comme la saison dernière, il n'y a pas de raison de ne pas voir Brest se mêler à nouveau à la lutte pour les play-offs, voire mieux.

Mais, comme la saison dernière pendant sa période de construction, l'équipe risque de souffrir des même maux : une difficulté à concilier maîtrise et efficacité offensive comme défensive à Francis-Le Blé. Un paramètre qui avait coûté de nombreux points, et qui expliquent - en partie - pourquoi Brest n'a pu accrocher l'une des trois premières places.