Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 2 | Le Stade Brestois sort de route contre la Berrichonne de Châteauroux

vendredi 28 juillet 2017 à 23:16 Par Thomas Lavaud, France Bleu Breizh Izel

Les Brestois ont perdu (2-3) un match qu'ils menaient pourtant de deux buts à un quart d'heure de la fin. Il a manqué du métier et de la fraîcheur pour contenir un adversaire pourtant pas transcendant. Ça fait mal.

Celle-ci, elle est difficile à avaler
Celle-ci, elle est difficile à avaler © Maxppp - Nicolas Créach / Le Télégramme

Brest, France

Le match

Jean-Marc Furlan dit souvent que le troisième but est décisif. C'est aussi le cas quand il est inscrit par une équipe menée 0-2.

Le Stade Brestois commence le match avec une équipe composée de cinq recrues. Et, sans surprise, le début est poussif. Heureusement, Fabri par deux fois, puis Chardonnet, en sortant un ballon sur sa ligne, vont garder le score vierge. Brest réussit à marquer sur sa première occasion : un corner trop profond d'Autret est récupéré au second poteau par Faussurier, dont la frappe est déviée par Weber dans le but (30e).

Ce but assomme Châteauroux, qui donne l'impression de ne plus pouvoir déployer d'attaques. Brest, évoluant par moment à un plutôt bon niveau pour une équipe en chantier, double la mise par Grougi, grâce à un penalty provoqué par Bélaud (68e). Autret avait eu, avant cela, deux occasion de marquer ce second but.

La Berrichonne va alors se réveiller. Faussurier déséquilibre le latéral prêté par Guingamp, Traoré. Le pénalty, contesté par les Brestois puis transformé par Benrahma (75e) relance le promu. Une erreur de Fabri, qui lit mal la trajectoire d'un corner, permet à M'Boné d'égaliser (87e). Châteauroux finit plus frais, physiquement comme moralement. Le remplaçant Khadda offre la victoire à la Berri sur un rush en solitaire (93e) et punit des Brestois qui auraient du plus fermer le jeu. Hallucinant.

L'homme du match

Julien Fabri a été impeccable... jusqu'à la 86e minute. Le nouveau gardien brestois dévie une frappe lointaine vicieuse avec un rebond très bien placé. Mais il va se trouer sur le corner qu'il vient de concéder, en se laissant lober par la trajectoire. La seule faute d'un match pourtant sérieux. Mais elle coûte cher.

Les réactions

  • Gaëtan Belaud (défenseur Brest) : "Ils ont un penalty un peu litigieux, qui les relance. Avant cela, ils n'ont pas été très dangereux. On aurait du plus fermer. On a continué à vouloir créer, et ça nous a coûté cher. On a peu-être manqué de maturité. Il faut savoir fermer quand on a du mal à finir un match. A 2-2, j'ai senti qu'on n'était pas bien. J'ai dis à Julien Fabri de prendre son temps pour dégager car on n'arrivait plus à sortir les ballons. On avait pourtant pris le match par le bon bout. "
  • Bruno Grougi (capitaine Brest) : "On fait pourtant une bonne première période, de bonnes choses en seconde. Tout n'est pas à jeter par terre. On prépare un marathon, pas un sprint. Il reste 37 étapes, positivons malgré tout. Ce pénalty, qui n'y est pas, nous a sonné. Dans la gestion du 1-2 et du 2-2, on a peut-être manqué de vécu entre nous. C'est ce côté physique, en fin de match, qu'il va falloir améliorer."
  • Jean-Luc Vasseur (entraîneur Châteauroux) : "On n'avait plus rien à perdre à 0-2. On n'a rien lâché. On a continué à jouer. C'est l'avantage de jouer Brest qui ouvre toujours le jeu, et qui a bien joué ce soir. C'est cruel pour eux, et ils poseront des soucis à beaucoup, et je pense qu'ils seront bien placés à la fin."