Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 2 : les actionnaires du HAC furieux contre les propos de Vincent Volpe

Dans un communiqué, les actionnaires du HAC réagissent aux propos de Vincent Volpe. Le président du club affirmait ce jeudi que son "engagement pour le HAC était aussi fort aujourd’hui qu’en juillet 2015, quand il a investi dans le club pour lui éviter le pire". Ces derniers mots ne sont pas passés.

De nombreux actionnaires sont furieux contre les propos de Vincent Volpe, dont l'ancien président, également actionnaire du club Jean-Pierre Louvel. (photo d'illustration)
De nombreux actionnaires sont furieux contre les propos de Vincent Volpe, dont l'ancien président, également actionnaire du club Jean-Pierre Louvel. (photo d'illustration) © Maxppp - Emmanuel Lelaidier

"Nous pensons que le pire est plutôt devant nous et qu'il est temps d'ouvrir les yeux." Les actionnaires du HAC sont furieux contre les propos du président du club Vincent Volpe. Dans un communiqué publié ce jeudi, ce dernier affirmait son "engagement pour le HAC était aussi fort aujourd’hui qu’en juillet 2015, quand il a investi dans le club pour lui éviter le pire". Ces derniers mots "pour lui éviter le pire" ne sont pas passés pour les actionnaires du club.

"Qu'appelle-t-il le pire ?"

Depuis le début de la semaine, le HAC vit des temps troubles. Le club est à vendre* et le président ne réagit que par des communiqués succincts. Dans un premier communiqué, il annonce qu'il est "toujours le président du HAC, et que son engagement pour le HAC est aussi fort aujourd’hui qu’en juillet 2015, quand il a investi dans le club pour lui éviter le pire".

"Qu'appelle-t-il le pire ?" lui demandent les actionnaires dans un autre communiqué. "Le pire est-il d’avoir un club structuré et adapté à la Ligue 2, avec des bénévoles ne comptant pas leur temps, des collaborateurs dévoués et motivés ? Le pire est-il de voir des actionnaires apportant leur volonté et leur argent avec l’ambition d’un projet régional et un seul but voir le club en Ligue 1 ?", s'interrogent-ils.

A lire aussi : INFO FRANCE BLEU : le HAC va terminer la saison avec dix millions d’euros de recettes en moins que prévu

Pour l'instant 44 d'entre eux ont signé ce texte. Le club avait un déficit structurel de 3,5 millions d'euros en 2015 mais son ancien président Jean-Pierre Louvel affirme que les actionnaires avaient cette somme. "Vincent Volpé n'est pas le sauveur, on avait plusieurs dossiers mais c'est lui qu'on a choisi notamment parce qu'il connaissait le Havre et qu'on pensait que sa politique allait aller dans ce sens-là", réagit-il.

"Le pire est-il de voir des supporters en contact permanent avec le club, apportant leurs encouragements, leurs animations et leurs critiques réunis dans une fédération investie dans l’actionnariat ? Le pire est-il de voir un club honorant ses engagements avec toutes les collectivités, c’est-à-dire les contribuables, sans jamais revenir vers eux pour réclamer un seul centime supplémentaire durant ses contrats ? Le pire est-il de voir 250 partenaires, fidèles au club et formant une grande famille solidaire ?", poursuit le communiqué.

Des choix d'un club de Ligue 1

En 2015, Vincent Volpe a acquis 90% des parts du club. Il a injecté 10 millions d'euros mais seulement 3.5 au capital du club. "Les 6.5 autres sont restés sur un compte courant rémunéré à bénéfice", peut-on lire dans le communiqué. 

"Le pire est-il de maîtriser sa masse salariale et de posséder des valeurs financières sur les joueurs formés au club et sur les bonus des contrats engagés ? Le pire est-il d’être transparent sur les chiffres du club avec les actionnaires représentés par un conseil de surveillance ? Le pire est-il d’être transparent sur la vie du club avec l’ensemble des collaborateurs, des supporters, des abonnés et des amoureux du HAC, notamment lors des réunions publiques ? Voilà ce que vous avez trouvé lors de votre investissement de 3.5 millions en prenant 90% des actions".

Les actionnaires sont vent debout contre les propos du président Volpe. Pour Jean-Pierre Louvel, le club fait les choix d'un club de L1. "Déjà sur la masse salariale par exemple, des directions et des joueurs". Et le communiqué va dans ce sens. "Nous laissons à chacun le soin d’apprécier la situation du club aujourd’hui : la masse salariale du club ? Les jeunes joueurs du centre de formation évoluant en équipe première ? L’état des relations entre les professionnels et le centre de formation ? La transparence lorsque les actionnaires posent des questions sur l’évolution financière et sportive du club ? Les 40 millions touchés par le club sur les bonus des contrats et sur la vente des joueurs formés au club avant votre arrivée ? Assurer les engagements pris avec les actionnaires ?".

Et de conclure : "nous pensons que le pire est plutôt devant nous et qu’il est temps d’ouvrir les yeux. Et cela n’a rien à voir avec Médiapro où le Brexit Anglais. La Covid n’a fait qu’accélérer la dégradation largement prévisible." 

*Le président Vincent Volpe affirme dans un deuxième communiqué que le club n'est pas à vendre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess