Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : ASNL : la saison 2020 - 2021

Ligue 2 : les ultras de l'AS Nancy Lorraine annoncent la suspension de leurs activités

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Pas de chants en tribune Piantoni en ce début de saison au stade Marcel Picot. Les Saturday FC, supporters ultras de l'AS Nancy Lorraine, annoncent la suspension de leurs activités pour ne pas enfreindre les règles sanitaires liées au Covid 19.

Le tifo des 10 ans des Saturday FC , groupe ultra de l'AS Nancy Lorraine en tribune Piantoni au stade Marcel Picot, le 13 décembre 2019
Le tifo des 10 ans des Saturday FC , groupe ultra de l'AS Nancy Lorraine en tribune Piantoni au stade Marcel Picot, le 13 décembre 2019 © Radio France - Cédric Lieto

Les Saturday FC, groupe de supporters ultras de l'AS Nancy Lorraine, ont décidé de suspendre leurs activités en tribune au stade Marcel Picot. C'est la conséquence du Covid et des consignes sanitaires à respecter en tribunes avec les règles de distanciation, le port du masque et l'obligation de rester assis notamment. Les locataires de la tribune Piantoni ne donneront donc pas de la voix jusqu'à nouvel ordre et dès samedi après-midi face à Guingamp pour la deuxième journée de Ligue 2.

"A contre-coeur"

Le Saturday FC ne voyait pas comment animer la tribune sans se mettre à la faute : 

"L'histoire de rester assis, on ne se voyait pas être comme un public anglais, parce que l'activité du groupe se passe principalement debout, par la gestuelle, par les chants, par les sauts. On a été responsables avec les collectes qu'on a pu faire pour les hôpitaux, on voulait rester sur la même ligne de conduite. Ce n'est pas de la désobéissance par rapport à la ligue ou au club, on n'avait juste pas notre place là. C'est à contre-coeur qu'on n'ira pas soutenir comme on sait le faire notre ASNL".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess