Football

Ligue 2 : un mois d'interdiction de stade pour sept supporters lensois, après des heurts au Havre

Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu Nord jeudi 8 septembre 2016 à 11:37

Les supporters lensois au Tribunal de Béthune
Les supporters lensois au Tribunal de Béthune © Maxppp - BONNIERE PASCAL

Quatorze supporters lensois ont comparu, ce mercredi, devant le Tribunal correctionnel de Béthune. Ils étaient poursuivis pour violences et dégradations lors d'un match entre Le Havre et Lens, en Ligue 2. Seuls sept ont été condamnés à une interdiction de stade.

La montagne a donc accouché d'une souris, ce mercredi, au Tribunal correctionnel de Béthune, dans le Nord. Alors que quatorze supporters lensois étaient poursuivis pour violences, dégradations, et outrage face aux forces de l'ordre, lors d'un match de Ligue 2 entre Le Havre et Lens, seuls sept ont été condamnés à une petite interdiction de stade : 1 mois. Les sept autres prévenus ont été relaxés.

Les faits remontaient au samedi 30 janvier dernier. A l'époque, de violents affrontements éclatent avant la rencontre entre certains supporters lensois et la police, avant que le public du Stade Océane n'assiste, pendant le match, à des scènes de saccages, dans le parcage "visiteurs". Au total, près de 90 sièges sont arrachés, et quelques morceaux jetés sur la pelouse. Un déchaînement de violence justifié par l'attitude hostile et provocante des forces de l'ordre, selon certains nordistes. Bilan : plusieurs supporters lensois ainsi qu'un stadier blessés.

Maître Edouard Debout, avocat de plusieurs supporters lensois : "Beaucoup d'énergie déployée pour pas grand chose. Les heurts ont été provoqués. Cela a été extrêmement mal géré. Les juges ont bien compris que ce qui était arrivé aux lensois n'était pas normal. Un mois ? Cela passera vite. Ce ne sont pas des guerriers. Ce sont des amoureux du football."

Avocat de la défense, Me Edouard Dubout, est soulagé de la décision du Tribunal. Il continue d'ailleurs de penser que la police est aussi coupable dans cette histoire. Il est au micro France Bleu de Claire Mesureur:

Maître Edouard Debout, avocat de la défense

Le parcage visiteurs saccagé lors du match Le Havre - Lens, au Stade Océane, en janvier 2016 - Maxppp
Le parcage visiteurs saccagé lors du match Le Havre - Lens, au Stade Océane, en janvier 2016 © Maxppp - COURBE

Des peines en dessous des réquisitions

Au soir du match, la justice avait promis la plus grande fermeté et avait affirmé que les coupables seraient sévèrement punis. Le 1er juin dernier, lors d'une première audience, le vice-procureur de la République avait même requis des interdictions de stade de six mois et un an, assorties d’une amende de 300 € et de travaux d’intérêt général.

Le président du tribunal correctionnel s'est donc montré beaucoup plus clément, notamment parce qu'il a, semble-t-il, été plus difficile que prévu d'identifier les suspects et de définir clairement leur degré d'implication. D'ailleurs, seuls deux prévenus ont été formellement reconnus sur les vidéos, en train de jeter des projectiles sur les policiers.

Reportage de Claire Mesureur, de France Bleu Nord :

Reportage de Claire Mesureur

Partager sur :