Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ligue des Champions : enquête judiciaire sur des soupçons de trucage du match PSG-Étoile rouge de Belgrade

vendredi 12 octobre 2018 à 17:11 - Mis à jour le vendredi 12 octobre 2018 à 20:46 Par Viviane Le Guen, France Bleu et France Bleu Paris

La rencontre de Ligue des Champions entre le PSG et l'Étoile Rouge de Belgrade du 3 octobre dernier au Parc des Princes (6-1) fait l'objet d'une enquête. La justice française soupçonne que le match a été truqué.

 PSG-Etoile rouge Belgrade le 3 octobre 2018
PSG-Etoile rouge Belgrade le 3 octobre 2018 © Maxppp -

Le match de Ligue des Champions largement remporté par le PSG face à l'Étoile rouge de Belgrade (6-1) le 3 octobre dernier au Parc des Princes était-il truqué ?

C’est en tout cas ce que soupçonne la justice qui a ouvert une enquête. Selon L'Equipe (article payant), l'UEFA a alerté les autorités françaises sur un possible trucage du match. D'après le quotidien sportif, un haut dirigeant du club serbe "aurait parié près de cinq millions d'euros sur la défaite de son équipe par cinq buts d'écart."

Pas de preuve matérielle

"Afin de s'assurer que le match se déroule conformément à ses intérêts, le dirigeant de l'Étoile Rouge aurait mis dans la combine plusieurs joueurs titulaires" précise L'Equipe.

Avertie également avant le match, l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) "a surveillé de près les mises placées sur PSG - Étoile Rouge Belgrade". "Aucune anomalie n'a été détectée sur le marché français des paris, ni dans les pays partenaires du groupe de Copenhague* (22 pays en majorité européens, ndlr) ni via le Global Lottery Monitoring System (GLMS, réseau de loteries)", a-t-elle déclaré à l'AFP. 

Cela signifie que les paris auraient été effectués sur des "marchés exotiques" et peu contrôlés selon une source proche du dossier jointe par l'agence de presse.

Le PSG se dit stupéfait

"C’est avec la plus grande stupeur que le Paris Saint-Germain découvre, ce vendredi, l'article du site internet de l’Equipe évoquant des soupçons de trucage du match de Champions League" a réagi le club parisien.

"Le Club rejette catégoriquement toute implication directe ou indirecte en rapport avec ces soupçons et précise d’ailleurs qu’à aucun moment le Paris Saint-Germain n’a été sollicité par le Parquet national financier en charge de l’enquête" précise le communiqué publié sur le site officiel.

Le Paris Saint-Germain, qui "ne tolérera pas la moindre atteinte à sa réputation ni à celle de ses dirigeants" "se tient à la disposition des enquêteurs" indique le document qui prévient : "le Club se réserve d’engager des poursuites contre quiconque tiendrait des propos diffamatoires à l’encontre du Club et de ses dirigeants."

Le club serbe réfute les accusations

Dans un communiqué publié vendredi soir, l'Etoile Rouge Belgrade rejette les "soupçons" de trucage et se dit "scandalisée et dégoûtée"."L'Etoile Rouge s'attend à ce que la vérité soit établie dans les plus brefs délais et à être blanchie de tout soupçon quant à un lien d'un des membres du club avec ces actes." 

Ces accusations "sont de nature à apporter un grand préjudice à la renommée et la réputation de notre club", regrette le club serbe qui fait cette année son retour en Ligue des champions, 27 ans après son sacre de 1991.

"Les technologies actuelles, mais aussi d'autres mécanismes ont tellement évolué qu'il s'avère virtuellement impossible qu'un tel cas reste non élucidé", conclut le communiqué.

L'enquête préliminaire a été ouverte par le parquet national financier (PNF) et confiée au service central des Courses et jeux de la police judiciaire.

* Le groupe de Copenhague réunit les plateformes nationales de lutte contre la manipulation des compétitions sportives de vingt-deux pays.