Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue des Champions - Nicolas Douchez : "Le Stade Rennais s'est stabilisé au plus haut niveau"

-
Par , France Bleu Armorique

La semaine prochaine, le Stade Rennais disputera le premier match de Ligue des Champions de son histoire face à Krasnodar (20 octobre). Du 12 au 16 octobre, France Bleu Armorique vous propose un entretien avec un ancien rennais ayant disputé la compétition. On démarre avec Nicolas Douchez.

Nicolas Douchez applaudit le RCK lors de son dernier match au Roazhon Park le 21 mai 2011
Nicolas Douchez applaudit le RCK lors de son dernier match au Roazhon Park le 21 mai 2011 © Maxppp - Philippe Chérel/PHOTOPQR/OUESTFRANCE

Gardien du Stade Rennais entre 2008 et 2011 après quatre saisons sous le maillot de Toulouse, Nicolas Douchez a connu des années plutôt heureuses sur les bords de la Vilaine, malgré la défaite traumatisante contre Guingamp en finale de Coupe de France en 2009. Passé par Paris et Lens par la suite, Nicolas Douchez est aujourd'hui consultant pour la chaîne Téléfoot. Il a connu la Ligue des Champions avec deux clubs. Toulouse en 2007-2008, avec une qualification pour la coupe aux grandes oreilles qui reste toujours en travers de la gorge des supporters rennais*, et Paris, où il a assisté à trois quarts de finale consécutifs entre 2013 et 2015 depuis le banc de touche. Entretien.

Nicolas Douchez intervient face aux Marseillais Rémy et Heinze
Nicolas Douchez intervient face aux Marseillais Rémy et Heinze © Maxppp - Angélique Surel/PHOTOPQR/LEDAUPHINE

France Bleu Armorique : Séville, Chelsea et Krasnodar... Que vous inspire le groupe du Stade Rennais en Ligue des Champions ?

Nicolas Douchez : C'est un très beau groupe, avec deux très grosses équipes habituées à la Ligue des Champions. Enfin surtout Chelsea, et Séville qui accumule surtout les beaux parcours en Ligue Europa. Et puis Krasnodar, un club récent (fondé en 2008, NDLR) qui a réussi à se qualifier pour la première fois, avec dans ses rangs Rémy Cabella. Il y aura de belles affiches et de grands joueurs Route de Lorient.

FBA : Quel objectif réaliste pour les Rennais selon vous ?

Nicolas Douchez : Ca va être très compliqué de finir premier. De par l'expérience et le recrutement, Chelsea fait figure de favori. Après, si les Rennais sont performants et efficaces, pourquoi pas accrocher une deuxième place, ce qui serait un bel exploit déjà !

FBA : Nicolas vous avez joué la Coupe d'Europe aussi avec Rennes, mais pas la Ligue des Champions... Comment jugez-vous l'évolution du club ?

Nicolas Douchez : Je suis très content ! Quand j'ai rejoint Rennes ça a été un palier énorme dans ma carrière. J'ai beaucoup d'amis là-bas, Rennes c'est un club qui a une place particulière pour moi. Je suis ravi de voir que le club continue d'évoluer, de grandir. Depuis que je suis parti, le club n'a pas arrêté et s'est stabilisé au plus haut niveau en championnat. Cette qualification pour la Ligue des Champions est une suite logique. 

FBA : Qu'est ce qui explique cette progression selon vous ? L'arrivée de Julien Stéphan, l'investissement de l'actionnaire... ?

Nicolas Douchez : Je trouve que ce serait réducteur de limiter cette qualification à Julien Stéphan, même s'il a obtenu de grands résultats, avec la Coupe de France 2019 et cette qualification. Les gens qui ont été de passage ont aussi fait avancer le club, l'arrivée d'Olivier Létang a aussi été un tournant, même si ça s'est mal terminé. Il a fait changer l'état d'esprit et aujourd'hui le club s'appuie sur ce qui a été fait par le passé, et l'améliore de plus en plus. On sent une vraie identité maintenant quand on voit Rennes, quand on se déplace là-bas. Le Stade Rennais a laissé de côté le fait d'être un club qui ne gagnait jamais rien. La coupe de France a amené de l'ambition, et a confirmé que Rennes pouvait gagner des titres. 

France Bleu Armorique :  A quoi doivent s'attendre les Rennais, est-ce qu'il y a un risque que la marche soit trop haute ?

Nicolas Douchez : Oui, bien sûr qu'il y a un risque. Pour faire un beau parcours en Ligue des Champions, on a souvent besoin d'expérience. C'est une compétition qui sort de l'ordinaire, qui n'a rien à voir avec ce que l'on peut jouer par ailleurs. Je n'ai jamais rien connu d'aussi fort. C'est le summum de ce qu'un joueur de foot peut vivre en club. Tout est amplifié : en terme d'exigence, en terme de concentration et de plaisir aussi. Pour faire un bon parcours les Rennais doivent être conscients de la difficulté mais aussi savourer et profiter au maximum. 

FBA : Pouvez-vous nous raconter votre souvenir le plus marquant dans la compétition ?

Nicolas Douchez : Le plus marquant c'est la qualification pour la Ligue des Champions avec Toulouse. C'était inattendu et inespéré. Se qualifier pour un tour préliminaire c'était extraordinaire, c'était la première fois que je vivais une campagne européenne. Liverpool, vu qu'on a perdu 1-0 à l'aller et 4-0 chez eux, j'en garde pas forcément un super souvenir (rires) ! Quand j'étais à Paris, ça a été quelque chose d'énorme aussi de découvrir l'investissement que pouvaient mettre les grands joueurs dans ce genre de compétition. 

Nicolas Douchez lors du match aller des barrages de la Ligue des Champions 2007/2008. Toulouse s'incline 1-0 à domicile face à Liverpool.
Nicolas Douchez lors du match aller des barrages de la Ligue des Champions 2007/2008. Toulouse s'incline 1-0 à domicile face à Liverpool. © Maxppp - Michel Viala/PHOTOPQR/LADEPECHEDUMIDI

FBA : Comment ça se matérialisait ?

Nicolas Douchez : Ce qu'il faut comprendre c'est que lorsque l'on joue un match de championnat le week-end et que derrière la Ligue des Champions arrive, on bascule. On s'entraîne avec les ballons de la Ligue des Champions, on s'entraîne avec un survêtement différent préparé exclusivement pour ça, tout est conditionné pour opérer cette bascule. Rien qu'avec ça, on est dans le match. Ce sont des petits détails qui nous conditionnent petit à petit à l'approche du match. Pareil, dans le vestiaire et dans le stade tout est différent : les panneaux publicitaires, l'engouement des supporters qui est encore plus fort, même si en ce moment ce sera compliqué là-dessus... Avec tout ça, dès qu'on entre dans les vestiaires, les joueurs "normaux" comme moi ou les très grands joueurs, on voit que le degré de concentration franchit encore un palier.

FBA : Le souvenir d'Anfield, il doit quand même être mémorable, malgré le résultat sportif ?

Nicolas Douchez : Oui, quand on va s'y entraîner la veille de match, qu'on a l'impression que le stade est juste à nous, c'est quelque chose de très fort. Après quand on est joueur, ce qui ressort à la fin c'est la compétition, le match. Et malheureusement ça a vite tourné en notre défaveur, donc je n'ai pas apprécié ce match. 

FBA : Sur votre période parisienne, vous avez vu arriver les investisseurs qataris, qu'ont-ils mis en place pour structurer le club et le stabiliser au plus haut ? De quoi Rennes pourrait s'inspirer avec des moyens certes différents ?

Nicolas Douchez : Le PSG a mis en place quelque chose qui existe à Rennes aujourd'hui : pour qu'un joueur soit performant il faut gommer tout ce qui peut être parasite en dehors du terrain. Le joueur doit être dans les meilleures conditions pour aborder un match. Cela passe par l'alimentation à la Piverdière, la qualité des chambres d'hôtel en déplacement, que les familles soient prises en main quand elles arrivent au stade afin que le joueur n'ait pas à se soucier de ses invitations et qu'il soit focalisé sur l'objectif, qui est le match. J'ai l'impression que Rennes, en mettant encore plus en avant son identité de club, toutes ces choses-là, va dans ce sens.

* Rennes avait perdu sa troisième place au bénéfice de Toulouse à la dernière seconde du championnat 2006/2007 face à Lille. Toulouse avait également bénéficié de trois points sur tapis vert suite à l'envahissement de terrain des supporters Nantais face au TFC, alors que les deux équipes faisaient match nul.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess