Football

Ligue Europa : Lyon sur la pelouse du Besiktas pour accéder aux demi-finales et retrouver la sérénité

Par Tifany Antkowiak, France Bleu jeudi 20 avril 2017 à 12:05

Mathieu Valbuena est de retour dans le groupe de l'OL, il n'a pas joué dimanche à Bastia en raison d'une légère blessure à la cheville.
Mathieu Valbuena est de retour dans le groupe de l'OL, il n'a pas joué dimanche à Bastia en raison d'une légère blessure à la cheville. © Maxppp - Richard Mouillaud

L'Olympique lyonnais retrouve le Besiktas jeudi soir à Istanbul en quarts de finale de la Ligue Europa pour une rencontre sous tensions, une semaine après de violents débordements au Parc OL lors du match aller. Les deux clubs sont sous la menace d'une exclusion des compétitions européennes.

Après deux matches perturbés par de violents incidents, face à Bastia dimanche, et à domicile jeudi dernier lors du match aller contre le Besiktas, l'Olympique lyonnais retrouve le club turc jeudi soir à Istanbul en quart de finale retour de la Ligue Europa (21h05), avec l'espoir d'accéder aux demi-finales. Après leur victoire à l'aller (2-1), les Lyonnais doivent rester concentrés malgré la semaine agitée qu'ils viennent de traverser. Et leur concentration risque d'être mise à rude épreuve dans le stade de Besiktas (41.000 places), considéré comme l'un des plus bruyants d'Europe.

Il y aura une grosse ambiance contre nous mais je n'ai pas peur pour ma sécurité" - Christophe Jallet

"Nous espérons qu'il n'y aura pas de débordements comme ces derniers jours", a expliqué le latéral de Lyon Christophe Jallet, dans un entretien à l'AFP. Tout en assurant: "je ne pense vraiment pas que cela se reproduira d'une telle façon. Il y aura une grosse ambiance contre nous mais je n'ai pas peur pour ma sécurité". Dimanche, certains de ses coéquipiers ont été pris à partie par des supporters de Bastia, entraînant l'arrêt de la rencontre de la 33e journée de Ligue 1. Trois jours plus tôt, les Lyonnais avaient déjà débuté leur quart de finale aller d'Europa League avec 45 minutes de retard, la faute à l'envahissement du terrain par des supporters lyonnais voulant se mettre à l'abri de jets de pétards et de projectiles lancés par leurs homologues turcs.

Risque d'expulsion des compétitions européennes

Les deux clubs ont depuis mercredi une épée de Damoclès au-dessus de la tête : l'UEFA les a reconnus "responsables" des violences et, en plus d'une amende de 100.000 euros, elle a décidé de les sanctionner d'une exclusion de toute compétition européenne avec sursis. En clair, un nouvel incident qui surviendrait pendant la période du sursis - deux saisons - déclencherait la sanction et priverait l'OL, ou le Besiktas, de l'Europa League, ou de la Ligue des champions, pour laquelle ils se qualifieraient. Le club turc a jugé "scandaleuse" et "partiale" la sanction de l'UEFA. Le président de l'Olympique lyonnais a estimé lui, que "c'est une décision équitable", reconnaissant "une part de responsabilité" dans les débordements survenus au Parc OL.