Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% DFCO

ENTRETIEN - Maintien du DFCO : "notre place dans l'élite est méritée", se réjouit Sammaritano

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le DFCO jouera en Ligue 1 la saison prochaine, après l'arrêt définitif du championnat prononcé par la LFP, jeudi 30 avril 2020. Le milieu dijonnais Frédéric Sammaritano fait le bilan de la saison, parle d'un maintien "mérité" et évoque son envie de prolonger avec le club.

Sammaritano a joué 10 matchs en Ligue 1 cette saison
Sammaritano a joué 10 matchs en Ligue 1 cette saison © Maxppp - MAXPPP

Le maintien est acquis pour le DFCO. Jeudi 30 avril 2020, la Ligue de football professionnel (LFP) a acté la fin de la saison 2019/2020 de Ligue 1. Dijon est maintenu et entamera donc, la saison prochaine, son cinquième exercice consécutif dans l'élite. L'objectif est atteint pour le DFCO. Frédéric Sammaritano, le virevoltant milieu offensif des "Rouges" s'en réjouit ... et évoque son désir de rester au club

Le maintien obtenu mois d'avril, c'est beau ! 

C'est clair ! Ça aurait été mieux si on l'avait acquis sportivement, mais on a aussi fait ce qu'il fallait pour être à la 16e place. Il n'y avait pas particulièrement de stress, vu qu'on s'était éloignés de la zone rouge, avec de l'avance sur le 18e. En plus, avec ce qu'il se passe, la priorité n'était pas tout à fait là ces dernières semaines, la tête n’était pas seulement au football.

C'est (enfin) officiel, la saison est terminée. Quel bilan peut-on en tirer ? 

Evidemment, l’objectif est atteint, puisqu'on reste en Ligue 1, même si les circonstances sont particulières. J'aurais préféré aller au bout de la saison, avec un maintien à la 38e journée, mais ce sont les aléas de la vie, tout s'est arrêté prématurément. 

"Ça laisse un petit côté amer"

On avait vraiment envie d'aller au bout de cette saison, de continuer à vivre de belles émotions. On a très très mal débuté, avant de se ressaisir avec des victoires à domicile, ce qui nous a donné de la confiance. On était dans une bonne dynamique, puis le coronavirus est arrivé. 

Le DFCO va jouer pour la cinquième année consécutive en Ligue 1. L'objectif, c'est de viser autre chose que le maintien dans les années à venir ? 

J'espère ! On dit souvent que les premières années après la montée sont les plus difficiles. On a dû souffrir pour rester en Ligue 1. Ça s'est joué par moment par miracle, comme l'an dernier où on doit aller gagner notre billet en Ligue 1 contre Lens en barrages. Le DFCO est un club qui est sain, qui est bien géré. On ne fait pas de folies. Nous étions peut-être programmés pour jouer le maintien, mais nous avons montré un visage très offensif, avec des matchs de qualité, même si on prenait beaucoup de buts. Notre place dans l'élite est méritée. Maintenant, il n'y a plus qu'à être un peu plus ambitieux. 

"Le DFCO ne laisse pas insensible en Ligue 1, notre place dans l'élite est méritée"

Comment doit-elle se traduire, cette ambition ? 

Forcément, par l'arrivée de recrues de plus haut standing. Et aussi, peut-être, se dire d'entrée qu'on ne joue pas le maintien, qu'on est là pour figurer dans les 10 premières places. Pourquoi pas, avec le bon amalgame entre des jeunes joueurs et des joueurs d'expériences ? On ne sait jamais. Il faut trouver un groupe qui travaille ensemble. On le voit avec des clubs qui créent une vraie osmose, comme Reims ou Angers. Ce sont des équipes plus ou moins modestes, arrivées de Ligue 2 il y a cinq ou six ans. Aujourd’hui, elles sont dans la première partie du classement. Reims est même peut-être européen ! (Reims est 6e, Angers 11e, NDLR).

Quel est votre meilleur souvenir de la saison qui vient de s'écouler ?

Pas facile à dire, il y en a pas mal. À titre individuel, je pense au match de Rennes (victoire 2-1). Je n'avais pas marqué en Ligue 1 depuis très longtemps, on était menés 1-0. Le coach me fait entrer à la 60e minute et je marque le but de l'égalisation. Ensuite, on marque sur la fin du match et je fais une passe décisive. Il y a eu aussi la victoire dernièrement contre Toulouse, qui nous a fait un bien fou. On n'avait pas le droit à l'erreur, on gagne 2-1 dans la douleur. C'était une belle victoire. 

Il y a eu aussi des moments plus difficiles... 

Je pense que le pire, c'est la fin de la 4e journée, avec une quatrième défaite en autant de matchs. Derniers, avec zéro points, on a très mal commencé le championnat. On commençait à avoir la tête basse, mais on a su la relever.

Sur un plan personnel, comment vous jugez votre saison ? 

C'était compliqué. Je me suis blessé trois fois au mollet. Après, quand le coach a fait appel à moi, j'ai fait de bonnes entrées, notamment en Coupe de France. Je n'ai dû jouer que dix ou onze matchs (10 matchs de Ligue 1, dont six en tant que titulaire, NDLR). Forcément, quand il y a trop de blessures, ce n'est jamais évident, mais je pense avoir montré un état d’esprit irréprochable.

"C'est une saison mitigée pour moi"

Votre contrat prend fin le 30 juin prochain, comment voyez-vous l'avenir ? Au DFCO ? 

J'en ai déjà discuté avec les dirigeants, mon souhait est de rester au DFCO. Des décisions vont intervenir très rapidement. On attendait la fin du championnat, maintenant qu'on sait que ça ne va pas reprendre, on va en discuter tranquillement dans les semaines qui viennent. 

Est-ce que vous avez eu des contacts avec d'autres clubs de Ligue 1 ? 

J'ai eu des contacts mais rien de concret, pas de propositions fermes. Mon objectif, c'est de rester au DFCO. Si ce n'est pas le cas, je serai déçu. Partir après 5 ans au club, sans finir la saison, ça me laisserait un petit goût d'inachevé. J'ai passé de très bonnes saisons dans ce club, les prochains jours diront si ça continue ou pas. 

Vous avez 34 ans, une dernière expérience à l'étranger ça ne vous tenterait pas ? 

Non, absolument pas. Je n'ai jamais été trop tenté par l'étranger. J'ai parfois eu des propositions dans des pays exotiques avec des gros salaires à la clé, mais j'ai toujours donné ma préférence au sportif. Je me suis toujours bien senti dans le championnat français donc je n'irai pas à l'étranger. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess