Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Mathieu Duhamel balance ses vérités : "Je ne suis pas un fouteur de merde"

lundi 22 janvier 2018 à 18:28 Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Joueur brillant et au caractère bien trempé, Mathieu Duhamel vient de quitter la France et QRM pour l'Italie et Foggia. A 33 ans, l'attaquant en a gros sur le coeur. Blessé par les critiques autour de ses choix et de son attitude, il se confie sur France Bleu Normandie.

Mathieu Duhamel a inscrit huit buts et délivré deux passes décisives en 19 matchs avec QRM
Mathieu Duhamel a inscrit huit buts et délivré deux passes décisives en 19 matchs avec QRM © Maxppp - Serge Vialle

Le Havre, France

Mathieu Duhamel : de QRM à Foggia 

Alors qu'il vient de rejoindre Foggia Calcio (Serie B) pour les six prochains mois, Mathieu Duhamel (33 ans) a accepté de revenir sur son départ de QRM, sur les critiques qui lui pèsent et sur cette étiquette de "joueur difficile à gérer" qui lui colle à la peau. Passé par Caen, Le Havre et Quevilly notamment, le buteur a accordé un entretien exclusif à Bertrand Queneutte, pour France Bleu Normandie

Bertrand Queneutte : Pourquoi avoir choisi de rejoindre Foggia, club de deuxième division italienne ? 

Mathieu Duhamel : Pour le projet, d'abord. Ensuite, l'Italie a toujours été un pays qui m'attirait. On m'a toujours dit que mon profil pouvait correspondre à ce championnat. Ce qui a fait basculer les choses, c'est leur directeur sportif. Avant, il était au Chievo Verone. Moi, j'étais à Caen. Et il me voulait déjà. 

BQ : Foggia sera-t-il le dernier club de votre carrière ? 

MD : Je ne sais pas (rires). En y allant, je me dis que oui. Mais il suffit que j'ai la de réussite sur place, et ça peut aller très vite. Donc je ne sais pas. 

Mathieu Duhamel pourrait débuter sous ses nouvelles couleurs de Foggia le week-end prochain en Serie B - Aucun(e)
Mathieu Duhamel pourrait débuter sous ses nouvelles couleurs de Foggia le week-end prochain en Serie B - Foggia Calcio

BQ : Pour le moment, c'est six mois ? 

MD : Le club m'avait proposé un contrant d'un an et demi. Mais j'ai préféré mettre six mois et une option d'un an. Je vais découvrir un championnat que je ne connais pas et une nouvelle culture. C'est enrichissant pour moi et ma famille. 

BQ : L'accueil sur place est-il bon ? 

Les gens sont vraiment gentils. Je n'ai pas connu ça ailleurs. Je n'ai jamais été aussi important pour un club. 

MD : Même à Caen ? 

A Caen, j'était un joueur comme tout le monde. Ici, il y a un engouement énorme autour de ma venue. Et quand on voit l'ambiance dans leur stade, ça peut donner des ailes. 

QRM : Mathieu Duhamel répond aux critiques  

Foggia constitue le douzième club dans la carrière de Mathieu Duhamel  - Maxppp
Foggia constitue le douzième club dans la carrière de Mathieu Duhamel © Maxppp - Nicolas Créach

Mathieu Duhamel : "Je pense à ma famille et à ma carrière avant tout !" 

Avec QRM, vous avez marqué huit buts et délivré deux passes décisives. Le bilan sportif est parfait. Et pourtant, cela n'empêche pas les critiques autour de votre départ. Vous les comprenez ? 

Après des années dans ce milieu, j'ai compris qu'il y aurait toujours des gens pour critiquer. Même les meilleurs au monde se font critiquer, tout le temps. Aujourd'hui, on dit que je suis un "mercenaire". Moi, je pense à ma carrière et à ma famille avant tout. Le reste, c'est pas mon soucis. Je ne suis pas parti de QRM parce que ça se passait mal. J'ai simplement vu que physiquement je me sentais bien, et qu'il y avait des opportunités : plusieurs clubs italiens, plusieurs clubs français, des projets plus intéressants. A mon âge, je me suis dit : pourquoi ne pas tenter ? 

Mathieu Duhamel : "N'importe qui dans ma situation aurait fait la même chose."

Des tensions entre certains joueurs de QRM et vous ont été évoquées dans la presse. Qu'en a-t-il été réellement ? 

Pour moi, les sous-entendu du président de Quevilly sont inacceptable. Il a laissé entendre que mon départ apaiserait le vestiaire, comme si cela venait de moi. Mais si on prend les joueurs individuellement, 90% du vestiaire vous dira qu'il n'y a aucun soucis avec moi. Les 10% restants, ce sont ceux qui étaient au club en CFA. Pourquoi ? Parce que moi je suis professionnel et que je n'accepte pas que ces joueurs là ramènent des bouteilles de whisky à la fin de match, je n'accepte pas de les voir fumer et sortir en boîte après les défaites. Un vrai professionnel, il a la haine de la défaite. C'est un vrai travailleur à l'entraînement. Mais encore une fois, 90% du vestiaire a voté pour que je sois capitaine. Ceux là ont dit au coach qu'ils aimeraient être comme moi : aussi bien par rapport à ce que je fais sur le terrain qu'à mon comportement. Si quelqu'un fout vraiment la merde, 90% du vestiaire ne dit pas ça. 

Mathieu Duhamel : "Les sous-entendu du Président de QRM sont inacceptables (...) Moi, je suis professionnel et je n'accepte pas que des joueurs ramènent des bouteilles de whisky à la fin de match."

C'est donc une minorité que vous visez et avec laquelle il a pu y avoir des "tensions" ?

Oui, une petite minorité. Ce sont les cadres du coach, à qui il a donné les clefs du vestiaire. Mais sont-ils exemplaires ? Non. Ce sont ceux qui s'entraînent le moins. Ils ne sont pas irréprochables. Ils ont un comportement amateur dans un monde professionnel. Comment voulez-vous avancer ? Au delà ce ça, il n'y a eu qu'une histoire : celle du brassard. Mais ce n'est pas moi qui ai mal géré l'affaire, ce sont les dirigeants. Il y a eu des crises de jalousie. Mais ce n'est pas mon problème. Aujourd'hui, on dit que c'est Mathieu Duhamel qui fout la merde. Mais moi, je n'ai rien demandé à personne. 

Mathieu Duhamel : "J'ai un fort caractère, mais je ne suis pas un fouteur de merde."

Une sale caractère ? Mathieu Duhamel s'explique  

Mathieu Duhamel a marqué 88 buts en championnat dans sa carrière (Ligue 1 / Ligue 2) - Maxppp
Mathieu Duhamel a marqué 88 buts en championnat dans sa carrière (Ligue 1 / Ligue 2) © Maxppp - Emmanuel Lelaidier

Mathieu Duhamel : "Je suis un vrai compétiteur (...) parfois dans l'excès"

Au delà de QRM, on vous colle depuis des années une étiquette de "joueur caractériel" ? Comment vous l'expliquez ? 

Bien sûr que j'ai un fort caractère, mais heureusement ! Sans cela, je n'aurais pas atteint mes objectifs, car rien ne m'a a été donné, rien n'a été facile. Donc oui, j'ai un sale caractère sur le terrain, car j'ai horreur de la défaite, je déteste perdre, même à l'entraînement. Je suis un vrai compétiteur. Cela me prend aux tripes, et parfois je suis dans l'excès. Mon passage au Havre, je le mets entre parenthèse. C'était différent. J'ai eu d'autres problèmes. Quatre entraîneurs en deux ans, pour moi ce n'était pas possible. Je ne marche pas comme ça. Bref, c'est facile de mettre une étiquette sur quelqu'un. Prenez Benzema, c'est le meilleur attaquant qu'on a en France, et il ne joue pas en équipe de France, parce que certains racontent des grosses conneries sur lui. Moi, je suis ami avec certaines personnes qui étaient en équipe de France à cette époque là, et ils me disent l'inverse. Ils disent que c'est un super mec. Les gens, on leur fait croire ce qu'on veut. Il y a des personnes, elles ne rentrent pas dans le moule, alors on essaie de les écarter. En revanche, il y a des joueurs, on ne les voit pas sur le terrain, mais ils sont toujours bien vus. Moi par exemple, et je n'ai rien contre lui, mais si je m'appelais Nolan Roux avec un père qui a été professionnel, peut-être que je n'aurais pas fait la même carrière. Est-ce que Nolan Roux a mis 10 buts en Ligue 1 sur une saison ? Non. Mathieu Duhamel, il les a mis sur ses deux premières saisons (Ndlr : Mathieu a atteint trois fois la barre des 10 buts sur une saison, avec Metz puis avec Caen, en Ligue 1), avec deux équipes qui jouaient le maintien. Et en étant blessé deux mois et demi. Mais ça, on ne le voit pas. 

Mathieu Duhamel : "Je ne supporte pas l'amateurisme !"

Vous pensez que le grand public a une image de vous qui ne colle pas à la réalité ? 

Tous les gens qui apprennent à me connaître me disent : "Franchement, j'avais pas la bonne image de toi. Je me suis vraiment trompé".  L'image de fouteur de merde qu'on essaie de me donner n'est pas la bonne. Je ne suis pas un fouteur de merde. Je ne me compare pas à eux, parce que c'est un autre football et je suis très honnête avec moi-même, mais si on prend les meilleurs attaquants du monde - Benzema, Cavani, Ibrahimovic, Suarez, Balotelli - ils ont tous du caractère. C'est comme ça. Les meilleurs attaquants du monde, ce sont des tueurs.  

Mathieu Duhamel : J'ai fait des erreurs, mais je n'ai jamais foutu en l'air un vestiaire. (...) J'étais peut-être trop perfectionniste. 

Cette étiquette vous fait du mal, Mathieu ? 

C'est usant. Je suis très heureux de faire mon métier, mais c'est tellement usant que le jour où j'arrêterai, ce genre de choses ne me manquera pas. Parce que pour moi, ce n'est pas justifié. Il y a des fois, oui j'aurais pu faire mieux. Oui, je n'aurais parfois pas dû péter un plomb à l'entraînement quand je perdais. Dire : "putain ça me fait chier". En fait, j'étais peut-être trop perfectionniste. Mais moi, j'ai pas fait de centre de formation, je me suis fait tout seul. Donc oui, j'ai fait des erreurs. Mais qui n'en fait pas ? En revanche, je n'ai jamais foutu en l'air un vestiaire ou quoi que ce soit. C'est n'importe quoi, ça ! 

Votre "sale caractère", c'est en fait une forme d'exigence extrême que vous avez eu et que vous avez encore ? 

Moi, quand j'étais jeune, je me suis privé.  J'ai fait des entraînements supplémentaires pour arriver où j'en suis. J'ai fait des sacrifices. Toute ma famille le sait. Je me suis donné pour atteindre mon objectif de devenir professionnel. Et aujourd'hui, je n'accepte pas l'amateurisme. Moi, je ne regarde pas mon âge, j'essaie encore d'aller le plus haut possible. Je me dis qu'on progresse à tout âge.