Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mathieu Valbuena : "Je suis peut-être sado, mais mon amour pour l'OM restera intact !"

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu Vaucluse, France Bleu

Leader de l'Olympiakos, adversaire de l'OM, ce mercredi, dès 21H00 sur France Bleu Provence, lors de la 1ère journée de la Ligue des Champions, l'ancien meneur de jeu de l'OM pendant 8 saisons retrouve son club de cœur. Il explique pour France Bleu Provence être marqué à vie par son passage à l'OM.

Mathieu Valbuena lors de sa dernière saison à l'OM en 2014
Mathieu Valbuena lors de sa dernière saison à l'OM en 2014 © Maxppp - Angelique SUREL

Juste après le tirage au sort de cette Ligue des Champions, vous déclariez sur les réseaux sociaux "Marseille et moi, on est lié à vie". Pourquoi ?

Parce que c'est la vérité. J'ai passé plus de la moitié de ma carrière (8 ans, de 2006 à 2014) à l'Olympique de Marseille, avec qui j'ai vécu des moments extraordinaires, inoubliables. Et c'est vrai qu’on a pu se retrouver dans des contextes un peu particuliers, surtout ma dernière avec l'Olympique Lyonnais (2015).

Mais c'est vrai que de se retrouver comme ça en Ligue des Champions, avec le retour de l’OM en Ligue des Champions, et moi avec un club étranger, l’Olympiakos, c’est qu’il y a une bonne étoile. Je me dis que moi et Marseille, ça ne pouvait pas rester comme cette dernière qui s'est passé avec l'Olympique Lyonnais. Peut-être que je suis sado, mais quoi qu’il arrive, mon amour pour l’OM restera toujours intact. Il y aura toujours une reconnaissance et pour moi, l’Olympique de Marseille restera à part.

Retrouver l'OM? "C'est qu'il y a une bonne étoile" selon Mathieu Valbuena sur France Bleu Provence

"Représenté en pendu au Vélodrome quand il vient avec Lyon en 2015? Je me dis que si on vous accueille comme ça, c'est que, quelque part, on vous a aimé, adulé."

Vous évoquiez, votre retour au stade Vélodrome en 2015 avec les couleurs de l'Olympique Lyonnais. Il y avait eu notamment un accueil très très compliqué de la part du public du Vélodrome, notamment avec ce pendu vous représentant dans les tribunes. Est-ce oublié, digéré ?

Ca fait toujours un pincement au cœur par rapport à toutes les années effectuées, tous les titres gagnés. Je n’ai jamais triché. Ils m’ont eu pour un rien et je ne suis pas parti gratuitement (au Lokomotiv Moscou). Et c'est vrai que ça a été touchant, mais il faut savoir passer à autre chose. Je l'ai pris aussi un peu avec de recul, positivement, parce que je me dis que si on vous accueille comme ça, c'est que, quelque part, on vous a aimé, adulé.

Et c’est vrai que les Marseillais sont comme ça : c’est blanc ou noir et pas au milieu. Ils ont été, je peux comprendre, déçus de ce transfert là, mais je me suis expliqué. Et même à l’Olympique Lyonnais, ou dans d’autres clubs, j’ai dit que l’OM était le club de mon cœur. Mais ce sont des choix de carrière, c’est comme çà et je n’ai aucun regret d’avoir signé à l’OL. J’ai fait le dos rond et, tant d’années après, j’ai cette opportunité, cette bonne étoile, même si on jouer surement à huis-clos, de pouvoir retrouver ce stade, pour probablement la dernière fois en tant que joueur, et c’est un vrai cadeau.

Comment le voyez-vous, ce groupe C de la Ligue des Champions Mathieu Valbuena ? Manchester City est probablement au-dessus. Mais,d'après vous, est-ce très ouvert entre votre club grec, l'Olympiakos, l'Olympique de Marseille et Porto pour la deuxième place ?

Oui, cette poule est homogène. Tout le monde a ses chances pour finir deuxième (les deux premiers sont qualifiés pour les 8èmes de finales, le 3ème bascule en Ligue Europa). Même si Manchester City se détache, on ne sait jamais dans le foot.

Ca reste la Ligue des Champions dans un contexte très particulier par rapport à cette crise sanitaire. Cela reste une poule homogène et difficile pour tout le monde.

A 36 ans, Mathieu Valbuena s'éclate à l'Olympiacos, dont il est devenu l'un des leaders
A 36 ans, Mathieu Valbuena s'éclate à l'Olympiacos, dont il est devenu l'un des leaders © Maxppp - Georgia Panagopoulou

Ce premier match est-il vraiment important, selon vous? Le vainqueur aura-t-il des chances de lorgner la deuxième place, voire de prendre un gros avantage pour la 3ème place ou pas ? 

Rien ne sera définitif, mais ce premier match à domicile est très important pour prendre un avantage psychologique sur l'adversaire pour celui qui sortira gagnant. Mais on s'attend à un match difficile parce que Marseille, malgré un début de saison compliqué, à part sa victoire sur Paris (entretien réalisé avant OM-Bordeaux 3-1). Mais on sait très bien qu'ils savent se transcender sur des gros matchs et encore plus sur le premier match de Ligue des champions que l'Olympique de Marseille retrouve 7 ans après.

À 36 ans, vous semblez prendre toujours beaucoup de plaisir et vous éclater à jouer au foot, dans votre club Grec ? 

Oui, je prends énormément de plaisir, je pense que c'est ça le plus important. Ce n'est pas anodin de faire cela à 36 ans, de faire encore la Champions League. J'ai trouvé chaussure à mon pied avec l’Olympiakos (club basé à Athènes). Il y a une  très bonne relation à tous les secteurs du club, le directeur sportif, et de l’entraîneur au président. Ça, c'est quelque chose de très important. Je joue un peu le rôle de  l'ancien qui essaye de t'apporte et que ça soit sur et en dehors du terrain.

Et bien évidemment, c’était un grand pari. On pouvait avoir des doutes sur ma capacité à venir ici et de pouvoir apporter quelque chose au club. Mais ma passion reste toujours intacte et, comme on l'a vu, sur le plan personnel et collectif, on a fait une super saison (doublé championnat-Coupe de Grèce). Ce que l’Olympiakos n’avait pas fait depuis tant d’années. Ce sont des choses qui m'animent au quotidien. Et quand tu te sens heureux dans une ville où tu te sens bien et dans un club magnifique, ça se ressent aussi sur le terrain. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess