Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Eugène Saccomano, "une gouaille, un titi parisien gardois", selon Michel Mézy

Le journaliste sportif Eugène Saccomano s'est éteint ce lundi à 83 ans. Il avait commencé sa carrière à Nîmes et laisse de nombreux souvenirs dans le Gard.

Eugène Saccomano en 2005 chez lui
Eugène Saccomano en 2005 chez lui © Maxppp -

Nîmes, France

Eugene Saccomano, c'était d'bord une voix. Souvenir ému de ce vieux transistor coincé sous l'oreiller pour écouter le foot, les soirées multiplex. Des envolées lyriques, un style souvent imité, jamais égalé. Il a bercé des générations d'amoureux du foot et suscité la vocation de plusieurs générations de journalistes de sport. 

Lui qui est né à Marseille était avant tout amoureux du Nîmes Olympique. Il était fier d'ailleurs de rappeler qu'il y a même joué en cadets et juniors. Il est ainsi devenu l'une des grandes voix du foot en France, sur Europe 1 d'abord puis sur RTL avec son émission "On refait le match".

"C'était à 12-13 ans l'animateur numéro 1 de l'école. il nous commentait des matchs de foot à la Georges Briquet, comme les anciens reporteurs (..) c'était un animateur né.  Il était simple comme tout." (Gérard Masseboeuf, ami d'enfance d'Eugène Saccomano)

Né le 23 septembre 1936 à Marseille, il grandit dans le Gard, à Salindres où son père était boulanger à la fin des années 1940, puis à Saint-Martin-de-Valgagues et enfin à Nîmes. En 1952, il a 16 ans, il gagne un concours de jeunes reporters sportifs et part couvrir les Jeux olympiques d'Helsinki. Le temps de passer son bac au lycée d'Alès et sa carrière sportive était lancée.   

"Il était amoureux du Nîmes Olympique. Je l'ai côtoyé avec l'équipe de France quand il est devenu un grand journaliste sportif. Je l'ai connu aussi avec ses spectacles au Grau-du-Roi l"été ! (..) Gégène, je l'aimais particulièrement." (Michel Mézy)

L'ancien joueur et entraîneur du Nîmes Olympique, Michel Mézy, aujourd'hui conseiller du président de Montpellier, a bien connu ce personnage incontournable du foot français. "Il disait des bêtises, comme tous les journalistes en disent, se souvient-il. C'est peut-être votre profession qui est en deuil, mais aussi Nîmes et les Nîmois.  C'était un garçon qui rayonnait de bonheur et qui faisait partager sa joie." (Michel Mézy)

Eugène Saccomano, c'est aussi une passion littéraire pour Louis-Ferdinand Céline et Jean Giono. En 1968, à 32 ans, il publie Bandits à Marseille adapté ensuite au cinéma avec succès par Jacques Deray avec Borsalino avec Alain Delon et Jean-Paul Belmondo. 

En 2009, l'ancien maire de Salindres, Daniel Verdelhan lui a remis la médaille d'honneur de la ville. "C'était un grand honneur pour la commune, je me souviens de ces critiques sur les fanatiques de foot (..) il était vraiment pour le foot comme il doit toujours l'être : un foot sans bataille autour."

Choix de la station

France Bleu