Football

Michel Platini renonce à la présidence de la FIFA

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 8 janvier 2016 à 7:25

Michel Platini renonce à briguer la présidence de la FIFA
Michel Platini renonce à briguer la présidence de la FIFA © Maxppp

Michel Platini, suspendu huit ans de son poste de président de l'UEFA, a annoncé jeudi à L'Equipe qu'il retirait sa candidature à la présidence de la FIFA, faute de temps, et qu'il préférait se consacrer à sa défense.

"Je ne me présenterai pas à la présidence de la FIFA. Je retire ma candidature", a annoncé jeudi Michel Platini  au quotidien sportif L'Équipe. L'ancien numéro dix des Bleus, 60 ans, est dans le collimateur de la justice de l'instance mondiale du football, pour un paiement de 1,8 million d'euros reçu de Joseph Blatter. 

"Plus le temps"

Michel Platini, suspendu huit ans de toute activité liée au football en décembre, a annoncé vouloir faire appel. Il souhaite se concentrer sur son combat contre ce qu'il appelle "une mascarade". "Je n'ai plus le temps ni les moyens d'aller voir les électeurs, de rencontrer les gens, de me battre avec les autres. En me retirant, je fais le choix de me consacrer à ma défense par rapport à un dossier où on ne parle plus de corruption, de falsification, où il n'y a plus rien", a-t-il expliqué. 

Comment remporter une élection quand on est empêché de faire campagne ? - Michel Platini

Jugé coupable de "conflit d'intérêt" et de "gestion déloyale" par la justice interne de la FIFA, l'ancien Ballon d'or doit ensuite saisir le Tribunal arbitral du sport. Autant de recours qui l'auraient empêché de faire campagne dans les temps pour la tête de la FIFA. La date limite de l'enregistrement des candidatures est fixée au 26 janvier, soit un mois pile avant l'élection du successeur de Joseph Blatter, président démissionnaire et suspendu, comme Platini, de toute activité officielle liée au football à cause de cette affaire.

Encore cinq candidats

Après le retrait de Platini, il reste désormais cinq candidats à la présidence de la FIFA : le président de la Confédération asiatique Cheick Salman Bin Ebrahim Al Khalifa, le secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino, l'homme d'affaires sud-africain Tokyo Sexwale, le Prince Ali, ancien vice-président de la Fifa battu par Blatter lors de la dernière élection présidentielle au printemps 2015, et l'ancien membre de la Fifa Jérôme Champagne. 

>> À LIRE AUSSI | Michel Platini : "Quoi qu'il advienne, j'en aurai pris plein la gueule"

Il reste donc désormais à Michel Platini à se concentrer sur sa défense concernant sa suspension de huit ans pour ce fameux paiement controversé de 1,8 million d'euros reçu en 2011 de Joseph Blatter, pour un travail de conseiller achevé en 2002. Un reliquat réglé sans contrat écrit, qui avait d'abord intrigué la justice suisse. Cette dernière a entendu Platini comme témoin assisté et a mis en examen Blatter.

Aucun(e)