Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mickaël Le Bihan : "Adrian Ursea est très bon pour mettre les joueurs en confiance"

-
Par , France Bleu Azur

Alors que l'OGC Nice ne marque plus un but depuis trois matchs, lui les enfile comme des perles en ce moment. Actuel meilleur buteur de Ligue 2, l'ancien attaquant du Gym Mickaël Le Bihan était l'invité de 100% Aiglons ce lundi soir. Lui qui a évolué sous les ordres du duo Favre - Ursea à Nice.

L'ancien attaquant de l'OGC Nice Mickaël Le Bihan est l'actuel meilleur buteur de Ligue 2 avec l'AJ Auxerre.
L'ancien attaquant de l'OGC Nice Mickaël Le Bihan est l'actuel meilleur buteur de Ligue 2 avec l'AJ Auxerre. - Maxppp

Après son triplé face à Niort (6-0) il y a dix jours, Mickaël Le Bihan est resté muet le week-end dernier contre Nancy (2-2). Comme le Gym. Mais contrairement aux Aiglons, l'ancien attaquant du Gym affiche un sourire éclatant en ce moment. Meilleur buteur de Ligue 2 (13 réalisations) et 5e au classement avec l'AJA, Le Bihan revit en Bourgogne après des mois de galères.

Notamment à Nice (2015 - 2019). Où le natif de Ploemeur a évolué sous les ordres du duo Favre - Ursea pendant deux saisons. Adrian Ursea "a les épaules" pour redresser le Gym selon l'attaquant de 30 ans. Il était l'invité de 100% Aiglons ce lundi soir sur France Bleu Azur.

France Bleu Azur : Est-ce qu’il est confortable ce trône de meilleur buteur de Ligue 2 ?

Mickaël Le Bihan : Oui ça va on s’y sent bien (rires). Mais le plus important c’est d’y être installé le soir du dernier match.

13 buts dont deux triplés déjà cette saison et donc ce statut de meilleur buteur en ligue 2 : ça ressemble à une renaissance pour vous après plusieurs années de galères, notamment à l’OGC Nice…

Oui c’était l’objectif. Redescendre d’un étage pour prendre du plaisir et jouer chaque match. La saison passée j’ai marqué quatre fois en 17 matchs, c’était trop peu. Là cette saison on a beaucoup plus le ballon, plus d’occasions donc c’est plus facile pour se montrer.

"Je prend énormément de plaisir cette saison."

C’est votre entraîneur Jean-Marc Furlan qui vous met dans les meilleurs conditions ?

Quand on est attaquant et qu’on a un coach qui ne parle que d’attaquer, de se projeter vers l’avant, forcément c’est un régal. Et cette saison je prends énormément de plaisir.

Vous êtes-vous fixé un objectif de buts à atteindre ?

Non non, le plus important c’est de travailler collectivement. De penser à l’équipe. C’est ce que je fais depuis un an et demi et on voit que derrière on est récompensé individuellement.

Vous êtes 5e avec l’AJA, en position de barragiste pour la montée. C’est l’objectif affiché cette saison dans votre vestiaire ?

Oui bien sûr on n’a pas peur de le dire. En début de saison en voyant notre effectif, on a affiché nos ambitions. Malheureusement on n’a pas réalisé un bon début de saison. Là on se replace. Il faut qu’on continue cette belle série et espérer être dans les premières places en fin de saison.

"Je suis en fin de contrat au mois de juin donc je pense à tout forcément."

Une aventure bourguignonne que vous partagez avec un autre ancien Aiglon, le défenseur Gauthier Lloris, qui est arrivé cet été à l’AJ Auxerre… c’est vous qui l’avez convaincu ?

Non même pas ! C’est le coach Furlan qui m’a appelé pour pendant le confinement pour prendre des renseignements sur lui. Il le connaissait déjà très bien et je lui ai juste confirmé tout le bien que je pensais de lui. Après ça s’est fait et Gauthier réalise une très belle saison. 

Avec cette première saison flamboyante que vous réalisez vous allez sans doute attiré les regards de certains clubs de Ligue 1 qui cherche du renfort devant… Êtes-vous sûr de rester à Auxerre jusqu’en fin de saison ?

Non dans le foot on ne sait jamais ! Moi j’y suis très bien et ça se passe très bien. Mais je suis en fin de contrat au mois de juin donc on pense à tout forcément. On verra vraiment avec toutes les parties la meilleure solution mais en tout cas je suis très bien ici pour le moment.

On se souvient que c’est Claude Puel qui était venu vous chercher à Nice en 2015. Aujourd’hui s’il vous appelle pour renforcer l’attaque des Verts, vous pourriez être intéressé par un challenge comme celui-ci ? 

On verra, on verra, on est concentré vraiment sur l’AJ Auxerre.

Pendant votre période OGC Nice (2015 – 2019) vous avez évolué sous les ordres du duo Favre – Ursea. Vous le pensez cabale de redresser la barre comme numéro 1 Adrian Ursea ?

Oui je pense que c’est un très bon coach, il était un peu dans l’ombre avec Lucien Favre à l’époque. Mais je pense qu’il a les épaules pour. J’ai souvent Pierre Lees-Melou au téléphone. Il me dit que l’effectif est de qualité et qu’il espère rebondir.

"Adrian est très humain. Il aime parler aux joueurs."

Il était comment avec vous Adrian Ursea ? Il vous a fait progresser ?

Oui il aime le foot et ça se ressent dans sa manière de parler. Adrian est très humain, il aime parler aux joueurs. Et c’est vrai qu’il est très bon pour mettre en confiance les joueurs et je pense que c’est le plus important pour un joueur d’avoir confiance en soi. 

Ça vous fait mal de voir le Gym dans cette spirale négative ?

Oui bien sûr, surtout en voyant le mercato réalisé cet été. Je me suis dit que c’était très judicieux. Donc oui je suis très déçu de les voir à cette position là. Surtout que je n’ai aucune haine envers le club. Tout le monde a toujours été réglo avec moi, le club m’a même libéré alors qu’ils auraient pu me retenir. Cette saison c’est décevant aussi pour tout le peuple niçois

Vous êtes proche de Pierre Lees-Melou, blessé au poignet. Il garde le moral malgré cette blessure et cette situation difficile ?

C’est compliqué pour lui. Je l’ai encore eu hier soir au téléphone. Il espère vite revenir pour aider ses coéquipiers. Pierre c’est un bosseur. Mais je pense que le plus dur pour lui aujourd’hui avec sa blessure, c’est de ne plus pouvoir jouer à la console (rires).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess