Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Migennes : organisateur de matches amicaux, le club de foot pénalisé par les mesures sanitaires

-
Par , France Bleu Auxerre

L'Asuc Migennes (Yonne) accueille chaque été des matches amicaux, comme AJA-Red Star ce samedi 25 juillet à 18h. Des rencontres qui font du bien aux finances du petit club de foot, mais avec la crise sanitaire, le nombre des spectateurs est limité, et les places gratuites. Un sacré manque à gagner.

Respectivement président et trésorier du club de foot de l'Asuc Migennes (Yonne), Jean-Paul Odelot et Daniel Frontini (de g. à d.) se voient privés de recettes pour les matches amicaux qu'ils organisent à cause du Covid-19.
Respectivement président et trésorier du club de foot de l'Asuc Migennes (Yonne), Jean-Paul Odelot et Daniel Frontini (de g. à d.) se voient privés de recettes pour les matches amicaux qu'ils organisent à cause du Covid-19. © Radio France - Nicolas FIllon

C'est peut-être la plus belle pelouse de football du département après celle de l'Abbé-Deschamps : le terrain du stade Lucien-Masson de l'Amicale sportive et union cheminote (Asuc) Migennes, dans l'Yonne, est plébiscité à chaque période estivale. Les différentes équipes de France (masculine, féminine et espoir) y sont déjà venues pour des matches amicaux de même que des clubs de Ligue 1 ou Ligue 2. Et cet été ne fait pas exception avec plusieurs rencontres au programme. Quatre, quasiment un record, dont AJA-Red Star ce samedi 25 juillet à 18h. La venue de ces équipes professionnelles représente beaucoup pour le club de foot local. Mais les mesures de sécurité sanitaire liées au Covid-19 gâchent un peu la fête.

D'habitude le stade Lucien-Masson frôle les 500 voire le millier de spectateurs lors de ces matches amicaux. Il faut dire que la qualité de la pelouse, un vrai billard avec l'herbe finement coupée et les lignes du terrain bien tracées, attire pas mal de grosses écuries du pays. "Ce n'est pas un terrain en gazon déroulé, mais c'est un des meilleurs terrains ensemencés de Bourgogne, peut-être même de France" clame Daniel Frontini, trésorier de l'Asuc Migennes, ancien président et mémoire vivante du club. 

La pelouse du stade Lucien-Masson de Migennes (Yonne), qui va accueillir cet été deux rencontres amicales de l'AJA et une de la réserve icaunaise, est un véritable billard.
La pelouse du stade Lucien-Masson de Migennes (Yonne), qui va accueillir cet été deux rencontres amicales de l'AJA et une de la réserve icaunaise, est un véritable billard. © Radio France - Nicolas Fillon

"Jean-Marc Furlan, alors qu'il était entraîneur de Troyes, était déjà venu à Migennes faire un match contre l'AJA et nous avait dit à l'époque qu'il trouvait que pour c'était le meilleur terrain ensemencé qu'il avait vu, rappelle le dirigeant. On se croirait vraiment sur une moquette, sur un tapis. Sauf que ce n'est pas du synthétique, c'est de véritable gazon. Je ne connais pas trop les greens de golf, mais ça y ressemble. Je suis sûr qu'on peut jouer au golf là dessus !"

Un vrai manque à gagner pour notre club (Daniel Frontini, trésorier de l'Asuc Migennes)

Mais avec la crise sanitaire, le nombre de spectateurs par matches amicaux se limite à 200 personnes, comme pour Dijon-Paris FC qui s'est joué à Migennes samedi 18 juillet. Et les places, uniquement en tribune, sont gratuites. Sauf qu'elles sont quasiment toutes attribuées : une partie pour les deux formations qui s'opposent en amical, et une autre pour l'Asuc Migennes, qui accueille le match. Ce sera la même chose pour cet AJA-Red Star. 

"On a su très tard qu'on aurait droit à seulement 200 spectateurs, et des entrées non payantes, regrette Daniel Frontini. Le Covid, c'est quelques contraintes, quand même, en plus de faire attention aux gestes barrières et aux distanciations. Un bon match amical entre équipes professionnelles peut ramener pas loin de 1 000 spectateurs. Même si le prix des entrées est accessible à tout le monde, avec 1 000 spectateurs à 3 €, vous faîtes rentrer 3 000 € ! C'est donc un vrai manque à gagner pour notre club."

Pas de billetterie + peu de buvette = opération blanche

Ces rencontres amicales, qui font la renommée du club de foot migennois, remplissent donc aussi ses caisses, et pas qu'un peu. "Hors Covid, ça nous fait à peu près, par match amical, 2 000 € de recettes pour un budget de 40 000 € pour vivre, ce qui n'est pas beaucoup, explique Jean-Paul Odelot, le président de l'Asuc Migennes. Ces rencontres sont très importantes pour nous. Si nous n'en organisions pas, le club ne pourrait pas démarrer la saison. Ça, comme les soirées extra-sportives, les lotos, les repas, les souscriptions... Nous avons un des plus petits budgets de Régional 3 de Bourgogne-Franche-Comté, et malgré l'apport tout a fait correct de la municipalité et l'aide de sponsors qui ont tous leur utilité, malheureusement, il faut se battre tous les jours pour arriver à sortir la tête de l'eau. C'est vraiment primordial."

C'est très, très dur à vivre (Jean-Paul Odelot, président de l'Asuc Migennes)

Sans billetterie et avec moins de monde à la buvette que prévu, ces matches amicaux post-Covid font figure d'opération blanche pour l'Asuc Migennes. "C'est très, très dur à vivre, soupire le président du club migennois. On sait très bien que les choses ne vont pas aller en s'arrangeant, que les prix et les charges ne vont pas aller en baissant. Une bonne partie du budget est déjà ponctionné par la Ligue de football de Bourgogne-Franche-Comté, le District de l'Yonne... Le manque d'argent, c'est aussi pour ça qu'il y a beaucoup de petits clubs aux alentours qui se meurent."

Le trésorier de l'Asuc Migennes Daniel Frontini et son président Jean-Paul Odelot (de g. à d.) posent sur la pelouse du stade Lucien-Masson. C'est elle qui fait la renommée du club à travers les prestigieux matches amicaux qui y sont organisés.
Le trésorier de l'Asuc Migennes Daniel Frontini et son président Jean-Paul Odelot (de g. à d.) posent sur la pelouse du stade Lucien-Masson. C'est elle qui fait la renommée du club à travers les prestigieux matches amicaux qui y sont organisés. © Radio France - Nicolas Fillon

Daniel Frontini ajoute : "On voudrait par exemple se payer de vraies tribunes parce que là, on a des gradins qui datent d'après-guerre, qu'on a pu repeindre. Un terrain comme celui de Lucien-Masson, et des tribunes pareilles, ça dénote un peu. On voudrait aussi un terrain synthétique. Il ne faudrait pas que la quatrième ville de l'Yonne devienne la dernière à être dotée d'un synthétique..."

L'Asuc Migennes compte sur un assouplissement des règles sanitaires pour les prochains matches amicaux, histoire au moins de se renflouer. Mais pas sûr que cela arrive tout de suite. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess