Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

Mondial 2018 : "Beaucoup d'équipes nous envient notre ligne offensive" selon l'azuréen Christian Lopez

jeudi 14 juin 2018 à 9:19 Par Emma Sarango, France Bleu Azur

A quelques heures du coup d'envoi du Mondial de foot en Russie, Christian Lopez livre à France Bleu Azur ses souvenirs de Coupe du monde de 1978 et 1982. Originaire du Cannet où il entraîne encore aujourd'hui, l'ancien international nous donne aussi son regard sur les Bleus d'aujourd'hui.

Christian Lopez, 65 ans, a disputé deux coupes du monde avec les Bleus, en 1978 et 1982
Christian Lopez, 65 ans, a disputé deux coupes du monde avec les Bleus, en 1978 et 1982 © Radio France - Sarango

Le Cannet, France

Alors que l'édition 2018 de la coupe du Monde en Russie s'ouvre ce jeudi, France Bleu Azur a recueilli les souvenirs de l'azuréen Christian Lopez. Originaire du Cannet, formé et joueur professionnel à Saint-Etienne dans les années 70, et surtout ancien international Français.

Christian Lopez a participé à deux Coupes du monde : 1978 en Argentine puis 1982 en Espagne. Il nous raconte ses sensations à quelques heures du coup d'envoi, ses meilleurs souvenirs, les pires aussi notamment "l'attentat" de Schumarer contre Battiston en demi-finale contre la RFA.

Christian Lopez livre aussi son opinion sur les Bleus. "Beaucoup d'équipes nous envient notre ligne offensive" selon lui. 

"Avant le premier match, on reste éloigné de toute l'euphorie" raconte Christian Lopez