Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

Olivier, de Haute-Savoie en Russie, 53 heures de bus pour supporter les Bleus

jeudi 21 juin 2018 à 3:39 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Membre de l'association "Irrésistibles français", supporter de Haute-Savoie, Olivier Démolis fait partie des 23 invités par la Fédération Française de Football en Russie. Inoubliable.

La photo mythique
La photo mythique - Olivier Démolis

Olivier Démolis vit un rêve bleu. Collectionneur de maillots de foot de stars, célèbre pour avoir acheté le maillot de Trézéguet de la finale 98 (maillot hélas détruit par la douane), il fait partie des 23 supporters privilégiés invités tous frais payés à suivre l’aventure des Bleus en Russie. 

Une odyssée vers le rêve

Les « Irrésistibles français », ainsi qu'ils se nomment, ont passé 53 heures dans le bus pour rejoindre depuis Lyon le camp de base des hommes de Didier Deschamps à Istra. 

Chauffeur ! - Aucun(e)
Chauffeur ! - Olivier Démolis

Le bus avec des couchettes a œuvré à la cohésion du groupe de "biloutes", ainsi qu'ils se sont rebaptisés sous l'influence des ch'tis ambianceurs. Les chauffeurs du bus ont eu droit à leur chanson plutôt corsée. A l'arrivée, les supporters ont assisté à l'entraînement des Bleus, ils ont pu prendre des selfies avec leurs idoles. "Les plus sympas sont Giroud, Matuidi ou Pogba" apprécie Olivier qui ne voit pas dans l'équipe de joueurs négatifs à la grosse tête : "Didier Deschamps a su faire le tri". 

Avec la star - Aucun(e)
Avec la star - Olivier Démolis
L'autre star - Aucun(e)
L'autre star - Olivier Démolis

"Je vis un truc d'enfer. Inoubliable. Je sais que beaucoup de personnes aimeraient être à ma place" - Olivier le veinard

Originaire de Saint Julien en Genevois, le passionné de 35 ans fait vivre sur sa page Facebook la folle aventure.

Entre les matchs, visites culturelles  - Aucun(e)
Entre les matchs, visites culturelles - Olivier Démolis

Électricien en Suisse, il consacre une grande partie de sa vie au football. Et il a acquis une certaine notoriété.

Une vedette ! - Aucun(e)
Une vedette ! - Olivier Démolis

Une drôle d'atmosphère

Pour se dégourdir les jambes, Olivier et ses collègues ont pu faire un match amical contre des supporters australiens. Défaite 6 à 2. Ce qui a marqué notre Haut-Savoyard, c'est la sécurité pour jouer ce match bon enfant : portique de sécurité, cinquante policiers, "hallucinant !".

L'autre fait marquant est l'absence de ferveur populaire. Olivier se trouvait dans les rues de Kazan le soir de la première victoire de la Russie 5 à 0 contre l'Arabie Saoudite. "Aucun klaxon ! Peu de maillots russes dans les rues. C'est bizarre. On ne sent pas d'effervescence."

Kazan - c'est écrit en gros ! - Aucun(e)
Kazan - c'est écrit en gros ! - Olivier Démolis

"On y croit !"

Même pas peur après le premier match de l'équipe de France contre l'Australie. Vu des tribunes, Olivier ne se laisse pas gagner par la sinistrose."Ce qui compte, c'est de gagner. Peu importe la manière. On y croit !"

Débuts poussifs de l'équipe de France  - Aucun(e)
Débuts poussifs de l'équipe de France - Olivier Démolis

Et pour dégeler l'atmosphère, les supporters irrésistibles entonnent leur création, hymne qui a fait le tour du monde : "Gérard Depardieu... Sors nous ta vodka ! On va la gagner chez toi ! "