Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

Mondial 98 : les souvenirs de Lionel Charbonnier et de la "communion avec les gens"

jeudi 28 juin 2018 à 0:23 Par Denys Baudin et Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

Parmi les bleus de la Coupe du monde de 1998, figuraient à l'époque trois joueurs de l'AJA, les attaquants Diomède et Guivarc'h et le gardien Lionel Charbonnier. Il raconte ses souvenirs à France Bleu Auxerre.

Lionel Charbonnier
Lionel Charbonnier © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

En 1998, Lionel Charbonnier a 31 ans. Il est dans la liste en tant que troisième gardien. Un statut pas simple à gérer puisqu'il sait qu'il ne jouera pas. Un statut que Lionel Charbonnier ne souhaite pas trop aborder. Même vingt ans après : "Arrêtez avec le troisième gardien, c'est bon."

La force de l'icaunais est d'avoir su ne pas faire de vague, malgré une probable frustration : "Il n' y a pas de troisième gardien, il y a une équipe. Vous êtes champion du monde parce que vous n'êtes pas comme les autres , mais ce n'est pas un qui n'est pas comme les autres. Nous on avait les stars mais ces stars là avaient l'humilité de ne pas se mettre trop en valeur, et nous on avait aussi l'humilité de ne pas vouloir prendre trop de place, _chacun jouait un rôle_" souligne l'ancien joueur.

"Il savait exactement où il était" raconte Franck Lebœuf

Confirmation avec le défenseur Franck Lebœuf : "Il est là pour soutenir les autres gardiens, il est là pour travailler avec les titulaires ou les remplaçants à la fin des entraînements. Il n' y a pas eu d'écart de langage de la part de Lionel. Il savait exactement où il était. Après c'est compliqué, tu peux pas durer sur çà. C'est un compétiteur donc il voulait jouer. On peut comprendre qu'à un moment donné tu en as assez de cirer le banc"

Lionel Charbonnier, c'est aussi la bonne ambiance, importante sur plus d'un mois de vie commune : "Il est clown depuis longtemps Charbo" explique Christian Karembeu en souriant, tout comme Henri Emile intendant et confident des Bleus : "C'est quelqu'un qui était ouvert et qui a joué un rôle important dans la réussite de notre coupe du monde. l'ambiance, sur vingt-deux joueurs, il y en avait quinze qui la mettait. Par moment c'était une colonie de vacances. Charbonnier était dedans."

"Il a joué un rôle important dans la réussite du Mondial" - Henri Emile, intendant et confident des Bleus 

Lionel Charbonnier n'est pas le dernier à chanter dans le vestiaire des Bleus après chaque succès.  On le voit aussi courir, drapeau tricolore sur le dos, sur la pelouse du Stade de France, une fois la coupe soulevée. D'ailleurs vingt ans après, l'ancien gardien retient cette communion avec les français : "Sur les Champs-Elysées c'était fabuleux. On ne se rendait pas compte de tout ce qui se passait. On a pris une claque dans la gueule. On a pu communier avec les gens. C'était vraiment très beau de se rendre compte qu'on pouvait donner autant de bonheur à autant de gens grâce  à un jeu".

"Sur les Champs-Elysées c'était fabuleux" - Lionel Charbonnier

Lionel Charbonnier vit toujours dans l'Yonne, dans l'Auxerrois et toujours au milieu de quelques chevaux pour sa fille Stella, 16 ans, qui fait du saut d’obstacle. En plus de s'occuper de son écurie de chevaux, Lionel Charbonnier, 51 ans, exerce le métier de consultant foot pour différents médias.

Lionel Charbonnier au Mondial 98