Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Coupe du monde féminine de football 2019

Mondial de foot féminin : la préparation commence pour la Dijonnaise Élise Bussaglia et ses coéquipières

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les Bleues attaquent leur préparation pour la coupe du monde de foot féminin qui démarre dans un mois. La dijonnaise Élise Bussaglia et ses coéquipières de l'équipe de France sont à Perros-Guirec en Bretagne pour quatre jours.

Elise Bussaglia est sélectionnée en Equipe de France pour le mondial
Elise Bussaglia est sélectionnée en Equipe de France pour le mondial © Maxppp - Nicolas Goisque

Dijon, France

Le public va pouvoir les voir à l'oeuvre. La toute nouvelle équipe de France de foot féminin commence son entraînement à Perros-Guirec en Bretagne, à un mois du début du mondial. 

La Dijonnaise Élise Bussaglia fait partie de l'aventure. Ses coéquipières du DFCO vont donc la suivre avec attention. Ophélie Cuynet a prévu de regarder le mondial à la télé. Ce qu'elle aimerait, c'est pouvoir échanger son maillot avec une joueuse de l'équipe de France, comme le font régulièrement les garçons, mais pour les filles c'est pas simple : "on n'a pas le droit de les échanger, parce qu'on n'a pas autant de maillots que les garçons , alors j'ai jamais échangé le mien. J'aurais bien aimé l'échanger avec celui d'Amandine Henry", la capitaine de l'équipe de France. 

La vie des footballeuses professionnelles n'est en effet pas tout à fait la même que celle de leurs collègues masculins. Charlyne Corne, défenseure du DFCO le rappelait dans une interview sur les réseaux sociaux cette semaine, "on ne peut pas vivre comme les garçons." Les filles sont souvent obligées d'avoir un boulot en plus du foot à haut niveau : "le fait de bosser ça m’a freinée dès l’été car je n’ai pas pu faire les stages de préparation physique. Les filles sont parties deux semaines, je me suis entraînée toute seule avec un préparateur physique, donc j’ai moins d’automatismes dans le jeu avec elles. Le problème du boulot, c’est aussi que je ne peux pas participer à tous les entraînements, surtout le matin."