Football

Mondial : l'Allemagne, le mauvais souvenir de Patrick Battiston

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 1 juillet 2014 à 15:10

Battiston / France - Allemagne
Battiston / France - Allemagne © imprime écran

France-Allemagne en quart de finale du Mondial brésilien, l'affiche résonne dans l'histoire du football français. La demi-finale de 1982 est restée dans les mémoires. Patrick Battiston en fut le héros malheureux. Témoignage.

►►► Toute l'actu du Mondial sur notre site spécial

Il y a deux ans, à l'occasion du trentième anniversaire de la demi-finale de la coupe du monde 1982 entre la France et l'Allemagne à Séville (3-3 après prolongation, victoire de l'Allemagne 5 aux tirs au but à 4), Patrick Battiston était largement revenu au micro de France Bleu Gironde sur cette rencontre qui a marqué une génération. L'actuel entraîneur de l'équipe réserve des Girondins de Bordeaux, à l'époque joueur de l'AS Saint-Etienne, avait quitté ses coéquipiers sur une civière, victime d'une agression du gardien allemand Harald Schumacher. Interwiew.

Patrick Battiston, vous avez le sentiment d'avoir participé à un match mythique ?

Patrick Battiston : Justement, quand on y a participé, il est difficile de dire que c'est un match mythique. L'Allemagne à l'époque, c'était une équipe quasiment invincible, vraiment redoutable (1). L'équipe de France, elle, jouait de façon presque insouciante avec des joueurs remarquables. Il y a surtout eu le déroulement du match. Il y a eu ma blessure, le sentiment à 3 buts à 1 que la France avait gagné, puis la cruelle désillusion et les tirs au but. C'est vrai que ce match a marqué les gens. Il n'y a pas très longtemps, je passais un examen médical à Bordeaux et quelqu'un a dit "c'est Battiston, je me souviens, en 82, j'étais en Espagne avec ma copine, on était en 2 cv". Je pense effectivement que tout le monde sait ce qu'il faisait ce soir là. C'est ce qui est étonnant. Comment un match de foot peut autant marquer les gens.

Vous vous souvenez de l'impact du geste de Schumacher après ce match ?

Quand je suis rentré en France, j'ai eu des échos très rapidement. A l'époque mes parents habitaient à Metz, pas très loin de l'Allemagne. Et lui est venu pour présenter ses excuses. J'ai accepté de le rencontrer pour mettre un terme à tout cela, pour essayer d'être un peu tranquille et pour éviter qu'il y ait des débordements. On m'avait expliqué qu'en Allemagne il s'était fait insulté, que cela avait fait non pas une affaire d'Etat mais qu'il y avait beaucoup de remous, d'effervescence autour de son attitude. C'est pour cela que j'ai accepté de le rencontrer, tout simplement.

Votre nom est associé à cette action là, comment le vivez-vous ?

Pour tout vous dire cela me gêne un peu. Quand on parle de moi et qu'on fait référence à ce qui s'est passé lors de ce match, ça peut être réducteur. Je ne dis pas ça par orgueil mais on peut se dire que je parle toujours de mon histoire, que j'en fais mon commerce. ce n'est pas ça du tout. J'évite même d'en parler, simplement par pudeur. Mais c'est un fait, cela m'a fait connaître.

(1) Championne du monde en 1974, la RFA, République Fédérale Allemande, avait également remporté les championnats d'Europe des Nations en 1972 et 1980.

Patrick Battiston : "C'est étonnant qu'un match de foot marque autant les esprits."