Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Montée en D1 : le recours des féminines de l'AS Saint-Etienne débouté par le CNOSF

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le Comité national olympique et sportif français a confirmé vendredi la décision de la Fédération française, dans le litige opposant l'instance aux Vertes qui espèrent retrouver la D1.

La milieu de terrain de l'AS Saint-Etienne, Marion Blanc-Gonnet, face à Nice cette saison.
La milieu de terrain de l'AS Saint-Etienne, Marion Blanc-Gonnet, face à Nice cette saison. - ASSE

Les féminines de l'ASE restent pour le moment en D2. Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a confirmé vendredi la décision de la Fédération française (FFF), dans le litige opposant l'instance aux Vertes et à des clubs amateurs sur les modalités du classement retenu après l'arrêt des compétitions en raison de la pandémie du coronavirus.

Pour fixer les classements, alors que les équipes d'un même championnat n'avaient pas toutes disputé le même nombre de matches, la FFF a instauré un quotient de points gagnés par matches joués. Ce que contestait l'ASSE, privée d'accession en D1, après avoir dominé la saison en restant invaincues et avoir battu l'équipe promue en D1 à savoir les féminines du Havre. 

La fin du bal pour les Vertes cette saison ?

Dans sa proposition de conciliation, le CNOSF a invité les clubs requérants à « s'en tenir à la décision » du comité exécutif de la FFF rendue le 16 avril, jugeant que l'organe fédéral n'a commis ni erreur de droit ni erreur d'appréciation.

« Les circonstances exceptionnelles ayant justifié l'arrêt prématuré des compétitions justifient [...] qu'un tempérament soit apporté à une application stricte » du principe voulant qu'on ne change pas les règles en cours de saison, a ajouté la conciliatrice. Autrement dit, la Fédération française de foot « se trouvait effectivement dans l'impossibilité d'adopter une décision conforme à ses dispositions réglementaires et était donc tenue d'y déroger ». L'AS Saint-Etienne peut encore étudier d'autres recours comme la possibilité de saisir le tribunal administratif.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu