Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Montpellier Hérault : Sakina Karchaoui annonce la couleur

-
Par , France Bleu Hérault

A 23 ans, Sakina Karchaoui est l'une des figures du MHSC en première division, mais aussi de l'équipe de France. Inarrêtable, celle qui a récemment participé à une publicité pour la marque Lancôme, affiche de grandes ambitions.

Sakina Karchaoui compte 29 sélections en Equipe de France
Sakina Karchaoui compte 29 sélections en Equipe de France © AFP - Mélanie Laurent

Montpellier - France

C'est l'un des plus gros rendez-vous de la saison pour les footballeuses de Montpellier. Le MHSC reçoit l'Olympique Lyonnais, ce samedi, en championnat (15h30). Au total, onze joueuses de l'équipe de France devraient être sur la feuille de match. Côté lyonnais, sept viennent d'être sélectionnées pour affronter la Serbie, le samedi 9 novembre (qualification pour l'Euro 2021) : Amandine Henry, Sarah Bouhaddi, Griedge Mbock, Wendie Renard, Amel Majri, Delphine Cascarino, Eugénie Le Sommer. 

Pour cette rencontre, quatre Héraultaises ont aussi été retenues : Valérie Gauvin, Marion Torrent, Elisa de Almeida et Sakina Karchaoui. Cette dernière effectue sa sixième saison en D1 avec Montpellier, son club formateur. Elle nous a accordé un entretien. Sans prétention, mais avec beaucoup d'ambition. 

Sakina Karchaoui et le MHSC 

BQ : Sakina, vous êtes à Montpellier depuis dix ans et vous jouez avec l'équipe première depuis six saisons. Vous n'avez jamais eu envie d'aller voir ailleurs ? 

SK : C'est clair que beaucoup de clubs m'ont sollicitée, ces derniers mois ou ces dernières années. Cependant, je suis sous contrat avec Montpellier, et je suis très bien où je suis. Je suis à côté de chez mes parents. J'ai ma famille et mes ami(e)s, et je suis beaucoup dans ce cocon familial. C'est clair que ce serait dur pour moi de m'en détacher. Cela fait dix ans que je suis ici, à Montpellier. C'est beaucoup. On prend des habitudes et ce n'est pas simple d'y renoncer. Après, on ne sait pas de quoi demain sera fait. On verra par la suite. 

"Beaucoup de clubs m'ont sollicitée"

Vous aviez toujours connu le même coach. Cette année, Frédéric Mendy a pris l'équipe en main. Qu'est-ce qui a changé ? 

SK : C'est vrai que j'ai fait toutes mes classes ici, je suis arrivée tôt, à l'âge de 13 ans. On m'a vite fait confiance, même en D1. J'ai commencé à m'entraîner à 16 ou 17 ans. Et j'ai signé mon contrat dans la foulée. J'ai eu Jean-Louis Saez pendant cinq ans, je le remercie de tout ce qu'il m'a apporté. On a fait de belles choses, on a connu la Champions League. Il y a eu  des hauts et des bas, c'est normal. En cinq ans, on ne peut pas toujours être au top. Avec Frédéric Mendy, c'est vrai que ça change. Je pense que ça fait du bien à tout le monde. En tous cas, je suis reconnaissante envers le club pour tout ce qu'il fait pour moi. 

"Finir dans les deux premiers"

BQ : Que peut espérer Montpellier, cette saison ? 

SK : Certains parlent des trois premières places. On parle d'ailleurs du podium depuis des années. Mais moi, je suis une compétitrice. Une fois, on a terminé deuxième, ça nous a permis de jouer la Ligue des Champions. Et c'est cela que je vise : finir dans les deux premiers. Si on finit troisièmes, on retombera sur nos pattes. Mais mon objectif, c'est vraiment de finir dans les deux. 

Sakina Karchaoui a délivré deux passes décisives sur les sept premiers matchs du championnat - AFP
Sakina Karchaoui a délivré deux passes décisives sur les sept premiers matchs du championnat © AFP - Antoine Masson

Sakina Karchaoui et l'équipe de France 

BQ : Et avec l'équipe de France, quel est votre objectif personnel ? 

SK : J'aimerais y confirmer ma place. La Coupe du Monde a été une période difficile, avec peu de temps de jeu. Aujourd'hui, la coach me fait confiance et me fait beaucoup plus jouer. J'essaierai de répondre à ses attentes. Depuis quelques matchs, je joue. Et je veux confirmer ma place de titulaire en équipe de France. 

"Confirmer ma place de titulaire en équipe de France"

BQ : Avez vous le sentiment que depuis la Coupe du Monde, les cartes ont été redistribuées ? 

SK : On peut dire ça comme ça. Après, quand j'étais en équipe de France, que je jouais ou pas, je donnais toujours le meilleur de moi-même. A chaque entraînement, je me disais que c'était peut-être maintenant que cela à se jouer. J'étais dans la compétition à fond. Jamais je ne me suis dit que c'était mort, et je me suis toujours remise en question. Je suis très exigeante envers moi-même. Maintenant, les cartes sont en effet redistribuées. Et il faut faire ses preuves, notamment pour participer à l'Euro dans deux ans, mais aussi pour être retenue sur un maximum de matchs amicaux. 

"Je ne me suis jamais dit que c'était mort"

BQ : Avez-vous le sentiment de continuer de progresser, avec Montpellier ? 

SK : Oui ! En tous cas, j'espère. Sinon, ce serait problématique. J'ai beaucoup appris, on m'a beaucoup transmis. Je suis très curieuse au niveau du football. J'essaie toujours d'en apprendre d'avantage, techniquement et tactiquement. Je fais tout pour être bien physiquement. J'ai le sentiment de beaucoup progresser. 

Sakina Karchaoui a été lancée en D1 par Jean-Louis Saez - AFP
Sakina Karchaoui a été lancée en D1 par Jean-Louis Saez © AFP - Antoine Masson

Sakina Karchaoui et le football féminin 

BQ : Depuis la Coupe du Monde, qu'est-ce qui a changé ? Sentez-vous un effet ? 

SK : Chez les petites, je pense que oui ! Il y en a beaucoup plus qui ont pris une licence cette saison, par rapport aux précédentes. Médiatiquement, il y a aussi plus de sollicitations. Les mentalités ont également changé. Beaucoup de français ont un autre regard sur le football féminin, quelques clichés ont été éliminés. Après, je vous avoue que je pensais que ça allait prendre d'avantage. On voit peut-être un petit peu plus de monde aux matchs qu'avant, mais c'est pas flagrant. Au delà de ça, quand je rentre chez moi, que je croise des gens, on me parle énormément de la Coupe du Monde. On me dit que c'est dommage, que ce sera pour la prochaine. On ressent un effet dans le contact avec les gens.

"Un petit peu plus de monde aux matchs, mais c'est pas flagrant"

BQ : Et au MHSC, les joueurs (les hommes) viennent vous voir désormais ? 

SK : Les pros, on les croise souvent à Grammont. Nos bâtiments sont voisins. On fait beaucoup de choses ensemble, et le club essaie de nous mettre à part égale. Après, je reconnais que je ne vais pas trop à la Mosson (rires). Je regarde les matchs à la télé. Alors les hommes, on ne va pas les forcer non plus. Si cela ne les intéresse pas, c'est comme ça. Cependant, je vois certains pros de temps en temps. 

"Je ne vais pas trop à la Mosson"

BQ : Vitorino Hilton semble très attentif à vos performances, c'est le cas ? 

SK : Oui, c'est vrai qu'on le voit souvent, et ça fait plaisir de voir le capitaine. Il s'intéresse. D'autres sont déjà venus, mais s'ils ne viennent pas, on ne leur en veut pas. Ils ont une vie privée, une vie de famille. Moi la première, quand je peux rentrer chez moi, je ne vais pas à la Mosson. Chacun à son temps libre, et il l'occupe comme il l'entend. 

"On voit souvent Vito, il s'intéresse. Après chacun occupe son temps libre comme il le souhaite"

Sakina Karchaoui (deuxième à gauche) lors du tournage d'une publicité pour Lancôme - Aucun(e)
Sakina Karchaoui (deuxième à gauche) lors du tournage d'une publicité pour Lancôme - Capture d'écran - Youtube

Sakina Karchaoui et Lancôme 

BQ : Récemment, la marque Lancôme a fait appel à vous pour figurer dans une publicité pour le parfum "Idoles". Racontez-nous... 

SK : La Coupe du Monde nous a aidées pour obtenir des partenariats. Lancôme est une marque que j'aimais bien. Elle m'a contactée et m'a proposée le projet. J'ai dit oui pour représenter cette marque et ce parfum. 

"La coupe du monde nous a aidées pour obtenir des partenariats"

BQ : Quel est le message véhiculé par ce parfum ? 

SK : En gros, ce parfum exprime l'idée qu'il n'y a pas de femme parfaite. Il dit que toutes les femmes sont différentes, et belles avec leurs différences. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu