Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Montpellier Hérault : le jour où Robert Nouzaret a kidnappé un agent de joueur

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Invité de 100% Paillade, ce lundi, Robert Nouzaret a raconté à Bertrand Queneutte et Geoffrey Dernis une incroyable anecdote : le kidnapping d'un agent de joueur, lorsqu'il était directeur sportif à Montpellier, il y a près de trente ans.

Robert Nouzaret a passé de nombreuses années au MHSC avec différentes fonctions
Robert Nouzaret a passé de nombreuses années au MHSC avec différentes fonctions © Maxppp - A. MARCHI

L'incroyable anecdote de Robert Nouzaret ! L'ancien entraîneur et manager mythique du Montpellier Hérault vient officiellement de prendre sa retraite à 77 ans, après quatre dernières années occupées à diriger la cellule de recrutement du centre de formation. Joueur de Montpellier dans les années 70', il a entraîné de nombreux clubs et notamment celui de son cœur, le MHSC, à trois reprises, et il en a aussi été le directeur sportif au début des années 90'.  

À cet époque, Robert Nouzaret a confié à Bertrand Queneutte et Geoffrey Dernis qu'il avait kidnappé un homme : un agent de joueurs qui avait volé de l'argent au club. 

"J'ai kidnappé un agent pour qu'il nous rende l'argent qu'il nous avait piqué. Je connaissais son épouse, sa femme habitait Paris. On était allé le chercher chez lui, avec des costauds. On est arrivé chez elle, elle nous a ouvert. On l'attendait, je me souviens que ses enfants jouaient sur mes genoux.

Ils était séparés, mais quand il a sonné, elle a du avoir un relent d'amour, et il a senti qu'il se passait quelque chose. Il est parti en courant, on lui a couru derrière. Il a pris l'ascenseur, nous on avait un sprinteur qui l'a chopé en bas. On l'a mis dans voiture, les passants nous voyaient. On leur disait que ce n'était rien, que c'était une opération de police.

On l'a mis dans une maison de pêcheur à Sète, pendant deux ou trois jours. Tous les matins, on le sortait pour discuter de la façon dont il allait nous rendre l'argent. L'avocat du club nous disait qu'on était des barjots, que j'allais me faire radier à vie. Mais tout s'est bien terminé, il n'y a pas eu mort d'homme."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess