Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Montpellier Hérault : Nicolas Cozza, un possible départ qui fait jaser

-
Par , France Bleu Hérault

Alors que le MHSC a reçu une offre d'un club espagnol pour Nicolas Cozza, sous la forme d'un prêt avec option d'achat, le président Nicollin fustige la position de son défenseur central. Les supporters pailladins sont divisés.

Nicolas Cozza est arrivé au MHSC en 2010
Nicolas Cozza est arrivé au MHSC en 2010 © Getty - TF-Image

Arrivé au MHSC en 2010, Nicolas Cozza va-t-il couper le cordon avec son club formateur ? Le défenseur central, international espoir, est en tous cas convoité par une écurie espagnole de première division. Auprès de nos confrères de Midi Libre, le président héraultais a fait savoir, ce jeudi, qu'il avait reçu une offre de prêt avec option d'achat, ces dernières heures, et que le natif de Ganges avait émis le souhait de quitter la Paillade. 

Une envie d'aller voir ailleurs qui passe mal du côté de Laurent Nicollin : "Quand un gamin de 22 ans ne joue que quatre matchs sur cinq et veut partir, car il estime qu’il est le plus beau et le plus fort, cela m’agace. Si les gens estiment que c’est mieux ailleurs, je ne retiens personne". 

Les dirigeants n'ont pas apprécié, mais réfléchissent tout de même. Faut-il se séparer de Nicolas Cozza cet hiver et affaiblir une défense déjà mal en point, avec 39 buts encaissés en 21 matchs ? En effet, accepter l'offre espagnole, alors qu'il n'est pas prévu de recruter d'ici lundi soir, fin du mercato, laisserait penser que les ambitions de la saison en cours sont renvoyées à celle d'après. 

En manque de temps de jeu ? 

Le président Nicollin s'agace, les supporters se divisent, mais Nicolas Cozza lui s'impatiente. Professionnel depuis l'été 2017, alors qu'il venait de remporter la Coupe Gambardella avec une équipe dont il était capitaine, le jeune homme a été titularisé sept fois depuis le mois d'août, en plus de trois entrées en jeu. Autrement dit, dix apparitions sur les vingt-et-un match de sa formation. 

Dans la même veine que lors de l'exercice précédent, avant sa grave blessure au genou. A l'époque : cinq titularisations et deux entrées, sur les douze matchs auquel il aurait pu prétendre. Quant à l'exercice 2018/2019 : onze titularisations sur les 38 journées. 

Légitime ou précipité ?

Le temps de jeu de Nicolas Cozza n'a donc pas explosé ni sensiblement augmenté, depuis qu'il a rejoint le groupe professionnel. Et c'est sans doute ce qui lui déplaît, notamment cette saison, alors que la défense n'est plus aussi solide que dans le passé, et que ses concurrents n'apparaissent plus toujours aussi indiscutables. 

De là à vouloir s'expatrier dès cet hiver, à un an et demi de la fin de son contrat ? Peut-être devrait-il attendre l'été prochain, que les cartes soient rebattues, alors que plane toujours le doute sur le nom du futur entraîneur, dans la mesure où Michel Der Zakarian n'a pas resigné. À moins que justement, ce flot d'incertitudes et le manque de garanties, sur le nom du coach comme sur celui de ses prochains collègues, ne fassent que renforcer son envie d'ailleurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess