Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Un Monsieur doux, pédagogue et sincèrement humaniste" : toutes les réactions à la mort de Michel Hidalgo

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Gironde

Le footballeur puis sélectionneur emblématique de l'équipe de France Michel Hidalgo est mort à l'âge de 87 ans à Marseille, a annoncé sa famille ce jeudi. Michel Platini, Alain Giresse... ses anciens collègues se souviennent de ses qualités professionnelles et humaines.

Michel Hidalgo en 2008.
Michel Hidalgo en 2008. © Maxppp - Salvatore Di Nolfi

De Michel Hidalgo, mort ce jeudi à Marseille à l'âge de 87 ans, Michel Platini, star de l'équipe de France victorieuse de l'Euro en 1984, se remémore d'abord les qualités humaines : "Je garde personnellement le souvenir d'un Monsieur doux, pédagogue et sincèrement humaniste."

Celui qui fut le héros de l'Euro de 1984, avec neuf buts, poursuit, dans un communiqué envoyé ce jeudi à l'AFP : "Il était exemplaire d'humanité mêlant la bienveillance de l'éducateur à l'affection d'un père. Il m'a protégé avec douceur, m'a permis de m'épanouir sur le terrain et a fait partie de ceux qui m'ont permis de devenir le joueur que je suis devenu." "Platoche" doit à Hidalgo la mise en place du fameux "carré magique" au milieu de terrain, qui lui a permis de donner toute sa mesure au poste de meneur de jeu.

Pendant 9 ans, de 1975 à 1984, Michel Hidalgo a été le sélectionneur de l'équipe de France de football. Sous ses ordres, les Bleus avaient atteint les demi-finales de la coupe du monde 1982, leur ascension étant stoppée nette lors d'une séance de tirs au but contre l'Allemagne à Séville. Deux ans plus tard, Michel Hidalgo apportait au foot français son premier grand titre, le championnat d'Europe.

"Il a su nous décomplexer"

Alain Giresse, ému, se souvient au micro de France Info d'un homme qui a su décomplexer le football français, en alliant "rigueur" et "plaisir" : "Il a su nous décomplexer, nous donner confiance. On avait un jeu qui était à la fois un jeu de qualité et qui pouvait s'avérer efficace puisqu'on a réussi à être champions d'Europe sous ses ordres. C'était quelque chose. Il a cru en une qualité des joueurs français."  Le milieu de terrain girondin aura été l'un des hommes de base de l'équipe construite par Michel Hidalgo. 

Nombreux sont les Girondins (Patrick Battiston, Jean Tigana, Bernard Lacombe...) qui ont cotoyé Michel Hidalgo sous le maillot des Bleus. Le défenseur Marius Trésor garde, lui, le souvenir d'un "garçon très ouvert, qui aimait bien avoir l'avis des joueurs qu'il avait sous la main. Je me souviens qu'en 1982, c'est lui qui avait pris la décision, mais il avait formé un groupe de joueurs avec qui il discutait avant de décider."

Le Basque Philippe Bergeroo, ancien gardien international devenu entraîneur, se souvient, lui, d'une "belle personne". "Un garçon très attachant, très consensuel, très à l'écoute des gens", renchérit le Montpelliérain Michel Mézy.

Le Stade de Reims a salué "une légende". Michel Hidalgo y a joué trois saisons à partir de 1954, remporté trois titres de champion de France et touché de très près la Coupe d'Europe des Clubs champions. Le 13 juin 1956, les rouges et blancs s'étaient incliné en finale à Paris face au Réal Madrid (3-4).

"Je lui dois beaucoup parce que c'est lui qui m'a offert offre la première de mes 27 capes en équipe de France" raconte Bernard Genghini, ex-international du FC Sochaux-Montbéliard (1976-1982).

Michel Hidalgo a également exercé comme manager de l'Olympique de Marseille de Bernard Tapie à la fin des années 1980 et a occupé auparavant le poste de président de l'UNFP, le syndicat des joueurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu