Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Le FC Nantes confirme à Amiens

samedi 27 octobre 2018 à 23:18 Par charles GUYARD, France Bleu Loire Océan

Une semaine après son succès face à Toulouse, Nantes a réussi à déjouer le piège amiénois pour s'offrir un second succès de suite et sortir de la zone rouge.

Au Stade de la Licorne, le FC Nantes s'est imposé 2-0 face à Amiens.
Au Stade de la Licorne, le FC Nantes s'est imposé 2-0 face à Amiens. © Radio France - CG

Amiens, France

Les deux entraîneurs l’avaient annoncé comme le match tournant de la saison et ce sont les Canaris qui ont le mieux négocié ce virage, ce samedi 27 octobre à Amiens, en s’imposant 2-1 pour la onzième journée de Ligue 1.

Dans un stade de la Licorne plongé dans le silence les vingt premières minutes en raison d’un mouvement national de grève des encouragements observé par les supporters des deux camps pour s’insurger contre les mesures restrictives sur les déplacements (quelque 300 fans nantais occupaient tout de même le kop visiteur), les Canaris ont donc su confirmer.

Même si ce n'était pas notre meilleur match, on a réussi à gagner" - Valentin Rongier

Car elle était là, la priorité du jour : capitaliser sur la victoire décrochée contre Toulouse le week-end dernier (4-0) pour amorcer une série. Avec un second succès de suite, une première cette saison, le FC Nantes a effectué un bond de géant au classement en sortant de la zone rouge pour se rapprocher du milieu de tableau.

C'est Gabriel Boschilia qui, peu après un quart d'heure de jeu assez insipide de la part des Jaune et Vert, a ouvert les hostilités, reprenant opportunément un ballon relâché par Régis Gurtner, le gardien amiénois qui s'était détendu au pied de son poteau pour écarter une frappe puissante d'Abdoulaye Touré décochée des 30 mètres. La malchance du portier (détourné, le cuir a ensuite rebondi sur le montant) et la passivité de la défense picarde ont fait le reste : jaillissant dans la surface, l'Italo-Brésilien n'avait plus qu'à conclure dans un but vide (1-0, 16e).

La suite ? Elle n'a pas atteint des sommets techniques, soyons clairs ! Dans une enceinte frigorifiée, Nantais et Amiénois se sont souvent neutralisés au milieu et il aura fallu attendre les vingt dernières minutes pour voir la partie s'échauffer singulièrement.

On avait mis l'alarme après le match de Toulouse

La confirmation, on l'attendait aussi du côté d'Emiliano Sala, auteur d'un triplé face aux Toulousains samedi dernier. L'Italo-Argentin, après avoir vainement œuvré sur le front de l'attaque trouvait enfin la faille à la 71e minute sur un intérieur du pied alors que Gurtner avait juste avant remporté un duel face à Boschilia.

En inscrivant son 8e but personnel (autant que Neymar), Sala s'incruste plus que jamais dans la hiérarchie des meilleurs finisseurs de la Ligue 1 même si l'attaquant, qui fêtera ses 28 ans mardi, refuse de chiffrer ses objectifs. "Je veux juste continuer à progresser personnellement et à aider mes partenaires", a-t-il simplement répondu.

Le gardien Nantais Tatarusanu tente d'écarter ce ballon devant ses défenseurs - Maxppp
Le gardien Nantais Tatarusanu tente d'écarter ce ballon devant ses défenseurs © Maxppp - FRED DOUCHET

A l'autre bout du terrain, Ciprian Tatarusanu a, lui, démontré une fois de plus qu'il est bien  l'homme des situations périlleuses. En plus de quelques arrêts déterminants durant les débats, et après avoir été battu sur une tête décroisée de Mathieu Bodmer à dix minutes du coup de sifflet final, le Roumain a sorti d'une parade magique une tête cadrée de Prince Gouano dans les arrêts de jeu, assurant le triomphe "de la solidarité, de l'exemplarité", dixit Valentin Rongier. "Il ne fallait surtout pas se relâcher, on avait mis l'alarme après le match de Toulouse, a expliqué le capitaine. Même si ce n'était pas notre meilleur match, on a réussi à gagner." 

Flamboyant face au TFC, plus poussif contre Amiens, le FCN a prouvé ce samedi qu'il savait faire la différence en toutes circonstances. La polyvalence, la voilà la clé d'une saison réussie...