Football

Nathalie Boy De La Tour : une femme à la tête du foot français

Par France Bleu, France Bleu vendredi 11 novembre 2016 à 15:59

La nouvelle présidente de la LFP, Nathalie Boy De La Tour et le directeur général exécutif de la LFP, Didier Quillot.
La nouvelle présidente de la LFP, Nathalie Boy De La Tour et le directeur général exécutif de la LFP, Didier Quillot. © AFP - Franck Fife

C’est la première femme à prendre la direction de la Ligue de football professionnel. Nathalie Boy De La Tour a été élue ce vendredi présidente de la LFP.

Fin de la crise de gouvernance à la Ligue de football professionnel. Le 5 octobre, la Ligue de football professionnel devait élire son nouveau conseil d'administration et son nouveau président pour succéder à Frédéric Thiriez, démissionnaire en avril après 14 ans de présidence et de nombreuses critiques. Les divisions entre 11 "gros" clubs de L1 (Paris SG, Lyon, Marseille,…) et 9 "petits" (Guingamp, Caen, Dijon,…) avaient éclaté et le vote n'avait pu se tenir, faute de quorum.

Election mouvementée

Ce vendredi, les clubs ont donc réussi à s'entendre pour élire un conseil d’administration et un nouveau président, qui sera donc une nouvelle présidente mais l’élection a mis un peu plus de temps que prévue.

Raymond Domenech, ancien sélectionneur de l’équipe de France controversé, avait été proposé comme président. Certains présidents de clubs le poussaient pour une présidence intérimaire, le temps que Michel Seydoux, président du club de Lille, vende son club. Les statuts de la LFP ne permettent pas à son président d'être en même temps à la tête d'un club.

Mais Raymond Domenech a été refusé au 1er tour de l’assemblée générale élective. Il s'est donc retiré de la course et Nathalie Boy De La Tour, candidate du consensus, a pris la présidence pour quatre ans.

Une femme qui connaît le football

Nathalie Boy De La Tour ne va pas découvrir les coulisses du football : elle est la déléguée générale de la "FondaCtion du Football", organe hébergé par la Fédération, dont le but "est de promouvoir une vision citoyenne du football". Elle faisait également partie du collège des indépendants du conseil d'administration de la LFP, sorte de gouvernement du foot professionnel.

"On a une bonne présidente, une femme à la tête du football, ça donne de la fraîcheur, c'est beaucoup de choses positives, tout le monde est heureux, bonne chance à Nathalie." (Bernard Caïazzo, un des dirigeants de Saint-Etienne et président de Première Ligue, syndicats des "gros" clubs de L1)

"C'est une femme formidable, qui a une grande carrière dans de grands cabinets de consulting et je peux vous assurer qu'elle ne sera pas une potiche comme certains disent." (Bertrand Desplat, président de Guingamp)

Rappelons tout de même que depuis une réforme des statuts au printemps, le réel pouvoir de la LFP a cependant été transféré à son directeur général exécutif, Didier Quillot. Nathalie Boy De La Tour aura un rôle plus honorifique.

Un CA apaisé

Les deux dirigeants auront désormais sous leurs ordres un conseil d'administration enfin apaisé. "Gros" et "petits" clubs de L1 se sont entendus sur une nouvelle redistribution des droits TV (avec un écart moins grand entre premier et dernier de L1) et la répartition des sièges au CA.

Représentants des "gros" clubs :

  • Jean-Michel Aulas (Lyon)
  • Nasser Al-Khelaïfi (Paris)
  • Vadim Vasilyev (Monaco)
  • Jean-Pierre Rivère (Nice)

Représentants des "petits" clubs :

  • Laurent Nicollin (Montpellier)
  • René Ruello (Rennes)
  • Jean-François Fortin (Caen)
  • Bertrand Desplat (Guingamp)